Tokyo la touristique

Tokyo est une ville qui fait rêver des milliers de personnes. Que ce soit pour sa culture traditionnelle japonaise, ses temples, son excentricité ou son amour des mangas. Chacun a ses raisons d’aimer Tokyo.

Prenez le temps de découvrir cette ville aux mille facettes et aux millions de touristes.

QUARTIER SHIBUYA

Shibuya est l’un des quartiers les plus animés de Tokyo.

Si vous voulez sortir le soir, aller au restaurant, faire du shopping ou du karaoké, Shibuya est le quartier idéal ! Ici les magasins tels que Bershka, Zara, Forever 21 ou autres possèdent plus de 6 ou 7 étages de rayons ! Si vous ne trouvez pas votre bonheur ici je crains fort que vous ne le trouviez jamais 😊

Le quartier de Shibuya est également connu pour son carrefour mondialement célèbre. Pour cause ! Il s’agit du plus grand carrefour du monde. Prenez le temps d’observer cette marée humaine, mais également l’ordre qui y règne. Ici personne ne traverse lorsque c’est aux voitures de circuler. Mais quand vient le tour des piétons, la route se transforme en une véritable fourmilière !

shibuya tokyo japon

bershka tokyo japon forever 21 tokyo japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Shibuya

QUARTIER AKIHABARA

Akihabara est sans doute le quartier le plus connu par tous les geeks du monde. Et pour cause, il s’agit là du rendez-vous de tous les fans de jeux vidéo, mangas et de l’excentricité « Kawaii » japonaise.

Ce quartier est rempli de buildings dont chaque étage est dédié aux jeux vidéo, jeux d’arcades, de danse ou autres. Des championnats sont même organisés ! Avec un peu de chance vous aurez peut-être l’occasion de vous confronter à quelques champions 😊

Dans la rue principale d’Akihabara vous trouverez, pas moins, de 4 immeubles de la marque SEGA.

Pour ceux qui pensent que le Japon se résume à quelques japonais et japonaises en tenu de mangas, sachez que c’est à Akihabara que vous aurez le plus de chances de croiser ces locaux vêtus façon cosplay. Mais ne croyez pas non plus que toutes les personnes que vous croiserez seront habillés en Sailor Moon ou autres 😊

akihabara tokyo japon

may the force be with you akihabara akihabara japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Akihabara

QUARTIER HARAJUKU

Harajuku est un quartier tendance. Ici vous trouverez de nombreuses boutiques à la mode et parfois des files d’attente à n’en plus finir pour rentrer dans un restaurant.

Mais si vous êtes dans le quartier d’Harajuku, il faut absolument que vous testiez l’ambiance de la rue Takeshita. Ici comme beaucoup d’autres endroits au Japon, les gens tiennent leur gauche lorsqu’ils marchent. Résultat, la rue est littéralement bondée mais les gens ne se bousculent pas. Bien sûr il sera difficile d’avoir un rythme de marche rapide vu la foule présente mais malgré tout il reste très agréable de se promener dans cette rue.

C’est l’occasion d’y avoir de nouvelles expériences, notamment en termes de sucreries. Barbes à papa aux couleurs de l’arc-en-ciel, crêpes roulées et fourrées aux fraises, chantilly, bonbons en chocolat ou autres gourmandises. Toutes les folies sucrées sont possibles pour le plus grand bonheur des becs sucrés !

takeshita street tokyo japon

takeshita street japon tokyo barbe a papa multicolore tokyo japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Meiji-Jingumae Harajuku

MEIJI-JINGU

Le sanctuaire Meiji-Jingu est situé à deux pas de la Takeshita Street, dans le quartier Harajuku. Il fait parti des incontournables de Tokyo pour les touristes et voyageurs du monde entier.

Personnellement nous ne sommes pas allés voir les jardins du sanctuaire. Etant à Tokyo au début du mois d’octobre, il était trop tard pour voir les jardins fleuris et trop tôt pour apprécier les couleurs d’automne orangées.

Cependant, nous avons eu la chance d’assister au début d’une cérémonie de mariage traditionnel au sein même du temple.

mariage traditionnel japonais

vin rouge français meiji jingu tokyo meiji jingu temple park tokyo

Le sanctuaire Meiji-Jingu est composé de plusieurs parties.

Tout d’abord, comme dans tout temple japonais, il faut se rincer les mains et la bouche avant d’aller prier. Pour ce faire, un bassin se trouve à l’entrée avec des petites coupelles pour pouvoir procéder à la purification.

Une fois à l’intérieur du sanctuaire, il est possible de prier. Le rituel est simple. Lancez une pièce. Tapez deux fois dans vos mains. Inclinez-vous deux fois. Priez. Puis tapez à nouveau deux fois dans vos mains.

Prenez le temps de contempler les japonais prier, car c’est un rituel très beau à regarder.

Près du lieu de prière se trouve l’arbre sacré. Il est dit que si vous jetez une pièce et faites une prière face à cet arbre sacré, votre mariage durera toute une vie.

Enfin, le sanctuaire comprend une partie réservée aux vœux. C’est l’occasion d’écrire vos plus beaux vœux et de les suspendre pour qu’ils se réalisent. Si vous n’êtes pas inspirés, sachez que des vœux déjà formulés sont disponibles à la vente. Bien sûr, tout comme les deux autres parties du temple, il vous faudra d’abord jeter une pièce pour pouvoir accrocher votre vœu.

meiji-jingu entrée tokyo

purification main bouche temple japon meiji jingu temple tokyo

COMBIEN CA COÛTE ?

Si l’entrée pour temple est gratuite, les jardins eux sont payants et vous coûteront 500Y. Les heures d’ouvertures sont entre 9h et 16h30 tous les jours de la semaine.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Meiji-Jingumae Harajuku

SENSO-JI

Le temple Senso-Ji est probablement l’un des plus célèbre de Tokyo. Avec sa couleur rouge flamboyant, il est l’un des symboles des la ville. Il s’agit également du plus vieux temple bouddhiste de la capitale japonaise.

Situé au cœur du quartier Asakusa, vous pourrez prendre la pose sous la porte du tonnerre, la Kaminarimon. Prenez le temps d’observer la lanterne en papier rouge qui se trouve sous la porte. Il s’agit de la plus grosse lanterne de papier au monde !

plus grosse lanterne papier du monde tokyo 

Après avoir passé la porte d’accès au temple, vous vous retrouvez dans une allée commerçante. Ici de nombreuses boutiques souvenirs se succèdent. Toute plus chère les unes que les autres. Un seul conseil : achetez vos souvenirs ailleurs. Plus vous serez près d’un temple ou d’un lieu touristique, plus vos souvenirs vous coûteront chers. Mais tout cela n’est que logique 😊

A quelques pas du temple seulement se trouve un petit parc qui entour ce dernier. Entre pagode et autres temples secondaires, il s’agit d’un endroit agréable pour une petite promenade.

Là encore, vous trouverez le nécessaire pour se purifier avant d’aller prier. Qu’il s’agisse de la fontaine pour se rincer les mains et la bouche ou de l’encens avec lequel s’envelopper pour purifier son esprit.

senso ji temple tokyo japon

senso ji temple tokyo purification esprit senso ji tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’entrée au temple est gratuite de 6h30 à 17h. Si vous êtes un lève-tôt, nous vous recommandons donc d’y aller pour le lever du jour et profiter ainsi d’un temple quasi désert.

Seuls les souvenirs et prières sont payantes mais rien ne vous oblige à déposer un vœu.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Asakusa

SANCTUAIRE NEZU

Le sanctuaire Nezu est tout petit. Il ne vous faudra pas plus de 20 minutes pour en faire le tour en prenant votre temps.

Cependant, c’est le parfait moyen pour voir les célèbres portes rouges du Japon si vous n’avez pas la possibilité d’aller jusqu’à Kyoto. Vous aussi vous pourrez faire votre photo Instagram sans être allé à Fushimi 😊

Pour la petite anecdote, sachez que chacune de ces portes représente un vœu. Ce vœu est d’ailleurs inscrit sur la porte, mais il vous faudra savoir lire le japonais pour les déchiffrer.

Outre ces portes, le sanctuaire Nezu comprendre également un temple shinto. Si vous êtes à Tokyo entre avril et mai, le temple Nezu est le lieu à ne pas manquer. En effet, tous les ans à cette période se tient le festival des azalées. L’occasion de découvrir le sanctuaire sous un jour coloré !

sanctuaire nezu tokyo japon portes voeux sanctuaire nezu tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’entrée du sanctuaire Nezu est gratuite. Il est ouvert tous les jours de 8h à 17h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Nezu ou Todaimae

JARDIN DU PALAIS IMPÉRIAL

Comme son nom l’indique, les jardins du palais impérial entourent le domicile actuel de l’Empereur. Entourés eux-mêmes par des douves et remparts plus ou moins bien conservées, seuls certaines parties du parc sont ouvertes au public.

Il est cependant possible de réserver une visite guidée dans le but de visiter le palais. Mais soyez prévenus, la visite ne se fait qu’en extérieur. Elle vous permet donc d’approcher le palais impérial, mais en aucun cas d’y entrer.

Sachez que, suite à un incendie dans la fin des années 1800 et à sa destruction lors de la seconde guerre mondiale, le domaine a été reconstruit dans les années 60. Il ne s’agit donc pas de monuments d’origines.

Un conseil, évitez de venir visiter le palais et ses jardins le 23 décembre, date de l’anniversaire de l’Empereur, ainsi que le 2 janvier lors de la présentation de ses vœux. En effet, il s’agit d’une période de très forte affluence touristique.

Nous aurions bien envie de rajouter la période du nouvel an chinois, cependant il en sera de même dans tout le reste du pays.

Si vous avez l’occasion de venir au Japon pendant la période de floraison, vous avez de la chance, car les jardins seront colorés !

Le reste du temps, vous pourrez découvrir les différentes parties qui composent les jardins. Qu’il s’agisse de tour d’observation ou de centre de formation de soldats. Vous aurez peut-être même la chance d’apercevoir, ou au moins d’entendre, des gardes en pleine formation d’arts martiaux !

jardins palais impérial tokyo japon

remparts tokyo japon maison garde tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’entrée des jardins du palais impérial est gratuite. En ce qui concerne la visite guidée nous sommes dans l’incapacité de vous répondre étant donné que nous ne l’avons pas fait.

Nous vous recommandons cependant de réserver vos places à l’avance. Même si une petite centaine de places peuvent être achetés le jour-même, vu l’affluence de ce lieu touristique, vous êtes mieux d’anticiper si vous souhaitez pousser votre visite un peu plus loin.

Attention, les jardins sont ouverts de 9h à 16h30 et sont fermés les lundis et vendredis.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Otemachi ou Nijubashimae « Marunouchi » pour l’entrée Est

Station de métro : Hanzomon pour l’entrée Ouest

PASSAGE SHOMBEN YOKOCHO

Si vous êtes dans le quartier de Shinjuku, ne manquez pas le Passage Shomben Yokocho. Une petite ruelle remplie de restaurants et bars traditionnels.

Ici tout est petit, à l’image de ce passage.

Les restaurants ne sont qu’un petit couloir. Les cuisines sont ouvertes sur la salle. Le nombre de clients ne peut excéder une quinzaine de couverts pour les plus spacieux d’entre eux.

Nous avons mangé dans un de ces restaurants le premier soir de notre arrivée à Tokyo. J’avoue qu’il s’agissait d’une mise en bouche parfaite pour s’immerger dans la culture Tokyoïte.

Pour ceux qui ne parlent pas un mot de japonais, n’hésitez pas à demander la carte en anglais. Etant dans un quartier touristique, la majorité des établissements en possèdent une.

passage Shomben Yokocho Tokyo Japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Shinjuku

GOLDEN GAI

Si vous êtes à Tokyo et que vous voulez vivre la « night life Tokyoïte » rendez-vous au Golden Gai. Là encore, nous sommes en pleins quartier de Shinjuku. Un quartier très vivant, de jour comme de nuit.

Au départ il s’agit du lieu de prédilection pour sortir les week-ends auprès des habitants de Tokyo. Aujourd’hui c’est avant tout un lieu très prisé des touristes. Ne vous étonnez donc pas si vous ne cessez de croiser des expatriés ou backpackeurs festoyant.

Vous le remarquerez rapidement puisque dans ce quartier on vous demandera une côtisation pour simplement entrer dans un bar. En moyenne il faudra compter 500 Yen par personne, et ce, même si vous avez l’intention de consommer une fois à l’intérieur. Le prix de l’entrée ne comprend aucune boisson. A l’inverse, il faudra souvent compter à nouveau 500 Yen par verre.

C’est donc loin d’être un quartier bon marché pour sortir. Cependant, c’est l’un des quartiers avec le plus de charme. Dans ces petites ruelles se succèdent un nombre incalculable de bars. Tous plus petits les uns que les autres. Un comptoir, une petite dizaine de tabourets et bien sûr le barman ! Le cadre est posé.

golden gai tokyo japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Shinjuku

LA VUE PANORAMIQUE

Bien sûr, si vous êtes à Tokyo vous ne pouvez manquer la vue panoramique sur la ville, et particulièrement de nuit !

Rassurez-vous, vous n’avez que l’embarras du choix puisqu’il n’existe pas moins de 3 points de vue différents pour profiter d’un tel panorama.

TOKYO TOWER

Le point de vue le plus connu est sans aucun doute la Tokyo Tower. Célèbre notamment pour être inspirée de la Tour Eiffel de Paris.

Contrairement à cette dernière, la Tokyo Tower mesure 333 mètres de haut ce qui en fait la plus haute tour métallique du monde ! En effet, la Tour Eiffel culmine à 300 mètres de hauteur. Cependant, le dernier étage de la tour se situe à 250 mètres de haut, contrairement à la Tour Eiffel dont le 3ème étage se trouve à plus de 273 mètres. Malgré tout, cette hauteur reste tout de même impressionnante et promet un beau panorama sur la ville de Tokyo.

Certains seront peut-être déçus car peu importe le niveau auquel vous vous rendez vous serez derrière des vitres pour apprécier la vue sur Tokyo.

tokyo tower tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

900 Yen par adulte pour accéder à la plateforme de 150 mètres

2800 Yen par adulte pour accéder à la plateforme de 150 mètres ainsi que celle à 250 mètres de haut.

Vous pouvez vous rendre à la Tokyo Tower tous les jours de 9h à 23h et donc apprécier un coucher de soleil sur la ville.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Kamiyacho ou Akabanebashi

TOKYO SKY TREE

La Tokyo Sky Tree est sans conteste la tour la plus haute de la ville, et pour cause, elle mesure plus de 630 mètres. Il s’agissait, lors de son inauguration en 2012, de la 2ème plus haute tour du monde !

Cette tour est donc un réel symbole de la ville de Tokyo, visible depuis de nombreux points stratégiques. Si vous souhaitez prendre la tour en photo, rendez-vous dans le parc Sumida, le long de la rivière Sakura. De là, vous aurez un panorama idéal sur la Tokyo Sky Tree.

Tout comme la Tokyo Tower, ne vous attendez pas à profiter de la vue depuis l’extérieur. Ce qui, bien sûr, n’est pas le meilleur pour pouvoir prendre des photos du panorama.

tokyo sky tree japon

COMBIEN CA COÛTE ?

Comptez entre 1000 Yen et 2000 Yen pour un adulte pour vous rendre au sommet de la Tokyo Sky Tree. Le prix variant si vous souhaitez vous rendre au premier étage à 350 mètres de hauteur ou au deuxième étage, à 450 mètres.

La Tokyo Sky Tree est ouverte tous les jours de la semaine de 8h à 22h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Oshiage « Sky Tree »

SIÈGE DU GOUVERNEMENT MÉTROPOLITAIN

A nos yeux le siège du gouvernement métropolitain est le meilleur plan pour observer Tokyo d’en haut et pour une raison simple : c’est gratuit ! Ce qui est un argument indéniable lorsque l’on voyage à petit budget dans une ville aussi chère que Tokyo.

Il vous faudra peut-être faire la queue, surtout si vous décidez de vous y rendre un vendredi ou samedi soir, mais cela vaut largement le coup. En effet, du haut de ses 48 étages, vous pouvez avoir une vue sur Tokyo à plus de 240 mètres.

Pour ceux qui en ont les moyens, il y a également un restaurant au sommet de cet immeuble afin de manger avec une vue à 360° sur la ville.

Là encore, vous resterez derrière des vitres pour profiter de la vue. Néanmoins, lorsque l’entrée est gratuite cela a tendance à être moins contraignant.

siege gouvernement metropolitain tokyo japon

panorama tokyo by night panorama vue tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’accès à l’observatoire est gratuit !!

Concernant les heures d’ouverture ils dépendent d’une tour à l’autre. Le siège du gouvernement métropolitain possède deux tours. L’une est ouverte de 9h30 à 17h30, tandis que la seconde est ouverte de 9h30 jusqu’à 23h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Tochomae

BONUS :

LE MARCHÉ AUX POISSONS DE TSUKIJI

Tsukiji c’est fini ! Et c’est si triste. Certes le marché n’a pas complètement fermé ses portes puisqu’il ne s’agit que d’un déménagement, mais le lieu est maintenant fermé au public. Impossible donc de sentir l’ambiance si particulière qui a fait la renommé du plus grand marché aux poissons du monde.

Même si un petit nombre de personnes peuvent encore observer depuis une plateforme cette fourmilière si particulière, il est aujourd’hui impossible de se promener dans les allées.

De plus, le charme de l’ancien bâtiment n’est plus. Certes c’est une bonne chose pour l’hygiène puisque les rats ne sont plus présents … en tout cas pour l’instant ! Mais c’est aussi la fin d’une histoire, d’une période.

MUSÉE GHIBLI

Si vous souhaitez visiter le musée Ghibli lors de votre venue à Tokyo ne faites pas comme nous ! Nous avons attendus en se disant que nous organiserions notre séjour Tokyoïte une fois sur place … malheureusement les entrées du musée Ghibli se réservent un mois à l’avance. Et pour cause, il y a tellement de demandes qu’ils ont été obligés d’instaurer une organisation drastique.

Si vous réservez depuis la France ou n’importe quel autre pays autre que le Japon, vous devrez passer par une agence de voyage. Généralement il s’agit de l’agence Keikaku.

Vous devrez alors remplir un formulaire et réserver sur leur site internet avant le 10 du mois précédant votre visite.

Si vous êtes au Japon, les billets pour le musée Ghibli sont mis en vente le 10 de chaque mois pour le mois suivant. Par exemple, le 10 novembre pour visiter le musée entre le 1er et le 31 décembre.

Dans tous les cas, les billets sont mis en vente à partir de 10 heures, heure japonaise. Sachez que si vous manquez le début des ventes, que ce soit en agence physique ou sur internet, il est illusoire de penser que vous pourrez acheter un billet tellement le musée est demandé !


Vous avez aimé cet article sur Tokyo ? Alors partagez-le et laissez nous un commentaire !

Les différences culturelles entre la France et le Japon – Partie 1

Nous y sommes, le Japon ! Après environ 11 heures de vol et une escale à Moscou, nous voici enfin arrivés à destination : Tokyo !

Qui n’a jamais rêvé de flâner dans ces rues aux multiples panneaux publicitaires colorés, illuminés et aux ambiances très « Kawaii » ?!

Même le moins geek d’entre nous ou celui qui n’a jamais vu un manga de sa vie doit l’avouer. Tokyo et le Japon font rêver.

Il faut dire qu’avec ses plus de 9 millions d’habitants Tokyo est l’une des villes les plus peuplées au monde. A cheval entre la culture japonaise traditionnelle et les nouvelles tendances J-Pop.

Nous avons 4 jours pour découvrir Tokyo et ses divers aspects. Tokyo sous tous ses jours et surtout pour en apprendre un peu plus sur la façon de vivre des locaux. L’occasion de voir de nos propres yeux si tout ce que l’on raconte depuis l’autre bout du monde est vrai.

Shizuoka Tokyo Japon

LA LANGUE

Bien sûr la première difficulté dont nous avons à faire face n’est pas la différence de culture. C’est bel et bien la barrière de la langue.

Cependant, rassurez-vous. Même s’il est vrai que rare sont les japonais qui parlent anglais, et Tokyo n’en fait pas exception. La majorité des panneaux de signalétique ou des annonces faites dans le métro par exemple, sont traduits en anglais.

viande japon tokyo

Nous prenons le temps d’apprendre quelques phrases clés avant de partir. Cela nous permettra d’entamer une discussion ou de demander une information plus facilement.

Si vous êtes perdus ou à la recherche de quelque chose, ils n’hésiteront pas à vous accompagner. Parfois, quitte à marcher à vos côtés pendant plusieurs minutes pour être surs que vous arriviez à bon port.

Mesdames, messieurs les français prenez en bonne note !

LE TRAIN / BUS / MÉTRO

Si vous arrivez, tout comme nous, à l’aéroport de Narita, il faudra rejoindre le centre-ville. Alors quoi de mieux que le train pour ça. Moyen de transport plébiscité par les locaux.

Nous achetons notre ticket, descendons au sous-sol comme pour prendre le métro et là … ça vous frappe, ça sent bon ! Non pas qu’il y ai une odeur de parfum dans l’air, mais simplement l’odeur de propre.

On ne va pas se mentir, c’est la première différence majeure avec la France et le métro parisien. Ce métro parisien où l’on peut apprécier les odeurs d’égouts, voire de pisse de clochard.

Nos regards se croisent et on pense immédiatement la même chose. Quelle première impression doivent avoir les japonais lorsqu’ils arrivent chez nous ?!

Autre différence de taille, ici personne ne se pousse, ne se bouscule ou s’insulte, même en heure de pointe. Les gens attendent patiemment leur tour. Chacun se met en file d’attente face à une entrée du métro et attend son tour. Et s’il n’y a plus de place dans ce train, c’est bien simple, ils attendent le prochain !

metro tokyo japon

Nous profitons de ce moment pour rectifier une légende urbaine concernant la ponctualité des trains au Japon. Même s’il est vrai que les trains et bus longues distances sont majoritairement ponctuels avec un départ à la minute près, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin. En effet, nous avons eu à faire à plusieurs retards, voire même arrêts de la circulation au milieu des voies pendant plusieurs dizaines de minutes.

Les mauvaises langues diront que le conducteur savait qu’il y avait des français à bord et en a donc profité pour faire une petite grève surprise ! Cependant, lors de ce genre de contre-temps les informations données au microphone ne sont pas traduites en anglais. Nous ne sommes donc pas disposés à vous donner plus d’informations quant aux raisons qui ont pu expliquer ces arrêts momentanés.

LE SENS DE MARCHE

Dans les couloirs de la gare ou dans la rue, là encore l’organisation japonaise ferait passer n’importe quel français pour un sauvage de bas étage. On tient sa gauche à Tokyo (sa droite dans d’autres villes telles que Yokohama ou Osaka par exemple). Résultat, personne ne se bouscule ou ne se marche dessus.

Vous avez bien lu, il ne s’agit pas que de tenir sa file dans les couloirs du métro mais également la rue !

Même si cela peut paraître perturbant au début, on se rend vite compte de l’intérêt d’une organisation quasi militaire comme celle-ci lorsque l’on se retrouve au beau milieu d’une marée humaine.

Vous êtes entourés de milliers de personnes et malgré cela chacun peu avancer à son rythme sans se faire bousculer de tous les côtés.

metro tokyo japon

up down metro japon rue tokyo japon

LES CIGARETTES

Sur un tout autre sujet, amis fumeurs ceci devrait vous intéresser. Il est interdit de fumer dans la rue. Oui oui, il est interdit de fumer dans la rue !

Si vous voulez vous en griller une, des zones fumeurs sont établies à l’abri des regards et de la foule. Ne vous amusez pas à passer outre ces règles car ce ne sont pas les policiers qui vous diront quelque chose en premier lieu mais bel et bien les citoyens qui viendront vous demander d’éteindre votre cigarette sur le champ.

Au début, on a l’impression que personne ne fume. On pense directement que très peu de japonais doivent être fumeurs. En réalité ils sont assez nombreux à fumer et il n’est pas rare de les voir accroupis dans des petites ruelles afin d’être discrets et de ne gêner personne.

Cependant, amis fumeurs n’ayez crainte. Contrairement à la France où il est formellement interdit de fumer en intérieur, les bars de nuit sont bien souvent fumeurs. De même que dans les cafés ou fast-food il existe des fumoirs destinés à accueillir les amoureux de la cigarette.

zone fumeur kyoto japon zone fumeur tokyo japon

L’ÉDUCATION DES ENFANTS

Chose qui nous a surpris lors de notre séjour au Japon, il s’agit de la relation parent-enfant, mais particulièrement de la relation qu’une mère peut entretenir avec sa progéniture.

Même s’il est connu que les Japonais ne se touchent pas, ou très peu, il en est de même avec leurs enfants. Aussi, dans l’intimité de la famille, une mère ne fait pas de câlin à ses enfants. Pire, elle pourra même les repousser s’ils se montrent trop tactiles.

Si l’un des membres de la famille est amené à partir pour une longue période, que ce soit pour le travail ou autre, vous ne verrez pas de scènes d’embrassades dans les gares ou les aéroports. Ils s’inclineront respectueusement et la session des « au-revoir » sera terminée.

Lorsqu’un enfant apprend à marcher et qu’il tombe, les parents ne seront pas là pour l’aider ou le consoler s’il pleure mais juste pour lui dire « allez relève toi maintenant ! ». Ce qui pour nous, européens, semble presque inconcevable.

A l’inverse, il est fréquent d’entendre des mères dire à leurs enfants « abunai » dès que ces derniers font le moindre mouvement. Cela signifie « attention c’est dangereux ». Nous avons pu l’entendre même lorsque les enfants ne font que courir dans un parc par exemple.

LE MARIAGE

Chers hommes, vous qui fantasmez sur les japonaises et qui avez toujours rêvé d’en épouser une. Sachez qu’il n’est pas rare d’entendre des histoires d’amour virant au cauchemar entre une japonaise et un étranger.

Une fois mariage signé et consommé, nombreuses sont celles qui demandent le divorce. Elles gardent ensuite les enfants pour être considérées comme parent célibataire. Ainsi elles peuvent obtenir différentes aides telles que la cantine gratuite par exemple. Nombreuses sont celles qui, par la suite, ne donnent de nouvelles au père que lorsqu’il y a des factures à payer.

Bien sûr, pas besoin d’aller au Japon pour entendre ce genre de faits divers. Mais sachez tout de même que l’on a entendu ce genre d’histoires plus d’une fois en seulement deux semaines au Japon 😊

mariage japon

L’ÉCOLE

Contrairement aux écoles françaises, les petits japonais sont en uniforme, mais surtout ils portent un chapeau coloré. Chaque couleur désigne une classe. Si vous allez au Japon vous ne pourrez manquer ces petits écoliers aux casquettes jaunes, bobs turquoises, chapeaux melon marines, etc.

Mais autre chose est plus étonnant encore. Lors de leurs quartiers libres, ils gardent leurs couvre-chefs, une scène inimaginable en France !

De la maternelle au collège, les élèves sont obligés de se rendre à l’école à pieds. Leur école étant choisie, non pas par les parents, mais par le gouvernement selon un système de zones, les écoliers sont situés proches de leur école et doivent donc s’y rendre en marchant. Pas de bus, pas de parents qui vous déposent en voiture, ils doivent marcher !

Lorsqu’ils sont tout petits et qu’ils sont en sortie de classe, vous ne verrez pas les élèves tenir la main de leurs petits camarades. Leur instituteur/institutrice tient une corde sur laquelle est reliée différents anneaux. C’est à chaque élève de tenir son anneau pour ne pas se séparer du groupe.

écolier japon

LES CHAUSSURES

Au Japon la règle est simple. Dès que nous passons le pas de porte de chez quelqu’un, d’un temple ou tout autre lieu avec un revêtement en parquet ou un tatami, les chaussures sont INTERDITES !

Mieux encore, il existe une façon de retirer ses chaussures et mieux vaut la suivre à la lettre.

Dans chaque entrée des lieux où les chaussures ne sont pas les bienvenues, il y a un espace dédié pour se déchausser. Cet espace est délimité par une petite marche, souvent en bois. Sous aucun prétexte vos chaussures ne doivent dépasser cette petite marche. Même à la main. La seule exception est si nos chaussures sont emballées dans un sac en plastique.

Lorsque nous nous déchaussons, nos pieds ou nos chaussettes ne doivent pas être en contact avec l’espace dédié aux chaussures. Autrement dit, dès que nous retirons une chaussure, notre pied déchaussé doit être posé uniquement sur la zone réservée aux pieds nus (parquet ou tatami). Mais en aucun cas sur la zone pour les chaussures car cela les salirait, il n’y aurait donc plus aucun intérêt à se déchausser.

no shoes japon

LES POUBELLES

A vrai dire, c’est notre plus grosse difficulté au Japon. Le manque de poubelles dans la rue. C’est pour une raison qui remonte à 1993, lors des attaques au gaz sarin dans les poubelles publiques. Les autorités japonaises ont alors décidé de retirer toutes les poubelles des rues.

Dans les faits, il y a toujours des cendriers et des poubelles de recyclage (plastique, papiers, bouteilles en plastique et canettes). Cependant, il est impossible de trouver des poubelles pour les autres déchets.

Comment font-ils ? Et bien ils gardent leurs déchets avec eux jusqu’à leur arrivée à domicile où ils pourront enfin les jeter. Il n’est donc pas rare de voir des japonais se promener avec un sac en plastique à la main. Ce n’est autre que leur petite poubelle de poche.

Seul problème, lorsque comme nous vous êtes un voyageur backpackeur sans domicile fixe. Nombreuses sont les fois où nous nous sommes arrêtés dans un 7/11 pour acheter de la nourriture. Après avoir mangé, nous nous sommes retrouvés sans aucun endroit pour jeter les emballages.

Enfin, même si les japonais sont très propres et que vous ne verrez quasiment aucun détritus dans la rue. Nous ne pouvons nous empêcher de penser aux touristes parfois sales ou impatients qui n’attendront pas le soir d’être rentrés à leur hôtel pour jeter leurs emballages ou restes alimentaires …

poubelles japon

LES SACS EN PLASTIQUE

En parlant de déchets, nous avons pu constater un retard au niveau de mentalités concernant les sacs en plastique. Certes, comme expliqué plus haut, les japonais sont propres et il est rare de voir des détritus dans la rue. Cependant, cela n’excuse pas le nombre de sacs plastiques utilisés pour le moindre achat.

Vous voulez un exemple concret ?

Nous avons acheté un petit gâteau dans une boulangerie. Premier emballage : un petit sachet en plastique. Puis vient le sac en papier. Enfin un deuxième sac en plastique !

Vous voyez l’idée ? A l’heure où nous autres européens commençons ENFIN à prendre conscience de ce mal que sont les emballages plastiques, nous avons été déçus de constater qu’au Japon, ce problème ne semble pas du tout d’actualité.


Vous avez aimé cet article ? Faites découvrir les différences culturelles qui existent entre le Japon et la France à vos amis. Partagez cet article ou laissez-nous un commentaire !

Découvre la suite de cet article avec « Les différences culturelles entre le Japon et la France – Partie 2 »