Yokohama, trop souvent oubliée des voyageurs

A seulement une heure de métro de Tokyo et 30 minutes par JR Pass, Yokohama fait partie de la grande banlieue Tokyoïte. D’ailleurs, de nombreux japonais vivent à Yokohama et travaillent à Tokyo ou l’inverse !

Il serait donc dommage de ne pas aller découvrir Yokohama le temps d’un week-end … ou plus.

CHINATOWN

porte chinatown yokohama japon

restaurant chinatown yokohama japon rooftop chinatown yokohama japon

Nous avons commencé notre visite de Yokohama par le quartier de Chinatown. D’abord parce que ce quartier fait parti des incontournables de la ville, mais aussi parce qu’il se trouve à deux pas du port et des berges de Yokohama. L’occasion donc, de faire d’une pierre deux coups.

Si le Chinatown de Yokohama connaît une telle renommée, c’est d’abord parce qu’il s’agit du plus grand quartier chinois du Japon. Mais pas seulement ! Il s’agit également du plus grand Chinatown de toute l’Asie, hors Chine évidemment.

Cependant, peu de chinois vivent aujourd’hui dans ce quartier puisqu’on n’en compte qu’entre 3000 et 4000. Ce qui est très peu en comparaison des 3,7 millions d’habitants que compte la ville de Yokohama.

Prenez le temps de vous arrêter dans un de ses nombreux restaurants et de goûter les plats traditionnels chinois. Particulièrement si avant ou après votre voyage au Japon vous n’avez pas prévu de vous rendre en Chine. Et profitez des couleurs de ce quartier très vivant.

chinatown yokohama japon

porte chinatown yokohama porte chinatown japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Motomachi-Chukagai

LA BAIE DE YOKOHAMA

Nous vous conseillons fortement de ne pas faire l’impasse sur la promenade le long de la baie de Yokohama. Que ce soit de jour, comme de nuit, vous aller prendre plaisir à découvrir ce quartier de la ville.

De là vous aurez une vue imprenable sur le pont à haubans de 860 mètres qui donne sur la baie de Yokohama.

C’est aussi depuis le long de la baie de Yokohama qu’il est possible d’accéder à la Marine Tower depuis laquelle vous aurez une magnifique vue sur la baie. Haute de 106 mètres, cette tour est en réalité le 2ème plus haut phare du monde, après le phare de Djeddah en Arabie Saoudite.

marine tower yokohama japon

Si vous en avez l’opportunité, nous vous recommandons de profiter du panorama de nuit. Cependant, si vous préférez vous y rendre durant la journée, alors choisissez une journée où le ciel est dégagé. En effet, vous aurez peut-être la chance d’y apercevoir le Mont Fuji !

Le long de la baie se trouve également le terminal maritime international d’où de nombreux paquebots et autres bateaux de croisières larguent les amarres pour une nuit ou plus. Lors de leur départ, vous entendrez donc les cornes de brume des bateaux retentir dans la baie.

Enfin, respirez l’air marin tout en vous promenant dans un espace vert et fleuri au parc Yamashita. Un parc qui possède, à s’y méprendre, une architecture de jardins à la française. Très symétrique, avec des buissons parfaitement taillés et des fontaines entourés de pelouse entretenues au centimètre près.

Si vous êtes à Yokohama durant le printemps, c’est définitivement un endroit que vous ne devez pas manquer au vue du nombre de fleurs qui s’y trouvent.

baie yokohama japon

parc yamashita yokohama japon baie de yokohama la marche des elephants

COMBIEN ÇA COÛTE ?

Il vous faudra débourser 750Y par personne pour accéder au panorama de la Marine Tower. Elle est ouverte de 10h à 22h30.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Motomachi-Chukagai pour être le plus proche de la Marine Tower.

Station de métro : Nihon-Odori pour être le plus proche du terminal maritime international et arriver directement au milieu de la promenade le long de la baie.

RED BRICK WAREHOUSE

Ce grand bâtiment de briques rouges est un incontournable de Yokohama. Aujourd’hui reconverti en centre commercial et en salles de réceptions, il était à l’origine le bâtiment des douanes.

Aujourd’hui, outre les boutiques et restaurants chics qui s’y trouvent, cet endroit est un véritable espace culturel. Utilisé entre autres, pour des expositions d’arts, des festivals de cinémas, des pièces de théâtre ou des représentations musicales.

Prenez le temps de monter au 3ème étage du bâtiment afin de profiter de la vue sur Chinatown et le parc Yamashita. Où vous pouvez, d’ailleurs, vous rendre par la suite pour une petite mise au vert puisque ce parc fait parti de la promenade le long de la baie.

red brick warehouse yokohama japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Nihon-Odori

NAVIRE NIPPON MARU

Le navire Nippon Maru a été onstruit dans les années 30 comme bateau de formation pour les cadets. Ce quatre mâts a fait le tour de la planète plus de 4 fois pendant près de 50 ans. Après avoir été mis hors service pendant les années 80, il est devenu un musée à ciel ouvert pour les visiteurs venus du monde entier.

Il est possible de visiter la cabine du capitaine, restaurée à l’identique, mais également le reste des 97 mètres du navire.

Si vous avez de la chance, vous serez peut-être présents à Yokohama pendant le hissage des 29 voiles qui le composent. Ce spectacle unique a lieu dix fois par an.

nippon maru yokohama japon

nippon maru 4 mats yokohama navire nippon maru yokohama

COMBIEN ÇA COÛTE ? 

L’entrée du Nippon Maru est à 600Y par adulte. Le navire est ouvert de 10h à 17h mais attention il est fermé le lundi.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Le navire Nippon Maru se situe entre deux stations de métro : Bashamichi et Minatomirai.

COSMO WORLD

Yokohama Cosmo World est d’abord célèbre pour sa grande roue qui fait également office d’horloge pour une bonne partie du quartier dans lequel le parc se trouve. Avec ses couleurs changeantes, cette grande roue est devenue un élément emblématique de la skyline de Yokohama et de sa promenade le long de la baie.

Même si Cosmo World est un petit parc d’attraction assez compact, il contient de nombreuses attractions dans le but de convenir au plus grand nombre. Qu’il s’agisse d’attractions pour les touts petits ou d’un roller coaster, vous trouverez forcément une attraction faite pour vous !

Alors qu’une partie de Cosmo World se trouve sur un côté de la rive, le reste du parc est situé de l’autre côté de l’estuaire. Cela permet donc d’avoir de belles vues d’ensemble de Cosmo World et de profiter d’un beau panorama, particulièrement de nuit.

Notez que le Yokohama Cosmo World est avant tout un parc d’attraction pour y passer l’après-midi. De ce fait, il ne ferme donc pas tard et le dernier tour de manège est annoncé à 20h.

yokohama cosmo world

yokohama cosmo world japon cosmo world japon

COMBIEN ÇA COÛTE ? 

L’entrée de Cosmo World est gratuite. Cependant il vous faudra payer pour chaque attraction que vous souhaiterez faire et le prix varie du simple au double selon votre choix.

Le parc est ouvert tous les jours, sauf le jeudi, de 11h à 20h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Situé en face du Navire Nippon Maru, il est possible de se rendre au Yokohama Cosmo World en métro. Station Bashamichi ou Minatomirai.

KAMAKURA

Kamakura fait parti de ses endroits dont on n’entend peu parler sur les sites ou blogs de voyage et c’est une erreur. Vous pourriez passer des jours entiers à Kamakura à découvrir les différents temples.

Kamakura est une petite ville côtière, mais ce n’est pas la ville en elle-même qui est le plus intéressant à voir. Enfin, pour être honnête nous ne nous y sommes pas allés par simple manque de temps.

Tout autour de la ville il y a plus d’une dizaine de temples répartis sur plusieurs kilomètres qu’il est possible de relier par train ou par des chemins de randonnées.

Si comme nous, vous êtes en manque de temps et vous voulez voir le principal de cette région, alors nous vous recommandons d’aller directement à Kotoku-in. Il s’agit d’un grand bouddha, construit sur le modèle du Big Bouddha de Hong Kong … en version mini puisqu’il ne mesure qu’un peu plus de 13 mètres.

Il est tout de même possible de visiter l’intérieur du bouddha, même si cela représente, honnêtement, peu d’intérêt.

big bouddha kamakura

kamakura yokohama japon big bouddha kamakura japon

COMBIEN ÇA COÛTE ? 

Un pass journée donnant accès à un train navette qui vaut le mérite d’être vu ne serait-ce que pour son style très rétro vous coûtera 400Y.

L’entrée simple pour Kotoku-in est de 200Y par personne et vous devrez rajouter 20Y pour entrer dans le bouddha. La majorité des temples du site sont également payants.

Le Bouddha est ouvert tous les jours de 8h à 16h30, 17h ou 17h30 selon la période de l’année.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Prendre un train de puis Yokohama Station, descendre à l’arrêt « Hase ».

Il existe aussi des trains directement depuis Tokyo ou même depuis l’aéroport de Narita pour se rendre à Kamakura.


Vous avez aimé cet article sur Yokohama ? Alors commentez ou partagez-le !

Les différences culturelles entre la France et le Japon – Partie 1

Nous y sommes, le Japon ! Après environ 11 heures de vol et une escale à Moscou, nous voici enfin arrivés à destination : Tokyo !

Qui n’a jamais rêvé de flâner dans ces rues aux multiples panneaux publicitaires colorés, illuminés et aux ambiances très « Kawaii » ?!

Même le moins geek d’entre nous ou celui qui n’a jamais vu un manga de sa vie doit l’avouer. Tokyo et le Japon font rêver.

Il faut dire qu’avec ses plus de 9 millions d’habitants Tokyo est l’une des villes les plus peuplées au monde. A cheval entre la culture japonaise traditionnelle et les nouvelles tendances J-Pop.

Nous avons 4 jours pour découvrir Tokyo et ses divers aspects. Tokyo sous tous ses jours et surtout pour en apprendre un peu plus sur la façon de vivre des locaux. L’occasion de voir de nos propres yeux si tout ce que l’on raconte depuis l’autre bout du monde est vrai.

Shizuoka Tokyo Japon

LA LANGUE

Bien sûr la première difficulté dont nous avons à faire face n’est pas la différence de culture. C’est bel et bien la barrière de la langue.

Cependant, rassurez-vous. Même s’il est vrai que rare sont les japonais qui parlent anglais, et Tokyo n’en fait pas exception. La majorité des panneaux de signalétique ou des annonces faites dans le métro par exemple, sont traduits en anglais.

viande japon tokyo

Nous prenons le temps d’apprendre quelques phrases clés avant de partir. Cela nous permettra d’entamer une discussion ou de demander une information plus facilement.

Si vous êtes perdus ou à la recherche de quelque chose, ils n’hésiteront pas à vous accompagner. Parfois, quitte à marcher à vos côtés pendant plusieurs minutes pour être surs que vous arriviez à bon port.

Mesdames, messieurs les français prenez en bonne note !

LE TRAIN / BUS / MÉTRO

Si vous arrivez, tout comme nous, à l’aéroport de Narita, il faudra rejoindre le centre-ville. Alors quoi de mieux que le train pour ça. Moyen de transport plébiscité par les locaux.

Nous achetons notre ticket, descendons au sous-sol comme pour prendre le métro et là … ça vous frappe, ça sent bon ! Non pas qu’il y ai une odeur de parfum dans l’air, mais simplement l’odeur de propre.

On ne va pas se mentir, c’est la première différence majeure avec la France et le métro parisien. Ce métro parisien où l’on peut apprécier les odeurs d’égouts, voire de pisse de clochard.

Nos regards se croisent et on pense immédiatement la même chose. Quelle première impression doivent avoir les japonais lorsqu’ils arrivent chez nous ?!

Autre différence de taille, ici personne ne se pousse, ne se bouscule ou s’insulte, même en heure de pointe. Les gens attendent patiemment leur tour. Chacun se met en file d’attente face à une entrée du métro et attend son tour. Et s’il n’y a plus de place dans ce train, c’est bien simple, ils attendent le prochain !

metro tokyo japon

Nous profitons de ce moment pour rectifier une légende urbaine concernant la ponctualité des trains au Japon. Même s’il est vrai que les trains et bus longues distances sont majoritairement ponctuels avec un départ à la minute près, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin. En effet, nous avons eu à faire à plusieurs retards, voire même arrêts de la circulation au milieu des voies pendant plusieurs dizaines de minutes.

Les mauvaises langues diront que le conducteur savait qu’il y avait des français à bord et en a donc profité pour faire une petite grève surprise ! Cependant, lors de ce genre de contre-temps les informations données au microphone ne sont pas traduites en anglais. Nous ne sommes donc pas disposés à vous donner plus d’informations quant aux raisons qui ont pu expliquer ces arrêts momentanés.

LE SENS DE MARCHE

Dans les couloirs de la gare ou dans la rue, là encore l’organisation japonaise ferait passer n’importe quel français pour un sauvage de bas étage. On tient sa gauche à Tokyo (sa droite dans d’autres villes telles que Yokohama ou Osaka par exemple). Résultat, personne ne se bouscule ou ne se marche dessus.

Vous avez bien lu, il ne s’agit pas que de tenir sa file dans les couloirs du métro mais également la rue !

Même si cela peut paraître perturbant au début, on se rend vite compte de l’intérêt d’une organisation quasi militaire comme celle-ci lorsque l’on se retrouve au beau milieu d’une marée humaine.

Vous êtes entourés de milliers de personnes et malgré cela chacun peu avancer à son rythme sans se faire bousculer de tous les côtés.

metro tokyo japon

up down metro japon rue tokyo japon

LES CIGARETTES

Sur un tout autre sujet, amis fumeurs ceci devrait vous intéresser. Il est interdit de fumer dans la rue. Oui oui, il est interdit de fumer dans la rue !

Si vous voulez vous en griller une, des zones fumeurs sont établies à l’abri des regards et de la foule. Ne vous amusez pas à passer outre ces règles car ce ne sont pas les policiers qui vous diront quelque chose en premier lieu mais bel et bien les citoyens qui viendront vous demander d’éteindre votre cigarette sur le champ.

Au début, on a l’impression que personne ne fume. On pense directement que très peu de japonais doivent être fumeurs. En réalité ils sont assez nombreux à fumer et il n’est pas rare de les voir accroupis dans des petites ruelles afin d’être discrets et de ne gêner personne.

Cependant, amis fumeurs n’ayez crainte. Contrairement à la France où il est formellement interdit de fumer en intérieur, les bars de nuit sont bien souvent fumeurs. De même que dans les cafés ou fast-food il existe des fumoirs destinés à accueillir les amoureux de la cigarette.

zone fumeur kyoto japon zone fumeur tokyo japon

L’ÉDUCATION DES ENFANTS

Chose qui nous a surpris lors de notre séjour au Japon, il s’agit de la relation parent-enfant, mais particulièrement de la relation qu’une mère peut entretenir avec sa progéniture.

Même s’il est connu que les Japonais ne se touchent pas, ou très peu, il en est de même avec leurs enfants. Aussi, dans l’intimité de la famille, une mère ne fait pas de câlin à ses enfants. Pire, elle pourra même les repousser s’ils se montrent trop tactiles.

Si l’un des membres de la famille est amené à partir pour une longue période, que ce soit pour le travail ou autre, vous ne verrez pas de scènes d’embrassades dans les gares ou les aéroports. Ils s’inclineront respectueusement et la session des « au-revoir » sera terminée.

Lorsqu’un enfant apprend à marcher et qu’il tombe, les parents ne seront pas là pour l’aider ou le consoler s’il pleure mais juste pour lui dire « allez relève toi maintenant ! ». Ce qui pour nous, européens, semble presque inconcevable.

A l’inverse, il est fréquent d’entendre des mères dire à leurs enfants « abunai » dès que ces derniers font le moindre mouvement. Cela signifie « attention c’est dangereux ». Nous avons pu l’entendre même lorsque les enfants ne font que courir dans un parc par exemple.

LE MARIAGE

Chers hommes, vous qui fantasmez sur les japonaises et qui avez toujours rêvé d’en épouser une. Sachez qu’il n’est pas rare d’entendre des histoires d’amour virant au cauchemar entre une japonaise et un étranger.

Une fois mariage signé et consommé, nombreuses sont celles qui demandent le divorce. Elles gardent ensuite les enfants pour être considérées comme parent célibataire. Ainsi elles peuvent obtenir différentes aides telles que la cantine gratuite par exemple. Nombreuses sont celles qui, par la suite, ne donnent de nouvelles au père que lorsqu’il y a des factures à payer.

Bien sûr, pas besoin d’aller au Japon pour entendre ce genre de faits divers. Mais sachez tout de même que l’on a entendu ce genre d’histoires plus d’une fois en seulement deux semaines au Japon 😊

mariage japon

L’ÉCOLE

Contrairement aux écoles françaises, les petits japonais sont en uniforme, mais surtout ils portent un chapeau coloré. Chaque couleur désigne une classe. Si vous allez au Japon vous ne pourrez manquer ces petits écoliers aux casquettes jaunes, bobs turquoises, chapeaux melon marines, etc.

Mais autre chose est plus étonnant encore. Lors de leurs quartiers libres, ils gardent leurs couvre-chefs, une scène inimaginable en France !

De la maternelle au collège, les élèves sont obligés de se rendre à l’école à pieds. Leur école étant choisie, non pas par les parents, mais par le gouvernement selon un système de zones, les écoliers sont situés proches de leur école et doivent donc s’y rendre en marchant. Pas de bus, pas de parents qui vous déposent en voiture, ils doivent marcher !

Lorsqu’ils sont tout petits et qu’ils sont en sortie de classe, vous ne verrez pas les élèves tenir la main de leurs petits camarades. Leur instituteur/institutrice tient une corde sur laquelle est reliée différents anneaux. C’est à chaque élève de tenir son anneau pour ne pas se séparer du groupe.

écolier japon

LES CHAUSSURES

Au Japon la règle est simple. Dès que nous passons le pas de porte de chez quelqu’un, d’un temple ou tout autre lieu avec un revêtement en parquet ou un tatami, les chaussures sont INTERDITES !

Mieux encore, il existe une façon de retirer ses chaussures et mieux vaut la suivre à la lettre.

Dans chaque entrée des lieux où les chaussures ne sont pas les bienvenues, il y a un espace dédié pour se déchausser. Cet espace est délimité par une petite marche, souvent en bois. Sous aucun prétexte vos chaussures ne doivent dépasser cette petite marche. Même à la main. La seule exception est si nos chaussures sont emballées dans un sac en plastique.

Lorsque nous nous déchaussons, nos pieds ou nos chaussettes ne doivent pas être en contact avec l’espace dédié aux chaussures. Autrement dit, dès que nous retirons une chaussure, notre pied déchaussé doit être posé uniquement sur la zone réservée aux pieds nus (parquet ou tatami). Mais en aucun cas sur la zone pour les chaussures car cela les salirait, il n’y aurait donc plus aucun intérêt à se déchausser.

no shoes japon

LES POUBELLES

A vrai dire, c’est notre plus grosse difficulté au Japon. Le manque de poubelles dans la rue. C’est pour une raison qui remonte à 1993, lors des attaques au gaz sarin dans les poubelles publiques. Les autorités japonaises ont alors décidé de retirer toutes les poubelles des rues.

Dans les faits, il y a toujours des cendriers et des poubelles de recyclage (plastique, papiers, bouteilles en plastique et canettes). Cependant, il est impossible de trouver des poubelles pour les autres déchets.

Comment font-ils ? Et bien ils gardent leurs déchets avec eux jusqu’à leur arrivée à domicile où ils pourront enfin les jeter. Il n’est donc pas rare de voir des japonais se promener avec un sac en plastique à la main. Ce n’est autre que leur petite poubelle de poche.

Seul problème, lorsque comme nous vous êtes un voyageur backpackeur sans domicile fixe. Nombreuses sont les fois où nous nous sommes arrêtés dans un 7/11 pour acheter de la nourriture. Après avoir mangé, nous nous sommes retrouvés sans aucun endroit pour jeter les emballages.

Enfin, même si les japonais sont très propres et que vous ne verrez quasiment aucun détritus dans la rue. Nous ne pouvons nous empêcher de penser aux touristes parfois sales ou impatients qui n’attendront pas le soir d’être rentrés à leur hôtel pour jeter leurs emballages ou restes alimentaires …

poubelles japon

LES SACS EN PLASTIQUE

En parlant de déchets, nous avons pu constater un retard au niveau de mentalités concernant les sacs en plastique. Certes, comme expliqué plus haut, les japonais sont propres et il est rare de voir des détritus dans la rue. Cependant, cela n’excuse pas le nombre de sacs plastiques utilisés pour le moindre achat.

Vous voulez un exemple concret ?

Nous avons acheté un petit gâteau dans une boulangerie. Premier emballage : un petit sachet en plastique. Puis vient le sac en papier. Enfin un deuxième sac en plastique !

Vous voyez l’idée ? A l’heure où nous autres européens commençons ENFIN à prendre conscience de ce mal que sont les emballages plastiques, nous avons été déçus de constater qu’au Japon, ce problème ne semble pas du tout d’actualité.


Vous avez aimé cet article ? Faites découvrir les différences culturelles qui existent entre le Japon et la France à vos amis. Partagez cet article ou laissez-nous un commentaire !

Découvre la suite de cet article avec « Les différences culturelles entre le Japon et la France – Partie 2 »