Yokohama, trop souvent oubliée des voyageurs

A seulement une heure de métro de Tokyo et 30 minutes par JR Pass, Yokohama fait partie de la grande banlieue Tokyoïte. D’ailleurs, de nombreux japonais vivent à Yokohama et travaillent à Tokyo ou l’inverse !

Il serait donc dommage de ne pas aller découvrir Yokohama le temps d’un week-end … ou plus.

CHINATOWN

porte chinatown yokohama japon

restaurant chinatown yokohama japon rooftop chinatown yokohama japon

Nous avons commencé notre visite de Yokohama par le quartier de Chinatown. D’abord parce que ce quartier fait parti des incontournables de la ville, mais aussi parce qu’il se trouve à deux pas du port et des berges de Yokohama. L’occasion donc, de faire d’une pierre deux coups.

Si le Chinatown de Yokohama connaît une telle renommée, c’est d’abord parce qu’il s’agit du plus grand quartier chinois du Japon. Mais pas seulement ! Il s’agit également du plus grand Chinatown de toute l’Asie, hors Chine évidemment.

Cependant, peu de chinois vivent aujourd’hui dans ce quartier puisqu’on n’en compte qu’entre 3000 et 4000. Ce qui est très peu en comparaison des 3,7 millions d’habitants que compte la ville de Yokohama.

Prenez le temps de vous arrêter dans un de ses nombreux restaurants et de goûter les plats traditionnels chinois. Particulièrement si avant ou après votre voyage au Japon vous n’avez pas prévu de vous rendre en Chine. Et profitez des couleurs de ce quartier très vivant.

chinatown yokohama japon

porte chinatown yokohama porte chinatown japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Motomachi-Chukagai

LA BAIE DE YOKOHAMA

Nous vous conseillons fortement de ne pas faire l’impasse sur la promenade le long de la baie de Yokohama. Que ce soit de jour, comme de nuit, vous aller prendre plaisir à découvrir ce quartier de la ville.

De là vous aurez une vue imprenable sur le pont à haubans de 860 mètres qui donne sur la baie de Yokohama.

C’est aussi depuis le long de la baie de Yokohama qu’il est possible d’accéder à la Marine Tower depuis laquelle vous aurez une magnifique vue sur la baie. Haute de 106 mètres, cette tour est en réalité le 2ème plus haut phare du monde, après le phare de Djeddah en Arabie Saoudite.

marine tower yokohama japon

Si vous en avez l’opportunité, nous vous recommandons de profiter du panorama de nuit. Cependant, si vous préférez vous y rendre durant la journée, alors choisissez une journée où le ciel est dégagé. En effet, vous aurez peut-être la chance d’y apercevoir le Mont Fuji !

Le long de la baie se trouve également le terminal maritime international d’où de nombreux paquebots et autres bateaux de croisières larguent les amarres pour une nuit ou plus. Lors de leur départ, vous entendrez donc les cornes de brume des bateaux retentir dans la baie.

Enfin, respirez l’air marin tout en vous promenant dans un espace vert et fleuri au parc Yamashita. Un parc qui possède, à s’y méprendre, une architecture de jardins à la française. Très symétrique, avec des buissons parfaitement taillés et des fontaines entourés de pelouse entretenues au centimètre près.

Si vous êtes à Yokohama durant le printemps, c’est définitivement un endroit que vous ne devez pas manquer au vue du nombre de fleurs qui s’y trouvent.

baie yokohama japon

parc yamashita yokohama japon baie de yokohama la marche des elephants

COMBIEN ÇA COÛTE ?

Il vous faudra débourser 750Y par personne pour accéder au panorama de la Marine Tower. Elle est ouverte de 10h à 22h30.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Motomachi-Chukagai pour être le plus proche de la Marine Tower.

Station de métro : Nihon-Odori pour être le plus proche du terminal maritime international et arriver directement au milieu de la promenade le long de la baie.

RED BRICK WAREHOUSE

Ce grand bâtiment de briques rouges est un incontournable de Yokohama. Aujourd’hui reconverti en centre commercial et en salles de réceptions, il était à l’origine le bâtiment des douanes.

Aujourd’hui, outre les boutiques et restaurants chics qui s’y trouvent, cet endroit est un véritable espace culturel. Utilisé entre autres, pour des expositions d’arts, des festivals de cinémas, des pièces de théâtre ou des représentations musicales.

Prenez le temps de monter au 3ème étage du bâtiment afin de profiter de la vue sur Chinatown et le parc Yamashita. Où vous pouvez, d’ailleurs, vous rendre par la suite pour une petite mise au vert puisque ce parc fait parti de la promenade le long de la baie.

red brick warehouse yokohama japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Nihon-Odori

NAVIRE NIPPON MARU

Le navire Nippon Maru a été onstruit dans les années 30 comme bateau de formation pour les cadets. Ce quatre mâts a fait le tour de la planète plus de 4 fois pendant près de 50 ans. Après avoir été mis hors service pendant les années 80, il est devenu un musée à ciel ouvert pour les visiteurs venus du monde entier.

Il est possible de visiter la cabine du capitaine, restaurée à l’identique, mais également le reste des 97 mètres du navire.

Si vous avez de la chance, vous serez peut-être présents à Yokohama pendant le hissage des 29 voiles qui le composent. Ce spectacle unique a lieu dix fois par an.

nippon maru yokohama japon

nippon maru 4 mats yokohama navire nippon maru yokohama

COMBIEN ÇA COÛTE ? 

L’entrée du Nippon Maru est à 600Y par adulte. Le navire est ouvert de 10h à 17h mais attention il est fermé le lundi.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Le navire Nippon Maru se situe entre deux stations de métro : Bashamichi et Minatomirai.

COSMO WORLD

Yokohama Cosmo World est d’abord célèbre pour sa grande roue qui fait également office d’horloge pour une bonne partie du quartier dans lequel le parc se trouve. Avec ses couleurs changeantes, cette grande roue est devenue un élément emblématique de la skyline de Yokohama et de sa promenade le long de la baie.

Même si Cosmo World est un petit parc d’attraction assez compact, il contient de nombreuses attractions dans le but de convenir au plus grand nombre. Qu’il s’agisse d’attractions pour les touts petits ou d’un roller coaster, vous trouverez forcément une attraction faite pour vous !

Alors qu’une partie de Cosmo World se trouve sur un côté de la rive, le reste du parc est situé de l’autre côté de l’estuaire. Cela permet donc d’avoir de belles vues d’ensemble de Cosmo World et de profiter d’un beau panorama, particulièrement de nuit.

Notez que le Yokohama Cosmo World est avant tout un parc d’attraction pour y passer l’après-midi. De ce fait, il ne ferme donc pas tard et le dernier tour de manège est annoncé à 20h.

yokohama cosmo world

yokohama cosmo world japon cosmo world japon

COMBIEN ÇA COÛTE ? 

L’entrée de Cosmo World est gratuite. Cependant il vous faudra payer pour chaque attraction que vous souhaiterez faire et le prix varie du simple au double selon votre choix.

Le parc est ouvert tous les jours, sauf le jeudi, de 11h à 20h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Situé en face du Navire Nippon Maru, il est possible de se rendre au Yokohama Cosmo World en métro. Station Bashamichi ou Minatomirai.

KAMAKURA

Kamakura fait parti de ses endroits dont on n’entend peu parler sur les sites ou blogs de voyage et c’est une erreur. Vous pourriez passer des jours entiers à Kamakura à découvrir les différents temples.

Kamakura est une petite ville côtière, mais ce n’est pas la ville en elle-même qui est le plus intéressant à voir. Enfin, pour être honnête nous ne nous y sommes pas allés par simple manque de temps.

Tout autour de la ville il y a plus d’une dizaine de temples répartis sur plusieurs kilomètres qu’il est possible de relier par train ou par des chemins de randonnées.

Si comme nous, vous êtes en manque de temps et vous voulez voir le principal de cette région, alors nous vous recommandons d’aller directement à Kotoku-in. Il s’agit d’un grand bouddha, construit sur le modèle du Big Bouddha de Hong Kong … en version mini puisqu’il ne mesure qu’un peu plus de 13 mètres.

Il est tout de même possible de visiter l’intérieur du bouddha, même si cela représente, honnêtement, peu d’intérêt.

big bouddha kamakura

kamakura yokohama japon big bouddha kamakura japon

COMBIEN ÇA COÛTE ? 

Un pass journée donnant accès à un train navette qui vaut le mérite d’être vu ne serait-ce que pour son style très rétro vous coûtera 400Y.

L’entrée simple pour Kotoku-in est de 200Y par personne et vous devrez rajouter 20Y pour entrer dans le bouddha. La majorité des temples du site sont également payants.

Le Bouddha est ouvert tous les jours de 8h à 16h30, 17h ou 17h30 selon la période de l’année.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Prendre un train de puis Yokohama Station, descendre à l’arrêt « Hase ».

Il existe aussi des trains directement depuis Tokyo ou même depuis l’aéroport de Narita pour se rendre à Kamakura.


Vous avez aimé cet article sur Yokohama ? Alors commentez ou partagez-le !

Tokyo la touristique

Tokyo est une ville qui fait rêver des milliers de personnes. Que ce soit pour sa culture traditionnelle japonaise, ses temples, son excentricité ou son amour des mangas. Chacun a ses raisons d’aimer Tokyo.

Prenez le temps de découvrir cette ville aux mille facettes et aux millions de touristes.

QUARTIER SHIBUYA

Shibuya est l’un des quartiers les plus animés de Tokyo.

Si vous voulez sortir le soir, aller au restaurant, faire du shopping ou du karaoké, Shibuya est le quartier idéal ! Ici les magasins tels que Bershka, Zara, Forever 21 ou autres possèdent plus de 6 ou 7 étages de rayons ! Si vous ne trouvez pas votre bonheur ici je crains fort que vous ne le trouviez jamais 😊

Le quartier de Shibuya est également connu pour son carrefour mondialement célèbre. Pour cause ! Il s’agit du plus grand carrefour du monde. Prenez le temps d’observer cette marée humaine, mais également l’ordre qui y règne. Ici personne ne traverse lorsque c’est aux voitures de circuler. Mais quand vient le tour des piétons, la route se transforme en une véritable fourmilière !

shibuya tokyo japon

bershka tokyo japon forever 21 tokyo japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Shibuya

QUARTIER AKIHABARA

Akihabara est sans doute le quartier le plus connu par tous les geeks du monde. Et pour cause, il s’agit là du rendez-vous de tous les fans de jeux vidéo, mangas et de l’excentricité « Kawaii » japonaise.

Ce quartier est rempli de buildings dont chaque étage est dédié aux jeux vidéo, jeux d’arcades, de danse ou autres. Des championnats sont même organisés ! Avec un peu de chance vous aurez peut-être l’occasion de vous confronter à quelques champions 😊

Dans la rue principale d’Akihabara vous trouverez, pas moins, de 4 immeubles de la marque SEGA.

Pour ceux qui pensent que le Japon se résume à quelques japonais et japonaises en tenu de mangas, sachez que c’est à Akihabara que vous aurez le plus de chances de croiser ces locaux vêtus façon cosplay. Mais ne croyez pas non plus que toutes les personnes que vous croiserez seront habillés en Sailor Moon ou autres 😊

akihabara tokyo japon

may the force be with you akihabara akihabara japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Akihabara

QUARTIER HARAJUKU

Harajuku est un quartier tendance. Ici vous trouverez de nombreuses boutiques à la mode et parfois des files d’attente à n’en plus finir pour rentrer dans un restaurant.

Mais si vous êtes dans le quartier d’Harajuku, il faut absolument que vous testiez l’ambiance de la rue Takeshita. Ici comme beaucoup d’autres endroits au Japon, les gens tiennent leur gauche lorsqu’ils marchent. Résultat, la rue est littéralement bondée mais les gens ne se bousculent pas. Bien sûr il sera difficile d’avoir un rythme de marche rapide vu la foule présente mais malgré tout il reste très agréable de se promener dans cette rue.

C’est l’occasion d’y avoir de nouvelles expériences, notamment en termes de sucreries. Barbes à papa aux couleurs de l’arc-en-ciel, crêpes roulées et fourrées aux fraises, chantilly, bonbons en chocolat ou autres gourmandises. Toutes les folies sucrées sont possibles pour le plus grand bonheur des becs sucrés !

takeshita street tokyo japon

takeshita street japon tokyo barbe a papa multicolore tokyo japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Meiji-Jingumae Harajuku

MEIJI-JINGU

Le sanctuaire Meiji-Jingu est situé à deux pas de la Takeshita Street, dans le quartier Harajuku. Il fait parti des incontournables de Tokyo pour les touristes et voyageurs du monde entier.

Personnellement nous ne sommes pas allés voir les jardins du sanctuaire. Etant à Tokyo au début du mois d’octobre, il était trop tard pour voir les jardins fleuris et trop tôt pour apprécier les couleurs d’automne orangées.

Cependant, nous avons eu la chance d’assister au début d’une cérémonie de mariage traditionnel au sein même du temple.

mariage traditionnel japonais

vin rouge français meiji jingu tokyo meiji jingu temple park tokyo

Le sanctuaire Meiji-Jingu est composé de plusieurs parties.

Tout d’abord, comme dans tout temple japonais, il faut se rincer les mains et la bouche avant d’aller prier. Pour ce faire, un bassin se trouve à l’entrée avec des petites coupelles pour pouvoir procéder à la purification.

Une fois à l’intérieur du sanctuaire, il est possible de prier. Le rituel est simple. Lancez une pièce. Tapez deux fois dans vos mains. Inclinez-vous deux fois. Priez. Puis tapez à nouveau deux fois dans vos mains.

Prenez le temps de contempler les japonais prier, car c’est un rituel très beau à regarder.

Près du lieu de prière se trouve l’arbre sacré. Il est dit que si vous jetez une pièce et faites une prière face à cet arbre sacré, votre mariage durera toute une vie.

Enfin, le sanctuaire comprend une partie réservée aux vœux. C’est l’occasion d’écrire vos plus beaux vœux et de les suspendre pour qu’ils se réalisent. Si vous n’êtes pas inspirés, sachez que des vœux déjà formulés sont disponibles à la vente. Bien sûr, tout comme les deux autres parties du temple, il vous faudra d’abord jeter une pièce pour pouvoir accrocher votre vœu.

meiji-jingu entrée tokyo

purification main bouche temple japon meiji jingu temple tokyo

COMBIEN CA COÛTE ?

Si l’entrée pour temple est gratuite, les jardins eux sont payants et vous coûteront 500Y. Les heures d’ouvertures sont entre 9h et 16h30 tous les jours de la semaine.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Meiji-Jingumae Harajuku

SENSO-JI

Le temple Senso-Ji est probablement l’un des plus célèbre de Tokyo. Avec sa couleur rouge flamboyant, il est l’un des symboles des la ville. Il s’agit également du plus vieux temple bouddhiste de la capitale japonaise.

Situé au cœur du quartier Asakusa, vous pourrez prendre la pose sous la porte du tonnerre, la Kaminarimon. Prenez le temps d’observer la lanterne en papier rouge qui se trouve sous la porte. Il s’agit de la plus grosse lanterne de papier au monde !

plus grosse lanterne papier du monde tokyo 

Après avoir passé la porte d’accès au temple, vous vous retrouvez dans une allée commerçante. Ici de nombreuses boutiques souvenirs se succèdent. Toute plus chère les unes que les autres. Un seul conseil : achetez vos souvenirs ailleurs. Plus vous serez près d’un temple ou d’un lieu touristique, plus vos souvenirs vous coûteront chers. Mais tout cela n’est que logique 😊

A quelques pas du temple seulement se trouve un petit parc qui entour ce dernier. Entre pagode et autres temples secondaires, il s’agit d’un endroit agréable pour une petite promenade.

Là encore, vous trouverez le nécessaire pour se purifier avant d’aller prier. Qu’il s’agisse de la fontaine pour se rincer les mains et la bouche ou de l’encens avec lequel s’envelopper pour purifier son esprit.

senso ji temple tokyo japon

senso ji temple tokyo purification esprit senso ji tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’entrée au temple est gratuite de 6h30 à 17h. Si vous êtes un lève-tôt, nous vous recommandons donc d’y aller pour le lever du jour et profiter ainsi d’un temple quasi désert.

Seuls les souvenirs et prières sont payantes mais rien ne vous oblige à déposer un vœu.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Asakusa

SANCTUAIRE NEZU

Le sanctuaire Nezu est tout petit. Il ne vous faudra pas plus de 20 minutes pour en faire le tour en prenant votre temps.

Cependant, c’est le parfait moyen pour voir les célèbres portes rouges du Japon si vous n’avez pas la possibilité d’aller jusqu’à Kyoto. Vous aussi vous pourrez faire votre photo Instagram sans être allé à Fushimi 😊

Pour la petite anecdote, sachez que chacune de ces portes représente un vœu. Ce vœu est d’ailleurs inscrit sur la porte, mais il vous faudra savoir lire le japonais pour les déchiffrer.

Outre ces portes, le sanctuaire Nezu comprendre également un temple shinto. Si vous êtes à Tokyo entre avril et mai, le temple Nezu est le lieu à ne pas manquer. En effet, tous les ans à cette période se tient le festival des azalées. L’occasion de découvrir le sanctuaire sous un jour coloré !

sanctuaire nezu tokyo japon portes voeux sanctuaire nezu tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’entrée du sanctuaire Nezu est gratuite. Il est ouvert tous les jours de 8h à 17h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Nezu ou Todaimae

JARDIN DU PALAIS IMPÉRIAL

Comme son nom l’indique, les jardins du palais impérial entourent le domicile actuel de l’Empereur. Entourés eux-mêmes par des douves et remparts plus ou moins bien conservées, seuls certaines parties du parc sont ouvertes au public.

Il est cependant possible de réserver une visite guidée dans le but de visiter le palais. Mais soyez prévenus, la visite ne se fait qu’en extérieur. Elle vous permet donc d’approcher le palais impérial, mais en aucun cas d’y entrer.

Sachez que, suite à un incendie dans la fin des années 1800 et à sa destruction lors de la seconde guerre mondiale, le domaine a été reconstruit dans les années 60. Il ne s’agit donc pas de monuments d’origines.

Un conseil, évitez de venir visiter le palais et ses jardins le 23 décembre, date de l’anniversaire de l’Empereur, ainsi que le 2 janvier lors de la présentation de ses vœux. En effet, il s’agit d’une période de très forte affluence touristique.

Nous aurions bien envie de rajouter la période du nouvel an chinois, cependant il en sera de même dans tout le reste du pays.

Si vous avez l’occasion de venir au Japon pendant la période de floraison, vous avez de la chance, car les jardins seront colorés !

Le reste du temps, vous pourrez découvrir les différentes parties qui composent les jardins. Qu’il s’agisse de tour d’observation ou de centre de formation de soldats. Vous aurez peut-être même la chance d’apercevoir, ou au moins d’entendre, des gardes en pleine formation d’arts martiaux !

jardins palais impérial tokyo japon

remparts tokyo japon maison garde tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’entrée des jardins du palais impérial est gratuite. En ce qui concerne la visite guidée nous sommes dans l’incapacité de vous répondre étant donné que nous ne l’avons pas fait.

Nous vous recommandons cependant de réserver vos places à l’avance. Même si une petite centaine de places peuvent être achetés le jour-même, vu l’affluence de ce lieu touristique, vous êtes mieux d’anticiper si vous souhaitez pousser votre visite un peu plus loin.

Attention, les jardins sont ouverts de 9h à 16h30 et sont fermés les lundis et vendredis.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Otemachi ou Nijubashimae « Marunouchi » pour l’entrée Est

Station de métro : Hanzomon pour l’entrée Ouest

PASSAGE SHOMBEN YOKOCHO

Si vous êtes dans le quartier de Shinjuku, ne manquez pas le Passage Shomben Yokocho. Une petite ruelle remplie de restaurants et bars traditionnels.

Ici tout est petit, à l’image de ce passage.

Les restaurants ne sont qu’un petit couloir. Les cuisines sont ouvertes sur la salle. Le nombre de clients ne peut excéder une quinzaine de couverts pour les plus spacieux d’entre eux.

Nous avons mangé dans un de ces restaurants le premier soir de notre arrivée à Tokyo. J’avoue qu’il s’agissait d’une mise en bouche parfaite pour s’immerger dans la culture Tokyoïte.

Pour ceux qui ne parlent pas un mot de japonais, n’hésitez pas à demander la carte en anglais. Etant dans un quartier touristique, la majorité des établissements en possèdent une.

passage Shomben Yokocho Tokyo Japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Shinjuku

GOLDEN GAI

Si vous êtes à Tokyo et que vous voulez vivre la « night life Tokyoïte » rendez-vous au Golden Gai. Là encore, nous sommes en pleins quartier de Shinjuku. Un quartier très vivant, de jour comme de nuit.

Au départ il s’agit du lieu de prédilection pour sortir les week-ends auprès des habitants de Tokyo. Aujourd’hui c’est avant tout un lieu très prisé des touristes. Ne vous étonnez donc pas si vous ne cessez de croiser des expatriés ou backpackeurs festoyant.

Vous le remarquerez rapidement puisque dans ce quartier on vous demandera une côtisation pour simplement entrer dans un bar. En moyenne il faudra compter 500 Yen par personne, et ce, même si vous avez l’intention de consommer une fois à l’intérieur. Le prix de l’entrée ne comprend aucune boisson. A l’inverse, il faudra souvent compter à nouveau 500 Yen par verre.

C’est donc loin d’être un quartier bon marché pour sortir. Cependant, c’est l’un des quartiers avec le plus de charme. Dans ces petites ruelles se succèdent un nombre incalculable de bars. Tous plus petits les uns que les autres. Un comptoir, une petite dizaine de tabourets et bien sûr le barman ! Le cadre est posé.

golden gai tokyo japon

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Shinjuku

LA VUE PANORAMIQUE

Bien sûr, si vous êtes à Tokyo vous ne pouvez manquer la vue panoramique sur la ville, et particulièrement de nuit !

Rassurez-vous, vous n’avez que l’embarras du choix puisqu’il n’existe pas moins de 3 points de vue différents pour profiter d’un tel panorama.

TOKYO TOWER

Le point de vue le plus connu est sans aucun doute la Tokyo Tower. Célèbre notamment pour être inspirée de la Tour Eiffel de Paris.

Contrairement à cette dernière, la Tokyo Tower mesure 333 mètres de haut ce qui en fait la plus haute tour métallique du monde ! En effet, la Tour Eiffel culmine à 300 mètres de hauteur. Cependant, le dernier étage de la tour se situe à 250 mètres de haut, contrairement à la Tour Eiffel dont le 3ème étage se trouve à plus de 273 mètres. Malgré tout, cette hauteur reste tout de même impressionnante et promet un beau panorama sur la ville de Tokyo.

Certains seront peut-être déçus car peu importe le niveau auquel vous vous rendez vous serez derrière des vitres pour apprécier la vue sur Tokyo.

tokyo tower tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

900 Yen par adulte pour accéder à la plateforme de 150 mètres

2800 Yen par adulte pour accéder à la plateforme de 150 mètres ainsi que celle à 250 mètres de haut.

Vous pouvez vous rendre à la Tokyo Tower tous les jours de 9h à 23h et donc apprécier un coucher de soleil sur la ville.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Kamiyacho ou Akabanebashi

TOKYO SKY TREE

La Tokyo Sky Tree est sans conteste la tour la plus haute de la ville, et pour cause, elle mesure plus de 630 mètres. Il s’agissait, lors de son inauguration en 2012, de la 2ème plus haute tour du monde !

Cette tour est donc un réel symbole de la ville de Tokyo, visible depuis de nombreux points stratégiques. Si vous souhaitez prendre la tour en photo, rendez-vous dans le parc Sumida, le long de la rivière Sakura. De là, vous aurez un panorama idéal sur la Tokyo Sky Tree.

Tout comme la Tokyo Tower, ne vous attendez pas à profiter de la vue depuis l’extérieur. Ce qui, bien sûr, n’est pas le meilleur pour pouvoir prendre des photos du panorama.

tokyo sky tree japon

COMBIEN CA COÛTE ?

Comptez entre 1000 Yen et 2000 Yen pour un adulte pour vous rendre au sommet de la Tokyo Sky Tree. Le prix variant si vous souhaitez vous rendre au premier étage à 350 mètres de hauteur ou au deuxième étage, à 450 mètres.

La Tokyo Sky Tree est ouverte tous les jours de la semaine de 8h à 22h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Oshiage « Sky Tree »

SIÈGE DU GOUVERNEMENT MÉTROPOLITAIN

A nos yeux le siège du gouvernement métropolitain est le meilleur plan pour observer Tokyo d’en haut et pour une raison simple : c’est gratuit ! Ce qui est un argument indéniable lorsque l’on voyage à petit budget dans une ville aussi chère que Tokyo.

Il vous faudra peut-être faire la queue, surtout si vous décidez de vous y rendre un vendredi ou samedi soir, mais cela vaut largement le coup. En effet, du haut de ses 48 étages, vous pouvez avoir une vue sur Tokyo à plus de 240 mètres.

Pour ceux qui en ont les moyens, il y a également un restaurant au sommet de cet immeuble afin de manger avec une vue à 360° sur la ville.

Là encore, vous resterez derrière des vitres pour profiter de la vue. Néanmoins, lorsque l’entrée est gratuite cela a tendance à être moins contraignant.

siege gouvernement metropolitain tokyo japon

panorama tokyo by night panorama vue tokyo japon

COMBIEN CA COÛTE ?

L’accès à l’observatoire est gratuit !!

Concernant les heures d’ouverture ils dépendent d’une tour à l’autre. Le siège du gouvernement métropolitain possède deux tours. L’une est ouverte de 9h30 à 17h30, tandis que la seconde est ouverte de 9h30 jusqu’à 23h.

COMMENT S’Y RENDRE ?

Station de métro : Tochomae

BONUS :

LE MARCHÉ AUX POISSONS DE TSUKIJI

Tsukiji c’est fini ! Et c’est si triste. Certes le marché n’a pas complètement fermé ses portes puisqu’il ne s’agit que d’un déménagement, mais le lieu est maintenant fermé au public. Impossible donc de sentir l’ambiance si particulière qui a fait la renommé du plus grand marché aux poissons du monde.

Même si un petit nombre de personnes peuvent encore observer depuis une plateforme cette fourmilière si particulière, il est aujourd’hui impossible de se promener dans les allées.

De plus, le charme de l’ancien bâtiment n’est plus. Certes c’est une bonne chose pour l’hygiène puisque les rats ne sont plus présents … en tout cas pour l’instant ! Mais c’est aussi la fin d’une histoire, d’une période.

MUSÉE GHIBLI

Si vous souhaitez visiter le musée Ghibli lors de votre venue à Tokyo ne faites pas comme nous ! Nous avons attendus en se disant que nous organiserions notre séjour Tokyoïte une fois sur place … malheureusement les entrées du musée Ghibli se réservent un mois à l’avance. Et pour cause, il y a tellement de demandes qu’ils ont été obligés d’instaurer une organisation drastique.

Si vous réservez depuis la France ou n’importe quel autre pays autre que le Japon, vous devrez passer par une agence de voyage. Généralement il s’agit de l’agence Keikaku.

Vous devrez alors remplir un formulaire et réserver sur leur site internet avant le 10 du mois précédant votre visite.

Si vous êtes au Japon, les billets pour le musée Ghibli sont mis en vente le 10 de chaque mois pour le mois suivant. Par exemple, le 10 novembre pour visiter le musée entre le 1er et le 31 décembre.

Dans tous les cas, les billets sont mis en vente à partir de 10 heures, heure japonaise. Sachez que si vous manquez le début des ventes, que ce soit en agence physique ou sur internet, il est illusoire de penser que vous pourrez acheter un billet tellement le musée est demandé !


Vous avez aimé cet article sur Tokyo ? Alors partagez-le et laissez nous un commentaire !

Les différences culturelles entre la France et le Japon – Partie 2

Dans un premier article, nous vous recensions les différences culturelles qui existent entre la France et le Japon et dont nous avons été témoins lors de notre voyage.

Vous l’aurez deviné, ces différences culturelles sont tellement nombreuses, qu’il était nécessaire d’écrire un second article sur ce sujet.

LE TRAVAIL

Au Japon, le travail est ce qui représente une personne. Lorsqu’on vous demande qui vous êtes, vous devez répondre par l’intitulé de votre poste.

De ce fait, les japonais sont particulièrement impliqués dans leur travail. Ils arrivent tôt le matin. Ils repartent tard le soir. Et pendant toute la journée ils sont assidus et concentrés sur leurs tâches et missions à effectuer.

Quand l’horloge indique la fin de journée de travail, ne vous étonnez pas si personne ne se lève pour rentrer chez lui et si tout le monde reste campé à son bureau pour travailler. Il est assez mal vu d’être le premier à quitter l’entreprise. Personne ne veut donc être celui qui prendra l’initiative de partir.

Il existe une règle concernant la fin des heures de travail au Japon. Dès que vous quitter votre bureau pour rentrer chez vous, vous devez dire « osaki ni shitsurei shimasu ». Ce qui signifie « Excusez-moi de quitter le travail avant vous ». Oui, il est nécessaire de s’excuser lorsque vous êtes le premier à rentrer. Mais cette phrase est également de mise même si la moitié de vos collègues sont déjà partis ou si vous n’êtes plus que deux dans l’open space.

Autrement dit, dès que vous quitter le travail, si vous n’êtes pas le dernier parti, vous devez vous excuser pour cela. Autant vous dire que pour la majorité des expatriés au Japon, cette petite formule de politesse fait partie de leur quotidien.

LES HEURES DE FERMETURE

Que ce soient les bars, les magasins, les restaurants ou autres stands de rue, l’heure c’est l’heure lorsque la fermeture est imminente.

Si vous êtes en train de faire la queue chez le glacier mais qu’il est l’heure pour lui de fermer, il fermera sans vous servir. Même si la file d’attente est longue et qu’il y a encore des clients qui attendent leurs glaces.

Vous feriez donc mieux d’anticiper vos sorties nocturnes car contrairement à la France, les bars et restaurants ferment leurs portes vers 23h. Après cela, libre à vous d’aller en boîte de nuit mais sachez que le métro ne fonctionne plus passé minuit (même dans une ville telle que Tokyo).

Pour vos visites de temple par exemple, les heures de fermeture sont également très tôt puisque la majorité ferment leurs portes aux alentours de 16h30. Mieux vaut donc être lève-tôt pour ne pas passer à côté de certains lieux.

LES INFORMATIONS

Ce qui est drôle pour un occidental, c’est tout le cheminement qu’il y a autour d’une simple question ou d’une demande d’information dans un magasin ou un restaurant. Pour mieux vous expliquer, voici un exemple concret.

Vous êtes dans un magasin et souhaitez avoir une information sur un produit. Vous demandez au premier vendeur que vous croisez. Si ce dernier n’est pas en mesure de vous donner une réponse, il va vous laisser sur place puis partir demander à son chef.

Si son chef n’a pas non plus l’information, il va lui-même aller voir son supérieur, etc. jusqu’à ce que quelqu’un soit en mesure de répondre à votre question initiale. Le premier vendeur a qui vous aviez demandé l’information reviendra vers vous pour vous donner la réponse que vous attendez.

Chose hilarante. Si vous rompez le protocole et suivez le premier vendeur afin d’avoir l’information plus rapidement de la part de son chef, ce dernier ne s’adressera pas à vous pour répondre à la question, mais bel et bien à son vendeur qui ensuite vous répondra. Cela peut donc vous amener à vivre certaines scènes cocasses où vous aurez l’impression d’être littéralement invisible aux yeux des supérieurs des vendeurs.

LES SIESTES

Au Japon, si vous êtes fatigué, personne ne vous jugera si vous décidez de faire une sieste et ce, peu importe l’endroit où vous êtes à l’instant T.

Il est donc fréquent de voir des personnes dormir dans des endroits incongrus, voire complètement insolites. On se demande souvent comment ils peuvent bien faire pour s’endormir n’importe où. Mais surtout on se demande si les positions qu’ils ont sont réellement confortables.

Dans le métro, dans la rue ou même dans les bars ! Quotidiennement vous croiserez ces dormeurs qui ne manqueront pas de vous faire rire. Profitez donc de ce spectacle et n’hésitez pas à nous faire partager vos photos des meilleurs dormeurs que vous croiserez.

sieste metro japon sieste metro japon

LA PEUR DES MALADIES

Non ce n’est pas une légende, certains japonais utilisent bel et bien des masques chirurgicaux au quotidien. C’est tellement commun que vous pourrez en trouver un rayon complet dans les épiceries de quartier.

A cela plusieurs raisons et explications.

Ces masques sont d’abord pour les personnes qui sont malades et qui ne souhaitent pas transmettre leurs microbes aux autres gens. Sachez qu’un simple rhume ou nez qui coule est susceptible d’être une raison pour porter un de ces masques. Ne prenez donc pas peur de ces gens qui pourraient passer pour des malades victimes d’un virus contagieux et incurable.

Si cela part d’un bon sentiment, ce n’est pas toujours la raison invoquée par ces porteurs de masques. En effet, d’autres les portent juste par peur d’attraper une maladie.

Vous croiserez donc de nombreuses personnes dans le métro ou dans la rue qui ne présentent aucun symptôme. Pas de reniflement, pas d’éternuement, rien, mais ils portent tout de même un masque.

Il est d’ailleurs extrêmement mal vu de se moucher dans la rue ou en public. Les japonais préfèrent renifler pendant des heures plutôt que de prendre le temps de se moucher et de passer pour quelqu’un de malade …

Cette peur invétérée des maladies est très commune au Japon et est également visible avec la peur des coups de soleil.

Aussi, dès que le soleil pointe le bout de son nez, vous verrez les japonais sortir leurs chapeaux, leurs parapluies et autres manchettes spécialement conçues pour protéger des UV.

Tout est prétexte à se cacher du soleil au maximum. Et dire qu’en France on fait des scandales pour les burkinis sur les plages. Ici c’est plutôt la vue d’un bikini qui étonnerait la population !

LES ENCAS

Sur votre chemin vous trouverez de nombreuses échoppes de bouche qui vendent des brochettes ou autres mets prêts à déguster. Profitez-en pour en faire vos repas, car à moins d’être dans un endroit très touristiques, ils sont souvent très intéressants en termes de rapport qualité-prix.

Attention cependant. Ce n’est pas parce que ces boutiques ont pignon sur rue et que vous les commandez sur le bord du trottoir que vous êtes autorisés à les manger dans la rue.

crepe chocolat fraise banane chantilly

dango japon riz gluant patisserie japonaise chocolat

En effet, même si aucune loi ne vous interdit de manger dans la rue c’est extrêmement impoli de manger en marchant ou sur un bord de trottoir. Les japonais ont donc établi des zones de repas. Tout comme les zones fumeurs, ces endroits sont spécialement conçus pour manger.

Alors que certains de ces « corner food » disposent de manges-debout, ce n’est pas le cas de tous. Ne vous étonnez donc pas si dans ces zones réservées vous ne trouverez ni chaise, ni table.

poulpe oeuf japon

ravioles japonaises Okonomiyaki japon

LES TOILETTES PUBLIQUES

Au Japon vous trouverez des toilettes publiques un peu partout. Que ce soit dans toutes les stations de métro ou dans la rue. Il n’est pas difficile de trouver un endroit pour vous soulager. Nous vous conseillons vivement d’aller aux toilettes plutôt que de trouver un petit coin de rue, n’est-ce pas messieurs, et ce pour plusieurs raisons.

La première raison est évidente : c’est dégueulasse et ça pue ! Mais en plus vous serez bien les seuls à faire cela car vous ne verrez littéralement AUCUN japonais faire ses besoins dans la rue !

La deuxième raison c’est qu’il serait bien dommage de se priver de vraies toilettes, particulièrement quand ces dernières sont parfaitement propres. C’est incroyable, chaque fois que nous sortions des toilettes publiques nous avions cette même surprise : c’était parfaitement propre !

Aucun déchet au sol, pas de pipi par terre, pas de papier toilette abandonné. Les toilettes publiques sont aussi propres que les toilettes de chez vous … si ce n’est plus car elles disposent, pour la majorité d’entre elles, de sprays désinfectants afin de nettoyer la cuvette des toilettes avant de les utiliser.

Pour les réfractaires aux toilettes publiques, sachez que vous n’aurez guère le choix à certains moments car certains bars ou restaurants ne disposent pas de WC. Vous serez dans l’obligation d’utiliser les commodités publiques si vous ne pouvez pas attendre votre retour à l’hôtel 😊

toilettes japon fun

Vous avez aimé cet article ? Alors faites découvrir les différences culturelles entre le Japon et la France à vos amis en le partageant ou laissez-nous un commentaire !

Découvrez ou redécouvrez notre article « Les différences culturelles entre le Japon et la France – Partie 1 »

Les différences culturelles entre la France et le Japon – Partie 1

Nous y sommes, le Japon ! Après environ 11 heures de vol et une escale à Moscou, nous voici enfin arrivés à destination : Tokyo !

Qui n’a jamais rêvé de flâner dans ces rues aux multiples panneaux publicitaires colorés, illuminés et aux ambiances très « Kawaii » ?!

Même le moins geek d’entre nous ou celui qui n’a jamais vu un manga de sa vie doit l’avouer. Tokyo et le Japon font rêver.

Il faut dire qu’avec ses plus de 9 millions d’habitants Tokyo est l’une des villes les plus peuplées au monde. A cheval entre la culture japonaise traditionnelle et les nouvelles tendances J-Pop.

Nous avons 4 jours pour découvrir Tokyo et ses divers aspects. Tokyo sous tous ses jours et surtout pour en apprendre un peu plus sur la façon de vivre des locaux. L’occasion de voir de nos propres yeux si tout ce que l’on raconte depuis l’autre bout du monde est vrai.

Shizuoka Tokyo Japon

LA LANGUE

Bien sûr la première difficulté dont nous avons à faire face n’est pas la différence de culture. C’est bel et bien la barrière de la langue.

Cependant, rassurez-vous. Même s’il est vrai que rare sont les japonais qui parlent anglais, et Tokyo n’en fait pas exception. La majorité des panneaux de signalétique ou des annonces faites dans le métro par exemple, sont traduits en anglais.

viande japon tokyo

Nous prenons le temps d’apprendre quelques phrases clés avant de partir. Cela nous permettra d’entamer une discussion ou de demander une information plus facilement.

Si vous êtes perdus ou à la recherche de quelque chose, ils n’hésiteront pas à vous accompagner. Parfois, quitte à marcher à vos côtés pendant plusieurs minutes pour être surs que vous arriviez à bon port.

Mesdames, messieurs les français prenez en bonne note !

LE TRAIN / BUS / MÉTRO

Si vous arrivez, tout comme nous, à l’aéroport de Narita, il faudra rejoindre le centre-ville. Alors quoi de mieux que le train pour ça. Moyen de transport plébiscité par les locaux.

Nous achetons notre ticket, descendons au sous-sol comme pour prendre le métro et là … ça vous frappe, ça sent bon ! Non pas qu’il y ai une odeur de parfum dans l’air, mais simplement l’odeur de propre.

On ne va pas se mentir, c’est la première différence majeure avec la France et le métro parisien. Ce métro parisien où l’on peut apprécier les odeurs d’égouts, voire de pisse de clochard.

Nos regards se croisent et on pense immédiatement la même chose. Quelle première impression doivent avoir les japonais lorsqu’ils arrivent chez nous ?!

Autre différence de taille, ici personne ne se pousse, ne se bouscule ou s’insulte, même en heure de pointe. Les gens attendent patiemment leur tour. Chacun se met en file d’attente face à une entrée du métro et attend son tour. Et s’il n’y a plus de place dans ce train, c’est bien simple, ils attendent le prochain !

metro tokyo japon

Nous profitons de ce moment pour rectifier une légende urbaine concernant la ponctualité des trains au Japon. Même s’il est vrai que les trains et bus longues distances sont majoritairement ponctuels avec un départ à la minute près, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin. En effet, nous avons eu à faire à plusieurs retards, voire même arrêts de la circulation au milieu des voies pendant plusieurs dizaines de minutes.

Les mauvaises langues diront que le conducteur savait qu’il y avait des français à bord et en a donc profité pour faire une petite grève surprise ! Cependant, lors de ce genre de contre-temps les informations données au microphone ne sont pas traduites en anglais. Nous ne sommes donc pas disposés à vous donner plus d’informations quant aux raisons qui ont pu expliquer ces arrêts momentanés.

LE SENS DE MARCHE

Dans les couloirs de la gare ou dans la rue, là encore l’organisation japonaise ferait passer n’importe quel français pour un sauvage de bas étage. On tient sa gauche à Tokyo (sa droite dans d’autres villes telles que Yokohama ou Osaka par exemple). Résultat, personne ne se bouscule ou ne se marche dessus.

Vous avez bien lu, il ne s’agit pas que de tenir sa file dans les couloirs du métro mais également la rue !

Même si cela peut paraître perturbant au début, on se rend vite compte de l’intérêt d’une organisation quasi militaire comme celle-ci lorsque l’on se retrouve au beau milieu d’une marée humaine.

Vous êtes entourés de milliers de personnes et malgré cela chacun peu avancer à son rythme sans se faire bousculer de tous les côtés.

metro tokyo japon

up down metro japon rue tokyo japon

LES CIGARETTES

Sur un tout autre sujet, amis fumeurs ceci devrait vous intéresser. Il est interdit de fumer dans la rue. Oui oui, il est interdit de fumer dans la rue !

Si vous voulez vous en griller une, des zones fumeurs sont établies à l’abri des regards et de la foule. Ne vous amusez pas à passer outre ces règles car ce ne sont pas les policiers qui vous diront quelque chose en premier lieu mais bel et bien les citoyens qui viendront vous demander d’éteindre votre cigarette sur le champ.

Au début, on a l’impression que personne ne fume. On pense directement que très peu de japonais doivent être fumeurs. En réalité ils sont assez nombreux à fumer et il n’est pas rare de les voir accroupis dans des petites ruelles afin d’être discrets et de ne gêner personne.

Cependant, amis fumeurs n’ayez crainte. Contrairement à la France où il est formellement interdit de fumer en intérieur, les bars de nuit sont bien souvent fumeurs. De même que dans les cafés ou fast-food il existe des fumoirs destinés à accueillir les amoureux de la cigarette.

zone fumeur kyoto japon zone fumeur tokyo japon

L’ÉDUCATION DES ENFANTS

Chose qui nous a surpris lors de notre séjour au Japon, il s’agit de la relation parent-enfant, mais particulièrement de la relation qu’une mère peut entretenir avec sa progéniture.

Même s’il est connu que les Japonais ne se touchent pas, ou très peu, il en est de même avec leurs enfants. Aussi, dans l’intimité de la famille, une mère ne fait pas de câlin à ses enfants. Pire, elle pourra même les repousser s’ils se montrent trop tactiles.

Si l’un des membres de la famille est amené à partir pour une longue période, que ce soit pour le travail ou autre, vous ne verrez pas de scènes d’embrassades dans les gares ou les aéroports. Ils s’inclineront respectueusement et la session des « au-revoir » sera terminée.

Lorsqu’un enfant apprend à marcher et qu’il tombe, les parents ne seront pas là pour l’aider ou le consoler s’il pleure mais juste pour lui dire « allez relève toi maintenant ! ». Ce qui pour nous, européens, semble presque inconcevable.

A l’inverse, il est fréquent d’entendre des mères dire à leurs enfants « abunai » dès que ces derniers font le moindre mouvement. Cela signifie « attention c’est dangereux ». Nous avons pu l’entendre même lorsque les enfants ne font que courir dans un parc par exemple.

LE MARIAGE

Chers hommes, vous qui fantasmez sur les japonaises et qui avez toujours rêvé d’en épouser une. Sachez qu’il n’est pas rare d’entendre des histoires d’amour virant au cauchemar entre une japonaise et un étranger.

Une fois mariage signé et consommé, nombreuses sont celles qui demandent le divorce. Elles gardent ensuite les enfants pour être considérées comme parent célibataire. Ainsi elles peuvent obtenir différentes aides telles que la cantine gratuite par exemple. Nombreuses sont celles qui, par la suite, ne donnent de nouvelles au père que lorsqu’il y a des factures à payer.

Bien sûr, pas besoin d’aller au Japon pour entendre ce genre de faits divers. Mais sachez tout de même que l’on a entendu ce genre d’histoires plus d’une fois en seulement deux semaines au Japon 😊

mariage japon

L’ÉCOLE

Contrairement aux écoles françaises, les petits japonais sont en uniforme, mais surtout ils portent un chapeau coloré. Chaque couleur désigne une classe. Si vous allez au Japon vous ne pourrez manquer ces petits écoliers aux casquettes jaunes, bobs turquoises, chapeaux melon marines, etc.

Mais autre chose est plus étonnant encore. Lors de leurs quartiers libres, ils gardent leurs couvre-chefs, une scène inimaginable en France !

De la maternelle au collège, les élèves sont obligés de se rendre à l’école à pieds. Leur école étant choisie, non pas par les parents, mais par le gouvernement selon un système de zones, les écoliers sont situés proches de leur école et doivent donc s’y rendre en marchant. Pas de bus, pas de parents qui vous déposent en voiture, ils doivent marcher !

Lorsqu’ils sont tout petits et qu’ils sont en sortie de classe, vous ne verrez pas les élèves tenir la main de leurs petits camarades. Leur instituteur/institutrice tient une corde sur laquelle est reliée différents anneaux. C’est à chaque élève de tenir son anneau pour ne pas se séparer du groupe.

écolier japon

LES CHAUSSURES

Au Japon la règle est simple. Dès que nous passons le pas de porte de chez quelqu’un, d’un temple ou tout autre lieu avec un revêtement en parquet ou un tatami, les chaussures sont INTERDITES !

Mieux encore, il existe une façon de retirer ses chaussures et mieux vaut la suivre à la lettre.

Dans chaque entrée des lieux où les chaussures ne sont pas les bienvenues, il y a un espace dédié pour se déchausser. Cet espace est délimité par une petite marche, souvent en bois. Sous aucun prétexte vos chaussures ne doivent dépasser cette petite marche. Même à la main. La seule exception est si nos chaussures sont emballées dans un sac en plastique.

Lorsque nous nous déchaussons, nos pieds ou nos chaussettes ne doivent pas être en contact avec l’espace dédié aux chaussures. Autrement dit, dès que nous retirons une chaussure, notre pied déchaussé doit être posé uniquement sur la zone réservée aux pieds nus (parquet ou tatami). Mais en aucun cas sur la zone pour les chaussures car cela les salirait, il n’y aurait donc plus aucun intérêt à se déchausser.

no shoes japon

LES POUBELLES

A vrai dire, c’est notre plus grosse difficulté au Japon. Le manque de poubelles dans la rue. C’est pour une raison qui remonte à 1993, lors des attaques au gaz sarin dans les poubelles publiques. Les autorités japonaises ont alors décidé de retirer toutes les poubelles des rues.

Dans les faits, il y a toujours des cendriers et des poubelles de recyclage (plastique, papiers, bouteilles en plastique et canettes). Cependant, il est impossible de trouver des poubelles pour les autres déchets.

Comment font-ils ? Et bien ils gardent leurs déchets avec eux jusqu’à leur arrivée à domicile où ils pourront enfin les jeter. Il n’est donc pas rare de voir des japonais se promener avec un sac en plastique à la main. Ce n’est autre que leur petite poubelle de poche.

Seul problème, lorsque comme nous vous êtes un voyageur backpackeur sans domicile fixe. Nombreuses sont les fois où nous nous sommes arrêtés dans un 7/11 pour acheter de la nourriture. Après avoir mangé, nous nous sommes retrouvés sans aucun endroit pour jeter les emballages.

Enfin, même si les japonais sont très propres et que vous ne verrez quasiment aucun détritus dans la rue. Nous ne pouvons nous empêcher de penser aux touristes parfois sales ou impatients qui n’attendront pas le soir d’être rentrés à leur hôtel pour jeter leurs emballages ou restes alimentaires …

poubelles japon

LES SACS EN PLASTIQUE

En parlant de déchets, nous avons pu constater un retard au niveau de mentalités concernant les sacs en plastique. Certes, comme expliqué plus haut, les japonais sont propres et il est rare de voir des détritus dans la rue. Cependant, cela n’excuse pas le nombre de sacs plastiques utilisés pour le moindre achat.

Vous voulez un exemple concret ?

Nous avons acheté un petit gâteau dans une boulangerie. Premier emballage : un petit sachet en plastique. Puis vient le sac en papier. Enfin un deuxième sac en plastique !

Vous voyez l’idée ? A l’heure où nous autres européens commençons ENFIN à prendre conscience de ce mal que sont les emballages plastiques, nous avons été déçus de constater qu’au Japon, ce problème ne semble pas du tout d’actualité.


Vous avez aimé cet article ? Faites découvrir les différences culturelles qui existent entre le Japon et la France à vos amis. Partagez cet article ou laissez-nous un commentaire !

Découvre la suite de cet article avec « Les différences culturelles entre le Japon et la France – Partie 2 »

Un week-end à Reykjavik

Tout le monde connaît l’Islande et sa capitale Reykjavik. Beaucoup rêvent d’y aller et de plus en plus de voyageurs partent à la découverte de cette terre mystérieuse.

S’il est possible de trouver des vols vers Reykjavik pour une petite centaine d’euros l’aller-retour, une fois en terre viking l’histoire est tout autre. En même temps, il n’est pas compliqué de comprendre pourquoi tout est si cher. Le SMIC est à 2000€ mensuel et ici l’importation est roi !

Les produits viennent principalement des États-Unis ou du Danemark. Prenez maintenant une carte du monde et constatez la distance à parcourir entre ces pays … vous avez la réponse à votre question « Pourquoi tout est si cher en Islande ? »

Nombreux sont les touristes qui ne viennent en Islande que le temps d’un week-end une d’une demi-semaine. Ce phénomène tend à s’intensifier en raison des compagnies aériennes qui proposent de faire une escale Islandaise de quelques jours avant de repartir en direction de l’Amérique du Nord ou de l’Europe.

Pour nous, c’est un sacrilège de ne rester que 3 jours en Islande tellement le pays est riche d’une nature exceptionnelle. Mais nous allons vous faire découvrir ce que vous pourrez admirer en l’espace d’une si courte durée. Ne vous y méprenez pas, avec un seul et unique week-end d’aventures vous ne pourrez pas partir loin de Reykjavik. Cependant ne soyez pas déçus, cette région vous promet quelques découvertes et émerveillements.

VISITER REYKJAVIK

La capitale de l’Islande ne compte que 122 000 habitants. En France, cela équivaut à une ville telle que Metz. Autant vous dire que Reykjavik se visite aisément en un week-end, d’autant plus si vous vous contentez de faire les quartiers touristiques de la ville.

Si vous souhaitez faire une visite de la ville en sortant légèrement des sentiers battus, vous pouvez toujours partir à la recherche des nombreux Street Art de la ville. Toujours plus colorés, loufoques ou originaux, ces œuvres sont visibles au détour de ruelles ou sur les façades des maisons. De quoi vous faire déambuler dans toute la capitale !

Street Art Reykjavik - Canettes

Street Art Reykjavik - Singe Street Art Reykjavik - Licorne

LE HALLGRIMSKIRKJA

Ce nom ne vous dit peut être rien mais il est sûr que vous avez déjà vu sa photo. Cette église au look particulier est située dans le centre-ville de Reykjavik. A la fois grand édifice religieux du pays mais aussi monument spectaculaire par son style architectural unique. Cette église possède un panorama à couper le souffle sur les toits et maisons colorés de la capitale.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’église est plutôt récente. Sa construction a commencé en 1945 et a duré 41 ans, se terminant donc en 1986.

Personnellement nous nous sommes contentés d’apprécier l’architecture de cette église de l’extérieur, en l’occurrence sous la pluie. Mais vous pouvez entrer à l’intérieur et en contempler les arches blanches.

En face de cette église, nous apercevons la statue de Leif Erikson. Explorateur islandais et personnalité connue de l’expansion viking. Il a atteint l’Amérique à partir de l’Islande autour de l’an 1000.

Eglise Hallgrimskirkja

LA RUE LAUGAVEGUR

Laugavegur est la principale rue commerçante de Reykjavik, mais il s’agit également d’une des plus anciennes rues d’Islande.

Son nom signifie « rue du lavoir » ou « rue de l’eau » car c’est ici que les islandais venaient laver leurs vêtements dans les sources d’eau chaudes.

Aujourd’hui réputée pour ses boutiques, ses restaurants, ses bars et ses façades colorées, la rue Laugavegur est au cœur de la vie des Reykjavikois. C’est également une rue incontournable pour tout voyageur à Reykjavik.

Rue Reykjavik - Velo

Rue Reykjavik - Nordic Store Rue Reykjavik - Reggae Bar

Ne vous étonnez pas si au cours de votre visite de Reykjavik vous apercevez des vélos bleus sur le bord de la route. Il ne s’agit pas simplement d’une décoration. Ces vélos ont un but précis : fermer et ouvrir la route aux voitures. Lorsque le vélo est sur la route, comme sur cette photo, les voitures sont interdites de circuler, tandis que si le vélo bleu est le long du trottoir, alors il sera possible pour les véhicules d’emprunter la rue.

Si vous êtes attirés par la vie nocturne de Reykjavik vous pouvez d’ores et déjà noter sur votre « To Do List » de venir dans la rue Laugavegur une fois le soleil couché … quoi que ça dépend de la saison à laquelle vous venez en Islande car pendant l’été le soleil ne se couche pas …

Rue Reykjavik - Bar

Rue Reykjavik - Lebowski bar Rue Reykjavik - Le bistro

LE LAC TJORNIN

Situé en face de la mairie et du musée des Beaux-Arts de Reykjavik, le lac Tjornin est un endroit idéal pour observer la quantité d’espèces d’oiseaux qui s’y arrêtent tout au long de l’année.

Malgré qu’il soit en plein cœur de la ville, ce lac offre sérénité et tranquillité. Comme nous, prenez le temps de contempler ces maisons traditionnelles islandaises sur la rive ou de donner à manger aux nombreux oiseaux aquatiques qui peuplent le lac.

Lac Tjornin - Reykjavik Reykjavik - Lac Tjornin

LE VIEUX PORT

Sur la route du vieux port de Reykjavik, le premier stop obligatoire se trouve au Drakkar, le Sun Voyager. Tournée vers l’horizon, cette œuvre d’art semble regarder le massif de l’Esja, de l’autre côté de la baie de Reykjavik.

C’est l’artiste Jón Gunnar qui en est le créateur. Artiste connu en Islande, il est également à l’origine de la sculpture présente à Akureyri, capitale du Nord.

Le Sun Voyager symbolise la tentation de l’aventure, le désir de découverte, le besoin d’aller de l’avant et le point qui relie l’univers du rêve à celui de l’éveil.

Pensez à goûter un fish & chips sur le vieux port. Il paraîtrait qu’ils sont moins chers qu’en ville mais lors de notre visite en hiver, les cabanes de pêcheurs étaient fermées. Il faudra retenter l’expérience en été !

Vieux Port - Sun Voyager

Vieux Port - Massif Vieux Port - Baie

VISITER LE HARPA

Inauguré en 2011, la salle Harpa est aujourd’hui la principale concurrente de l’église Hallgrímskirkja pour le titre de bâtiment le plus représentatif de la capitale islandaise.

A l’intérieur, les mélomanes seront ravis d’apprendre que l’acoustique est une des meilleurs au monde ! Il s’agit d’ailleurs de la salle de représentation officielle de l’Orchestre symphonique d’Islande et de l’Opéra National.

Tous les ans, début novembre, se tient le Airwaves Music Festival. Outre le fait que de nombreux concerts gratuits ont lieu dans les rues et les bars de la capitale, le Harpa accueille également de nombreuses représentations musicales, aussi bien gratuites que payantes.

Si vous visitez le Harpa, levez les yeux vers le ciel et regardez ce plafond ! Une multitude de miroirs reflètent l’animation de cette salle et donne un caractère particulier à l’endroit.

Harpa - Concert Harpa - Plafond

BONUS

Si vous logez au Bus Hostel, prenez le temps, dans la salle commune, d’observer le dernier menu McDonald vendu en Islande en 2008. Toujours intact ! Il est d’ailleurs possible de prendre régulièrement des nouvelles de ce fameux menu grâce à une caméra et à une diffusion 24h/24 sur leur site internet.

Last Mc Donald Reykjavik

COMBIEN ÇA COÛTE EN 2018 ?

Paris-Reykjavik : à partir de 100€ l’aller-retour

Aéroport Keflavik-Reykjavik : 4 tickets par personne en bus de ville Strætó (460 ISK x 4 = 15€). Bus n°55. Attention les bus de ville n’acceptent pas les cartes bleues et ne rendent pas la monnaie sur les tickets achetés. Il faut donc anticiper et prévoir le compte.

Bus de ville : 460 ISK par trajet = 3.61€. Cliquez ici pour plus d’informations

Logement : A partir de 3180 ISK soit 25€ par personne et par nuit au Bus Hostel. Dortoir de 10 à 16 personnes. Possibilité d’avoir une chambre double.

Nourriture : Les Hot-Dogs des stands de rue et les Bagels chez DUNKIN DONUT sont les encas les moins chers disponibles dans la capitale. Comptez tout de même 500 ISK soit 4€ pour un hot-dog (avec oignons, cornichons et autres garnitures au choix) et à partir de 490 ISK pour un bagel seul.

Hot Dog Reykjavik Repas Reykjavik

Ne vous faites pas avoir par les « Noodle Station », a priori on pourrait croire qu’une souple de nouilles asiatique est bon marché … détrompez-vous ! Il vous en coûtera entre 960 ISK et 1640 ISK (soit entre 7,50€ et 13€ pour un bol de soupe !)

Hallgrimskirkja : Entrée gratuite / 1000 ISK soit 8€ par personne pour accéder au panorama. Cliquez ici pour plus d’informations

Drakkar : Gratuit et en extérieur

Visite du Harpa : Gratuit / Sauf expositions, concerts, conférences… Pour plus d’informations cliquez ici


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Pensez à nous laisser un commentaire !

Quel quartier de Toronto est fait pour vous ?

Toronto est l’une des villes les plus attractives au monde pour de nombreuses raisons qui ont fait sa réputation. Qu’il s’agisse de l’environnement idéal au bord du lac Ontario, des animations variées et régulières en tout saison ou encore de l’aspect multiculturel de la ville, tout ici est facteur de modernité et de séduction, aussi bien pour les habitants de Toronto que pour les touristes ou voyageurs.

Outre la richesse de sa vie artistique et culturelle, Toronto est également riche de quartiers et d’ambiances éclectiques. Pas besoin d’aller à Toronto pour en avoir un premier aperçu, il vous suffit d’ouvrir une carte de la ville et de lire le nom des différents quartiers : China-Town bien sûr, mais aussi Korea-Town, Greek-Town, Little-Italy, Little-India, Little-Portugal… Bref ! Ici toutes les communautés immigrées possèdent leur quartier.

DOWNTOWN

Lors de votre arrivée à Toronto, il y a de fortes chances pour que le premier quartier visité soit Downtown. D’abord parce qu’il s’agit du quartier dans lequel se situe la gare centrale, mais aussi car avec ses nombreux buildings et la CN Tower, c’est un quartier que l’on reconnait de loin !

En vous promenant dans les rues du Downtown, vous découvrirez un mélange architectural détonnant. Un mix entre le moderne des grands buildings en verre et l’ancien des immeubles datant du début du XIXème siècle.

 

A l’époque, les constructions étaient largement inspirées du style géorgien, puis c’est le style roman Richardsonien qui a prévalu. L’endroit idéal pour contempler le contraste saisissant des différentes générations architecturales est la place de l’Hôtel de Ville puisque l’ancien Hôtel de Ville, monument typique de Toronto et aujourd’hui défini comme lieu historique national du Canada, fait face au nouveau bâtiment de l’Hôtel de Ville très moderne !



 

Le quartier Downtown est également connu pour être traversé par l’une des plus longues avenues au monde, Yonge Street ! Longue de près de 70km et reliant le lac Ontario au lac Simcoe, cette avenue réunie le quartier des affaires de Toronto mais également de très nombreux restaurants, cafés et boutiques.

Une chose est sûre, si vous vous promenez dans le quartier Downtown sans avoir les yeux levés vers le ciel, vous risquez de passer à côté d’une bonne partie de la visite … Mais ne vous inquiétez pas, malgré le fourmillement des businesswomen et businessmen aux heures de pointe, il suffit que vous vous arrêtiez pour regarder le plan de la ville et dans la minute qui suit un habitant de Toronto est à vos côtés pour vous indiquer votre chemin. Une chose est sûre, ce n’est pas à Paris que vous verrez cela et ce sentiment se renforce si vous prenez le métro durant ces fameuses heures de pointe.



 

Non seulement les gens font la queue sans essayer de prendre la place de la personne arrivée devant et sans se bousculer, mais vous pourrez, en plus, constater le calme et la sérénité dans laquelle cette scène quotidienne se déroule. Un moment d’apaisement avant d’aller au travail !

GRAFFITI ALLEY

  

 

A deux pas de Chinatown et environ 15 minutes de marche du Downtown se trouve Graffiti Alley. A première vue cette petite rue aux allures de coupe-gorge n’est pas la plus accueillante de la ville, mais si vous laissez vos préjugés derrière vous et que vous vous aventurez dans cette contre-allée, alors vous avez de fortes chances d’en prendre plein les yeux !

Environ 500 mètres de tags, graffitis et autres street art s’offrent à vous. Des milliers de couleurs pour des toiles éphémères aux ambiances reflétant les caractères des différents grapheurs.

  

 

Ces ruelles colorées ont quelque chose d’enivrant, qu’elles traduisent un dessein esthétisant, contestataire et parfois même les deux ensemble, puisque Toronto est un paradoxe de ce point de vue-là également. Quoi qu’il en soit, vous ne saurez plus où donner de la tête et au final, même si vous sembliez inquiets d’entrer dans cette ruelle sombre au départ, vous risquez d’y passer beaucoup plus de temps que prévu.

Bien sûr vous pouvez, comme pour le reste de la ville, choisir l’option d’une visite accompagnée et encadrée mais nous ne sommes pas des fans de ce genre de visite bien trop souvent minutées.



 

KENSINGTON MARKET

Si comme nous vous aimez déambuler dans les rues d’une ville que vous ne connaissez pas sans destination précise, alors après votre passage à Graffiti Alley vous risquez d’arriver dans le quartier de Kensington Market puisqu’il se trouve à moins d’un kilomètre de là. Ce quartier multi-culturel est situé dans le centre de la ville de Toronto, il s’agit de l’un des quartiers les plus anciens et les plus célèbres de la ville. Il est d’ailleurs devenu lieu historique national du Canada en 2006 !

Après avoir connu une forte immigration irlandaise et écossaise, le début du XXème siècle fût marqué par l’arrivée en masse d’immigrés juifs de l’Europe de l’Est et notamment dans le quartier de Kensington Maket. Le nombre boutiques juives était tellement important que de nombreux locaux avaient même renommé le quartier en « Jewish Market ».

A la suite de la seconde guerre mondiale, les populations juives se sont majoritairement installées dans le nord de la ville, laissant ainsi le quartier de Kensington Market aux immigrants des Caraïbes et de l’Asie de l’Est, le rendant, de ce fait, de plus en plus cosmopolite.

De nos jours, le quartier est devenu une attraction touristique majeure de la ville de Toronto, mais également l’un des centres de la vie culturelle. Mais Kensington Market est aussi connu pour son ambiance et sa population hippie-bobo-punk, difficile de faire un choix tant les influences sont nombreuses !

C’est un quartier très agréable pour se promener et faire du shopping car de nombreuses boutiques en tout genre sont présentes dans le quartier. Vous y trouverez des friperies, des primeurs, des fromagers, des bars et des terrasses agréables mais aussi des restaurants végétariens et végétaliens, tout ici est prévu pour que chacun se sente à l’aise et ça fonctionne ! On voudrait ne jamais repartir d’ici.

 

SAINT LAWRENCE MARKET

Si vous avez aimé Kensington Market mais que vous êtes à la recherche d’un véritable marché pour faire vos courses comme nous pouvons en avoir en France, alors allez faire un tour à St Lawrence Market.

Ce marché historique et traditionnel, situé dans le Vieux Toronto, fut créé au début des années 1800 au sein d’un immense bâtiment de briques rouges. Le quartier entier est d’ailleurs composé de nombreux immeubles aux tons rouges dont certains rappellent l’architecture de certains édifices très connus à New York.

Réputé comme étant l’un des meilleurs marchés du monde, cet immense espace est dédié aux plus beaux produits que l’on peut trouver dans le pays. Faites le plein de fruits et légumes frais, suivez des cours de cuisine, recherchez des trésors insolites à travers des animations en tout genre ou goûtez simplement à des spécialités locales. Le St Lawrence Market vous ouvre ses portes pour votre plus délicieux plaisir.

De nombreuses animations sont régulièrement organisées au sein du St Lawrence Market, l’occasion d’aller y voir des concerts, des expositions en tout genre mais aussi, et surtout, d’y retrouver une ambiance incroyable, de quoi passer une journée pour le plaisir du ventre, des yeux et des oreilles afin de mettre tous vos sens en éveil.

Prenez le temps de déjeuner sur place car de nombreux stands vous proposent leurs spécialités. Pizza, sandwich en tout genre ou pâtisseries, il y en a pour tous les goûts mais aussi pour tous les prix car, alors que la ville de Toronto reste chère, les plats proposés au St Lawrence Market sont largement accessibles !



 

DISTILLERY DISTRICT

Un autre quartier à ne surtout pas manquer lors de votre visite à Toronto est le Distillery District qui tient son nom de la distillerie Gooderham and Worts, présente autrefois dans le quartier pour la fabrication de whisky, mais aussi l’une des plus grandes distilleries d’Amérique du Nord !



 

Remis à neuf en 2003, ce quartier historique est un village commercial piéton aux nombreuses bâtisses en briques rouges, typique du vieux Toronto. Le quartier compte plus de 40 bâtiments et 10 rues classées au patrimoine historique du Canada, mais aujourd’hui, il est principalement occupé par des boutiques, restaurants et galeries d’art, un quartier où design, divertissements et créativité modernes se mêlent harmonieusement au passé et aux rues pavées.

Vous voici au cœur du quartier des artistes et des bobos !



 

Vous le constaterez d’ailleurs rapidement si vous faites du shopping dans le quartier : vêtements écologiques et éthiques, sacs à main en tissus recyclés, bijoux artisanaux mais aussi la « Beer Store » avec ses 350 marques de bière à découvrir.

Tout au long de l’année, le Distillery District accueille une foule d’événements culturels tels que des expositions gratuites, des ateliers d’art, des concerts ou des festivals gastronomiques. Le marché de Noël est un symbole du quartier, à ne pas rater si vous visitez Toronto en Décembre. Mais si vous venez à Toronto de janvier à Mars, venez apprécier le Toronto Light Festival !

 

Le Toronto Light Festival est un nouveau voyage visuel et une nouvelle expérience autour de l’exposition d’art. Pourquoi ? Parce qu’au Canada l’hiver est long … parfois même très long ! Alors pour que le temps passe plus vite que cette saison soit plus agréable à vivre, les créateurs de ce festival ont voulu créer quelque chose de spécial, quelque chose qui soutiendrait l’esprit collectif de la ville et de ce quartier.

Le Toronto Light Festival expose la créativité d’artistes locaux et internationaux pendant 45 jours. C’est une expérience hivernale conçue pour divertir et inspirer les visiteurs pendant les journées froides et sombres de l’hiver, l’occasion de découvrir Toronto avec un nouvel œil, mais aussi de mettre en lumière une forme d’art qui s’allie parfaitement aux briques rouges des bâtiments.



 

Vous avez aimé cet article ? Cet article vous a donné envie de découvrir les différents quartiers de Toronto ? Alors partagez-le ou laissez-nous un commentaire.

Articles similaires : « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ; « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ; « Un week-end culturel à Ottawa » ; « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » 

Vancouver, la cité de l’Ouest

Souvent considéré à tort comme la capitale de la Colombie Britannique, Vancouver est régulièrement citée comme l’une des cinq meilleures villes au monde pour sa qualité de vie, ainsi que dans le Top 10 des villes les plus agréables à vivre.

Son climat tempéré est bien moins rude que le reste du Canada et on comprend vite pourquoi les canadiens sont de plus en plus nombreux à s’installer à Vancouver. La ville possède une météo très proche de la Normandie puisqu’il pleut huit mois sur douze, cependant, les hivers sont doux et il ne neige que très rarement ce qui différencie Vancouver du reste du pays.

Avec son mode de vie très « West Coast » principalement axé sur les activités de plein air et le bien-être des habitants, Vancouver offre une qualité de vie exceptionnelle rappelant celle de Los Angeles ou San Francisco.

De par sa localisation et ses courants migratoires, Vancouver est l’une des villes les plus cosmopolites du Canada puisque plus d’un habitant sur deux possède une langue maternelle autre que l’anglais ! On retrouve d’ailleurs une très forte influence de la culture japonaise en raison de la proximité de la côte Ouest Canadienne avec la côte Japonaise, entre autres.

Lors de votre séjour à Vancouver, prenez le temps de goûter la culture japonaise à travers un Rãmen puisque de nombreux restaurants de la ville sont spécialisés dans ce plat typique du Japon composé de pâtes dans un bouillon à base de poisson ou de viande et souvent assaisonné au miso ou à la sauce soja.

L’un des restaurants spécialisé de rãmen les plus réputés de la ville est le « Kintaro Rãmen » sur Denman Street dans le quartier West End, le downtown de Vancouver. Ce restaurant organise de temps en temps des soirées spéciales à -50% sur toute la carte, mais préparez-vous à patienter car la file d’attente à l’extérieur du restaurant est impressionnante ! A quelques rues de là, sur Bidwell Street, le Marutama Rã-men propose lui aussi de délicieux rãmen, avec une mention spéciale pour leurs œufs ! Nous n’avions jamais mangé un œuf aussi bon de toute notre vie avant de s’arrêter dans ce restaurant !



 

L’influence japonaise est également observable si vous êtes à Vancouver au mois d’avril puisque durant une dizaine de jours la ville se colore de rose aux nuances des Sakura, ces cerisiers japonais, qui envahissent les rues. Une période idéale pour profiter des premiers rayons du soleil et du parfum floral qui envahi les rues.

Mais pour profiter au maximum de cette ambiance printanière, rien ne vaut le Queen Elizabeth Park, rendu célèbre pour ses expositions florales et aujourd’hui toile de fond populaire pour les photos de mariage. Ici pendant le mois d’avril, les touristes se bousculent pour se faire prendre en photo sous un de ces arbres roses.

Le cadre est verdoyant, les promenades sont agréables et même si ce parc n’est pas immense, il a le mérite d’offrir différents paysages et même une vue panoramique sur Vancouver. Il s’agit d’ailleurs du point culminant de la ville qui offre, par temps clair, des vues sur la ville et les montagnes environnantes, jusqu’au sommet enneigé du Mont Baker à plus de 110km ! Il s’agit là du lieu parfait pour profiter des rayons du soleil, pique-niquer ou même observer les étoiles !



 

Pour une seconde expérience nature au sein de Vancouver, retour dans le « downtown » de Vancouver, au sein du West End, ce quartier d’affaires aux grands buildings est contrasté par le Stanley Park, cet immense parc au cœur de la ville.

On pourrait facilement comparer le Stanley Park au célèbre Central Park de New York, même si leurs superficies est loin d’être similaire, car il s’agit d’un immense écrin de verdure en plein milieu d’une ville de gratte-ciel. Mais ce qui tourne à l’avantage du Stanley Park, c’est le Stanley Park Seawall Path, cette promenade publique qui fait le tour du parc et où il est possible de marcher ou même pédaler.

Attention pour les touristes et voyageurs français qui aiment faire ce qui leur plait, le Stanley Park Seawall Path ne s’emprunte que dans un seul sens lorsque l’on prend un vélo et cela s’explique dans le fait que certains endroits de cette promenade sont étroit d’accès avec très peu de visibilité, si le sens de circulation serait autorisé dans les deux sens, cela mènerait probablement à certains accidents.

Si vous ne savez pas dans quel sens se prend cette promenade, ne vous inquiétez pas, si vous êtes à contresens de la circulation, les locaux viendront vous alpaguer pour vous le signaler … que vous le vouliez ou non ! 🙂

Vous pouvez louer un vélo à la journée, de nombreuses entreprises de location se trouvent aux abords du Stanley Park.

Le long de cette promenade, vous aurez l’occasion d’apprécier des monuments emblématiques de la ville tels que le Lions Gate Bridge, ce pont bleu rappelant étrangement le rouge présent dans la ville de San Francisco aux États-Unis, mais aussi le Siwash Rock, ce grand rocher de 18 mètres de hauteur qui surgit de la mer, symbole de dévouement paternel pour les peuples des Premières Nations de la région de Vancouver.



 

Selon la légende Squamish, un jeune chef de tribu et son épouse entrèrent dans l’eau à cet endroit même afin de se purifier avant la naissance de leur enfant, afin que ce dernier naisse dans la pureté. Dans la tradition indienne, les parents attendant une naissance devaient nager jusqu’à ce que leur peau soit si claire et si propre que même un animal sauvage ne pourrait sentir leur présence.

Tandis que la femme se dirigeait vers la plage pour accoucher, le chef resta dans l’eau. Quatre esprits vinrent alors lui demander de partir mais il refusa car il voulait respecter cette tradition de pureté et continuer à se laver. C’est ainsi que les esprits le changèrent en rocher comme symbole de dévouement paternel. Comme les esprits ne voulaient pas qu’il soit seul, sa femme et son enfant furent également changés en rocher dans les bois qui surplombent le Siwash Rock.

On peut d’ailleurs lire sur une plaque située près du rocher que Skalsh a été métamorphosé par Q’uas le transformeur en récompense de son dévouement paternel.

Si vous vous aventurez vers l’intérieur du parc, ouvrez les yeux car vous avez de fortes chances de croiser des ratons-laveurs, ces petites boules de poils trop mignonnes ! Attention, officiellement il est formellement interdit de nourrir les animaux et les canadiens de l’ouest aiment lorsque les règles sont respectées, si vous souhaitez donc faire abstraction de la réglementation en vigueur, attendez-vous à ce que certains promeneurs vous fasse des réflexions … c’est aussi ça l’ambiance « West Coast » !



 

Terminez votre promenade le long du Stanley Park Seawall Path par l’English Bay Beach (la plage de la baie des anglais), avec ses statues humoristiques, mais surtout par le Sunset Beach Park (Parc de la plage du soleil couchant). Ici prenez le temps, posez-vous et admirez les plus beaux couchés de soleil de la ville ! Les couleurs chaudes du ciel se mêlent à celles de l’océan offrant ainsi un spectacle époustouflant, il s’agit d’un véritable lieu de rassemblement pour les habitants de Vancouver et on comprend vite pourquoi, que l’on y passe durant la journée ou au crépuscule.



 

C’est depuis cette plage que vous pouvez emprunter un « Aquabus », ces petits bateau-bus qui vous permettent de vous rendre sur Granville Island. Même s’il est également possible d’accéder à cette île par la route puisque des ponts relient Granville Island à Vancouver, ne vous privez pas de cette expérience inédite. De petites embarcations vous font traverser en l’espace de 5 minutes pour la somme de $3.50, certes c’est un transport assez coûteux si on fait le ratio « temps-prix » mais cela vaut largement l’expérience !

Une fois sur Granville Island, direction le marché couvert de Granville aux multiples étales de produits divers et variés. Avis aux normands vous trouverez même du Neufchâtel … ou du Brie allez savoir ! Pour goûter ce fromage et enfin savoir s’il s’agit d’un Neufchâtel ou d’un Brie, vous devrez tout de même débourser $10 et hors taxes s’il vous plaît ! Mais le marché de Granville est aussi l’occasion d’apprécier une boisson chaude avec une vue sur la baie de Vancouver, un plaisir !

Après avoir flâné entre les différentes étales du marché, prenez la direction de l’Ouest vers Kitsilano, surnommé « Kits » par les locaux, ce quartier est très agréable pour de nombreuses raisons. A deux pas du marché de Granville, vous trouverez le meilleur restaurant de « Fish And Chips » de la ville, le « Go Fish » est une petite étale de pêcheurs qui, à première vue, ne mange pas de pain. Pas d’abris en cas de pluie, il s’agit bien là d’un petit Fast Food très réputé !

Mais le quartier de Kitsilano c’est aussi une magnifique plage avec vue sur la ville de Vancouver et les montagnes ! Jericho Beach est réputé pour les habitants du coin et on comprend vite pourquoi. Au-delà de la vue, le cadre est très agréable et les locaux viennent ici profiter de la plage de sable orange pour lézarder au soleil, quand il y en a, ou encore faire des barbecues sur la plage telle la culture de la « West Coast » !



 

Si vous souhaitez manger dans le quartier de Kitsilano ou simplement vous faire une pause sucrée, allez directement sur la 4th Avenue au Sophie’s Cosmic Café. Ce restaurant aux allures kitch à la décoration vintage et chargée est endroit très apprécié pour bien manger. Que vous soyez plutôt burger ou salade composée, vous trouverez ici votre bonheur gustatif … en particulier si vous vous laissez tenter par leurs célèbres Milkshake ! Ici on annonce la couleur : vous dégusterez les meilleurs milkshakes de la ville, et vous ne serez pas déçus car non seulement ils sont délicieux, mais ils sont surmontés d’une chantilly maison à tomber par terre. Le petit gros plus ? Les serveurs vous laissent le shaker avec le surplus de chantilly à disposition. Parfait pour les gourmands !

Et si ce milkshake n’a toujours pas su combler votre gourmandise, vous serez ravis d’apprendre qu’à Vancouver de nombreux glaciers se disputent le titre de « meilleure glace de la ville », l’occasion pour vous de revêtir votre tenue de juge et de tester les différentes glaces maison à disposition !



 

Vous avez aimé cet article ? Cet article vous a donné envie de découvrir Vancouver ? Alors laissez-nous un commentaire et partagez-le auprès de vos amis !

Articles similaires : « Amoureux de la nature, Salt Spring est fait pour vous ! » ; « A la découverte d’une nature époustouflante à Port Renfrew » ; « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ; « Quel quartier de Toronto est fait pour vous ? »  

Un week-end culturel à Ottawa

Située sur la frontière entre le Canada francophone et l’anglophone, la capitale Canadienne doit son nom à la nation des Outaouais, ces natifs amérindiens ayant appelé « Odawa » l’actuel « Ottawa ».

De par sa situation géographique, mais également en raison de son statut de capitale, Ottawa est une ville bilingue où l’on parle aussi bien l’anglais que le québécois (ce n’est pas une erreur de frappe, j’ai bien dis « Québécois » et non « Français » car en tant que frenchie vous risquez de ne pas tout comprendre du dialecte local … même si, plus vous allez dans le nord et pire c’est !)

Ottawa reste une petite ville, il est possible, et même conseillé, de ne rester qu’un week-end, ou le temps de 3-4 jours maximum, à visiter la capitale. Au-delà de cette durée, vous risquez de trouver le temps long et de ne pas savoir quoi faire de vos journées … surtout si vous vous rendez à Ottawa durant l’hiver.

Cependant, la ville reste très attractive pour tous les voyageurs à la recherche de culture et d’histoire, Ottawa propose un grand nombre d’attractions et de sites historiques situés en plein centre-ville. Qu’il s’agisse des fameux édifices du Parlement ou des merveilles qu’abritent les musées nationaux, laissez-vous séduire par la beauté d’Ottawa. De plus, Ottawa est l’une des rares grandes villes Canadiennes où il est possible de se faire plaisir et de visiter de nombreux monuments, même lorsque l’on dispose d’un petit budget !

LE PARLEMENT HILL



 

Le centre-ville d’Ottawa est marqué par l’emblématique colline du Parlement, pièce maîtresse du paysage mais aussi de la culture et de la politique de la ville puisque c’est ici qu’est représenté le cœur du gouvernement démocratique du pays depuis 1859. Au sommet de cette colline, se trouvent les différents édifices du Parlement au style Gothique qui surplombent la rivière des Outaouais, on se croirait presque en Angleterre ! Ces bâtiments sont également le lieu de grandes célébrations annuelles nationales telles que la fête Nationale du Canada ou le spectacle de sons et lumières présenté tous les soirs d’été.

Chaque jour, des visites guidées gratuites sont organisées. Alors que les groupes de plus de 10 personnes doivent faire l’objet d’une réservation, les groupes de moins de 10 personnes peuvent obtenir leurs billets le jour même, et ce, dès 9h du matin à l’office de tourisme situé en face du Parlement au 90 rue Wellington. Sachez que la demande des visites peut être accrue selon les périodes de l’année et que le nombre de billets offerts est limité, nous vous recommandons donc d’être présents dès l’ouverture de l’office de tourisme pour obtenir vos billets car le principe appliqué est celui du « premier arrivé, premier servi ».

Retrouvez toutes les informations, ainsi que les horaires des visites sur le site : https://visitez.parl.ca/index-f.html

Sachez que la structure d’origine du Parlement a été détruite lors d’un tragique incendie en 1916, seule la bibliothèque fût sauvée par l’un des employé ayant pensé à fermer les massives portes d’acier, protégeant ainsi cette partie du bâtiment. Sur la façade, des centaines de gargouilles, figures grotesques et autres reliefs sont visibles, taillés dans la pierre. Si vous vous attardez à contempler ces sculptures, vous remarquerez que 4 d’entre elles regardent les quatre coins du haut de la Tour du Paix.



 

LE CANAL RIDEAU

Voie navigable qui traverse le centre-ville d’Ottawa, le canal Rideau possède près de deux siècles d’histoire à raconter, un incontournable pour toute personne venant visiter la capitale canadienne puisqu’il s’agit d’une artère vitale de la ville, et ce, en toutes saisons. En période estivale, le canal fait le bonheur des marcheurs, joggeurs et autres cyclistes qui longent les berges verdoyantes, mais c’est également une magnifique voie navigable reliant la ville d’Ottawa à celle de Kingston

En hiver, le canal gèle et laisse place aux patineurs à glace ! Longue de 7,8km il s’agit là de la plus grande patinoire naturelle au monde, mais aussi de la meilleure patinoire d’Amérique du Nord selon le Palmarès 2017 des lecteurs du « US Today ».

La construction du Canal Rideau a débuté en 1826 avant de se terminer en 1832. Au cours des six années passées à creuser et à défricher le terrain à l’état sauvage pour construire la voie maritime, quelques 1000 travailleurs ont péri des suites de la malaria ou d’accidents et ont été enterrés le long des berges …

D’abord construit pour des fins militaires suite à la guerre de 1812, le canal est finalement devenu une voie navigable commerciale, puis une voie maritime de plaisance.

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007, le canal Rideau est un véritable chef-d’œuvre de créativité et d’ingéniosité. Il s’agit d’ailleurs du seul lieu classé de toute la province de l’Ontario, mais c’est également le seul canal datant du XIXe siècle, soit de la « grande époque de la construction de canaux en Amérique du Nord », qui soit encore opérationnel et qui ait conservé la plupart de ses structures d’origine intactes.

Si, lors de votre visite à Ottawa vous souhaitez en apprendre plus sur le Canal Rideau, le Musée Bytown vous ouvre ses portes afin de vous en apprendre un peu plus sur les origines du canal.

LE MARCHÉ BY

Contrairement à ce que l’on pourrait croire en lisant « Marché By », il ne s’agit pas d’un simple marché où faire ses courses comme nous en connaissons tant en France, mais d’un quartier entier ! Le Marché By est une ville dans la ville, ainsi, si vous entendez les Ottaviens dire « je vais au marché », n’imaginez pas tout de suite les étales primeurs et les produits fermiers, cela peut également signifier aller acheter un cadeau d’anniversaire, faire du shopping ou se retrouver entre amis autour d’un verre !

Fondé en 1826, vous y trouverez le plus vieux et le plus grand marché public du Canada. Cafés, magasins alimentaires spécialisés, boutiques, galeries, restaurants, pubs, salons de coiffure et d’esthétique, visiter le Marché By est une expérience unique ce qui explique probablement pourquoi il s’agit là de l’attraction préférée des touristes visitant la ville d’Ottawa, et ce, principalement en été lorsque le nombre d’exposants est au plus haut, mais également en hiver.

Depuis maintenant près de 200 ans, ce marché public accueille artisans, fermiers et autres commerçants éclectiques et uniques offrant des produits pour tous les goûts. Le soir, le Marché By est également le lieu de sorties pour prendre un verre, manger dans des restaurants chics ou « à la bonne franquette » mais aussi apprécier des groupes de musiques locaux, ici la vie nocturne est très animée !

LES MUSÉES D’OTTAWA

Saviez-vous qu’Ottawa et Gatineau, son voisin Québécois de l’autre côté de la rive, regroupent la plus grande concentration de Musée au Canada ?

L’accès à la culture est important aux yeux du gouvernement Canadien, vous pouvez donc visiter gratuitement certains musées tous les jeudis de 16h à 20h (ou 17h-20h pour d’autres), l’occasion d’en apprendre plus sur l’histoire Canadienne et sa culture.

Parmi ces musées à l’accès gratuit, vous retrouvez le Musée de l’aviation de l’Espace du Canada, le Musée Canadien de la Nature ou le Musée des Beaux-Arts du Canada et sa célèbre araignée sur le parvis du bâtiment ! Si vous passez quelques minutes à la contempler, vous pourrez même constater que cette dernière porte des œufs …

N’étant à Ottawa qu’un seul jeudi, il a fallu faire un choix étant donné que les 5 musées proposés étaient impossibles à visiter en l’espace de seulement 4 heures. Nous avons donc opté pour une visite du Musée Canadien de l’Histoire puis du Musée Canadien de la Guerre et nous vous les recommandons si vous êtes de passage dans la capitale.

Le Musée Canadien de l’Histoire, anciennement, Musée Canadien des Civilisations, a pour but d’améliorer la connaissance et la compréhension des Canadiens à l’égard d’événements, d’expériences, de personnes et d’objets incarnant l’histoire et l’identité canadienne. Avec ses 1,2 millions de visiteurs chaque années, il s’agit là du musée le plus populaire et le plus fréquenté du Canada.

Au travers de ses nombreuses pièces et différentes ambiances, vous découvrirez l’histoire canadienne depuis les natifs amérindiens jusqu’aujourd’hui. Appréciez la majestuosité et la hauteur des totems indiens, apprenez comment étaient fabriquées les pirogues amérindiennes ou partez en expédition autour du monde aux côtés des plus grands explorateurs canadiens ! 20 000 ans d’histoire humaine du Canada vous attendent au travers des différentes expositions permanentes mais également avec les expositions spéciales, sans cesse renouvelées, qui développent des thèmes canadiens ou présentent d’autres cultures et civilisations passées ou actuelles.

Le Musée Canadien de la Guerre est quant à lui une réelle surprise ! Alors que nous nous attendions à ne voir que des chars militaires et contempler des photographies de reporteurs de guerre, le Musée est en réalité très interactif. Il convient au public de tout âge et de nombreuses mises en situation permettent d’apprécier la visite.

Déguisez-vous en soldat, promenez-vous au Moyen Orient au milieu d’un village bombardé ou mettez-vous au contrôle d’un sous-marin ! Tout ici est fait pour que vous passiez un bon moment malgré le thème lourd du Musée.

Une chose est sûre, vous ne vous ennuierez pas lors de votre visite et vous risquez même de ne pas voir le temps passer. Au travers de plusieurs décors, vous revivez les différentes guerres où le Canada est passé à l’action. L’occasion d’en apprendre plus sur le parcours et le rôle qu’a joué le Canada dans la seconde guerre mondiale, boudé par les manuels scolaires français par exemple.



 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le et faites découvrir Ottawa à vos amis ou laissez-nous un commentaire !


Articles similaires : « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ;  « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » ;  « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ;  « Découvrez la magie de Noël à Québec » 

 

Vous allez aimer ce City Trip à Toronto

Toronto est la ville la plus grande du Canada mais également la plus chère avec sa vision tournée vers le business et son immense centre des affaires. Surnommée « New York Canadien » on comprend vite pourquoi lorsque l’on arrive à la Gare Centrale située en plein downtown et que l’on ne peut s’empêcher de lever la tête pour contempler les grattes-ciel.

Avec ses nombreux quartiers aux ambiances bien distinctes, Toronto est une ville dans laquelle l’ennui est impossible et où, malgré les prix pratiqués, il est possible de profiter à moindres frais. Vous passerez des heures, voire des jours, à déambuler dans les différents districts qui composent cette mégalopole, découvrant les différentes architectures et ambiances mais également la richesse culturelle d’une ville en perpétuel développement.

Afin de profiter au maximum des attractions proposées par la ville, nous vous recommandons d’opter pour le City Pass de Toronto. Ce petit carnet vous propose des coupons à utiliser dans 5 attractions parmi les 6 sélectionnées, vous permettant ainsi de réduire votre facture globale et d’économiser environ 30% en comparaison du plein tarif. Sachez que le City Pass est également disponible si vous voyagez dans d’autres villes d’Amérique du Nord telles qu’Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Houston, New York, Philadelphie, San Fransisco, Seattle ou Tampa. Enfin, un dernier City Pass existe pour la région du sud de la Californie avec des entrées pour Disneyland, SeaWorld ou encore Legoland, de quoi passer de bons moments en famille et à tarifs réduits.

Pour vous procurer votre City Pass il vous suffit de vous rendre dans l’une des attractions proposées par l’entreprise, au lieu d’acheter votre simple ticket d’entrée vous demandez alors un City Pass. Pour la ville de Toronto le tarif est de $88CAD + les taxes, soit $100,79CAD ce qui correspond à 66.73€. Vous pouvez également acheter votre City Pass directement sur le site officiel. Sachez qu’en cas d’achat en ligne vous disposerez d’un City Pass virtuel, tandis que si vous l’acheter directement à la caisse de l’une des attractions, ce dernier sera un carnet de plusieurs coupons.

Une fois votre City Pass en main, vous avez donc la possibilité d’accéder à 5 des 6 attractions proposées dans le carnet et ce pendant les 9 jours suivant la date d’achat. A Toronto, les attractions proposées sont les suivantes :

  • CN Tower
  • Ripley’s Aquarium of Canada
  • Casa Loma
  • Royal Ontario Museum
  • Centre des Sciences de l’Ontario ou le Zoo de Toronto

Pour des raisons de distance avec le centre ville nous avons opté pour le Centre des Sciences de l’Ontario plutôt que pour le zoo mais avec le recul, nous vous recommandons de faire un peu plus de route et (nous l’espérons) plus apprécier votre visite que la notre. Découvrez pourquoi ci-dessous.

LA CN TOWER

Au commencement, la CN Tower n’était qu’une simple antenne radio. Au début des années 1960 la hausse de la population et la création des premiers buildings ont clairement perturbé la qualité des ondes radios diffusées. L’objectif était alors d’intégrer l’antenne de diffusion à une tour plus haute que tous les autres grattes-ciel de la ville, afin de fluidifier les ondes. Avec ses 553 mètres de hauteur, la CN Tower est devenue l’emblème de Toronto, visible depuis n’importe quel quartier de la ville et située en plein centre du quartier des affaires. A savoir que pendant 34 années, la CN Tower était la tour du plus haute du monde avant d’être dépassée en 2009 par la Burj Khalifa de Dubaï et par la Tour de Télévision et de Tourisme de la ville de Canton en Chine.

Lors de votre entrée dans la CN Tower, veuillez à ne pas détenir d’objets potentiellement dangereux ou interdits car des portiques de sécurité sont installés ainsi qu’une fouille des sacs. Une fois le service de sécurité passé, vous devez alors prendre l’ascenseur qui vous mènera au 7ème ciel ! Au cas où vous ne souhaitez pas acheter de City Pass, l’entrée de la CN Tower et l’accès à l’ascenseur vous coûtera $35CAD par personne hors taxes.

L‘ascenseur de la CN Tower est en verre et est situé sur une face externe de la tour. Autrement dit, lorsque l’on est dans l’ascenseur on voit la vue se dessiner au fur et à mesure de l’ascension, on se rend alors compte de la hauteur de la tour. Non seulement par la vue sur tout Toronto, mais également par la durée que prend l’ascenseur avant d’arriver au sommet.

Une fois au belvédère, vous aurez alors l’opportunité de contempler la ville à 360° avec un panorama à couper le souffle surtout lors des journées de temps clair. La légende raconte qu’il serait possible de voir jusqu’aux chutes du Niagara lorsque le temps le permet ! Profitez-en pour faire une pause et passer quelques heures au sommet du monde (au sommet de l’hémisphère Ouest en tout cas) vous aurez peut-être la chance d’observer un coucher de soleil inoubliable sur la ville avant d’apprécier les lumières de Toronto qui plonge peu à peu dans la nuit.

C‘est également à ce niveau que se trouve le célèbre plancher de verre ! Oserez-vous marcher et contempler le sol à plus de 346 mètres de hauteur ?!



 

Si vous avez faim, tout est prévu ! Mais il faudra sortir la Carte Bleue et pour le coup ça risque de piquer si vous voyagez avec un petit budget. Comptez tout de même $58CAD par personne pour un entrée-plat ou plat-dessert le midi et $65CAD le soir pour un menu en deux services (hors taxes et hors service).

Un deuxième ascenseur est ensuite disponible pour accéder à la partie la plus haute de la tour, la Nacelle. Malgré votre City Pass, cet ascenseur vous coûtera tout de même $6 CAD de plus par personne (hors taxes) mais sachez que si vous n’avez pas le City Pass alors cela vous coûtera $12 CAD hors taxes par personne ! Attendez-vous à être déçus car la vue est gâchée par un grillage de protection encadrant complètement la nacelle. Certes vous avez l’opportunité d’être à l’extérieur et la vue est plus impressionnante puisque vous êtes 100 mètres plus haut qu’au niveau du belvédère principal, cependant ce n’est pas là où vous ferez les plus jolies photos.

La CN Tower propose également une activité pour les amateurs de sensations fortes « Haut-Da-Cieux » est l’attraction la plus extrême de Toronto et la première du genre en Amérique du Nord. Retenus par un rail de sécurité et un système de harnais, vous dépasserez vos limites en vous penchant littéralement dans le vide au dessus de la ville. Vous avez bien lu ! Cette attraction propose aux participants de sortir en extérieur, sur la partie haute de la tour pour marcher le long de l’observatoire mais également se pencher dans le vide à plus de 350 mètres de hauteur ! Comptez 90 minutes dont 30 minutes entièrement consacrées à l’excursion extérieure pour un total de $225CAD (hors taxes) par personne. Aurez-vous assez d’argent pour Oserez-vous tenter l’expérience ?!

LE RIPLEY’S AQUARIUM OF CANADA

Difficile de passer à côté sans le voir ou de se perdre en le cherchant, le Ripley’s Aquarium est situé au pied de la CN Tower, d’ailleurs vous pourrez voir les requins dessinés sur le toit de l’aquarium depuis le plancher de verre du belvédère de la CN Tower. Il s’agit du plus grand aquarium en intérieur du Canada avec plus de 5.7 million de litres d’eau, composé de plusieurs univers à thème mettant en valeur les habitats marins et d’eau douce du monde entier.

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se cache sous la surface des Grands Lacs ? Explorez l’univers des Eaux Canadiennes qui met en lumière la diversité des trésors du Canada. Si vous êtes à la recherche du grand frisson, vous n’oublierez jamais l’expérience que vous allez vivre dans le tunnel sous-marin qui traverse la galerie de la Lagune Dangereuse avec une vue imprenable sur de nombreuses espèces de requins.

Dans la Baie des Raies vous admirerez la grâce de ces animaux glissant sous l’eau ainsi que des spectacles de plongée en direct. Laissez-vous emporter dans une oasis au Récif Arc-en-ciel, une explosion de couleurs hypnotiques et de poissons tropicaux avant de rejoindre la Planète des Méduses.



 

Bien sûr, comme dans toute attraction touristique on retrouve un point snack, le Ripley’s Café, mais aussi une boutique de souvenirs, l’occasion d’acheter peluches, tee-shirt et autres goodies à l’effigie d’animaux marins. Mais le Ripley’s Aquarium offre également de nouvelles expériences de visite avec des événements tels que les matinées yoga, les soirées Jazz du vendredi soir ou autres. Idéal pour découvrir l’aquarium sous un nouveau jour !

Nous vous recommandons de visiter le Ripley’s Aquarium plutôt en matinée, dès l’ouverture, et en semaine si vous en avez l’opportunité. De cette manière vous visiterez l’aquarium en étant presque seul dans chaque univers. Parfait pour décompresser et prendre son temps. Pour vous donner un ordre d’idée, notre visite en matinée a duré environ 2h, lors de notre départ c’était l’arrivée des sorties de classe. Autant vous dire que visiter un aquarium avec une vingtaine d’enfants courant et criant partout n’était clairement pas l’un de nos souhaits, on était ravis de voir qu’ils arrivaient au moment où nous partions !

Pour information, lors de votre entrée à l’aquarium, lorsque vous êtes face au point de vente de billets, vous avez un vestiaire gratuit (hors pourboires) situé sur la gauche. Nous vous recommandons fortement d’y laisser vos manteaux et autres écharpes (surtout si vous visitez Toronto en hiver) car les températures sont chaudes dans l’aquarium et vous risquez d’étouffer avec vos affaires extérieures. De même qu’il n’est pas particulièrement agréable de passer la visite entière avec son manteau sous le bras.

LA CASA LOMA

La Casa Loma est l’un des principaux sites historiques de Toronto mais également le seul château de cette envergure en Amérique du Nord. En 1911, Sir Henry Pellatt engage un architecte de renommé afin de l’aider à réaliser son rêve : construire un château sur une colline surplombant Toronto. Il a fallu presque 3 ans et 300 ouvriers pour construire ce château d’une surface d’environ 18 580 mètres carré au prix de $3.500.000 CAD (à l’époque). Lors de sa construction, la Casa Loma était la plus grande résidence privée du Canada !

Sir Henry Pellatt et son épouse Lady Mary vécurent à la Casa Loma pendant presque 10 ans avant que d’importantes difficultés financières les forcent à abandonner leur résidence. Lors de la construction du château, Sir H. Pellatt souhaitait qu’à sa mort la Casa Loma deviennent un musée dédié à la guerre. Il avait d’ailleurs anticipé les problèmes de poids liés à de potentiels véhicules militaires sur le parquet et l’avait ainsi renforcé avec des dalles de béton afin qu’il ne s’effondre pas.

Passionné de vieux véhicules ? Alors vous tomberez sous le charme de la collection de voitures du début des années 1900 installée dans la remise à calèches, annexée à la Casa Loma par un tunnel sous-terrain. Enfin, il est aussi possible de visionner un docudrame de 22 minutes sur la montée et la chute de l’empire Henry Pellatt « The Pellatt Newsreel : The man who built Casa Loma » dans le théâtre devenu salle de projection du château.



 

Pendant toute la durée de votre visite vous serez probablement surpris, voire ébahis par les inventions de Sir Henry Pellatt. C’est ainsi que la Casa Loma disposait d’une douche mais également d’une piscine intérieure ou encore de plafonniers électriques méticuleusement installés au dessus de la table à manger ! De réelles prouesses techniques et technologiques pour l’époque.

Ce qui est très agréable lors de la visite de la Casa Loma, c’est la possibilité pour $2 CAD d’obtenir un audioguide en français, anglais, allemand, coréen, mandarin, italien, japonais ou encore espagnol. Vous pouvez alors visiter le château par vous-même tout en apprenant l’histoire du manoir et de chacune de ses pièces.



 

Le bâtiment principal est accessible aux personnes à mobilité réduite mais certaines pièces de la Casa Loma ne le sont pas, de même que certaines parties des extérieurs. En hiver vous n’aurez pas la chance de profiter de la beauté des jardins mais en haute saison, il regorge d’espèces florales en tout genre sur plus de 20 000 mètres carrés de jardin. Cette flore luxuriante entourant la Casa Loma met en évidence de nombreuses fontaines et sculptures. En haute saison il est également possible de manger au Terrace Grill dans les jardins de l’étage supérieur.

A quelques mètres de là seulement, de l’autre côté de la rue, vous pouvez apercevoir les écuries qui servaient également de première résidence pour le couple Pellatt pendant la construction de la Casa Loma. Ainsi, pendant toute la durée des travaux, Sir Henry Pellatt pouvait garder à l’œil ses 300 ouvriers et s’assurer que la construction avançait dans les temps, ce fut d’ailleurs la raison principale de la construction de cet édifice !

LE ROYAL ONTARIO MUSEUM (ROM)

Le Musée Royal de l’Ontario est un musée de culture mondiale et d’histoire naturelle. C’est le cinquième plus grand musée d’Amérique du Nord, il contient plus de six millions d’objets en tout genre. La collection sur les dinosaures héberge le plus grand dinosaure du Canada mais aussi des mammifères de l’ère de glace ! Retrouvez également des momies égyptiennes, une grotte de chauves-souris, de l’art africain et des activités pour les enfants,  faisant de cette attraction l’une des plus populaires auprès des familles. Dès votre entrée dans le bâtiment, vous serez émerveillés par les mosaïques illustrant des cultures des quatre coins du monde qui décorent les murs du hall.

Au Musée Royal de l’Ontario, les richesses culturelles du monde sont célébrées et exposées aux côtés d’artefacts fascinants des civilisations passées réparties sur 5 niveaux Les différentes expositions temporaires ou permanentes vous feront voyager autour du monde à travers des décors, mises en scène et mises en situation.



 

Savez-vous ce que représente ce poisson ci-dessous ? Aussi étrange et surprenant que cela puisse paraître il s’agit d’un cercueil. En effet, dans la culture Ga, établie sur la côte du Ghana, les cérémonies funéraires marquent le passage du monde des vivants au monde des ancêtres. Ils considèrent leurs ancêtres comme des figures puissantes qui participent toujours à la vie familiale et peuvent exercer une influence bénéfique ou néfaste. Les êtres chers sont donc enterrés dans de magnifiques cercueils qui célèbrent leur vie et leurs exploits. En offrant au défunt des funérailles mémorables, la famille s’assure sa protection dans l’autre monde.

La pêche étant l’une des principales activités des Ga, les hommes pêchent généralement dans de grandes pirogues colorées, les femmes préparent le poisson, le fument et le vendent au marché. Ce qui explique pourquoi beaucoup de cercueils célèbrent la pêche. Ce cercueil s’inspire d’une espèce de poisson du golfe de Guinée, mais avec quelques libertés artistiques. Symbole incontestable de prestige, la Mercedes-Benz est également un modèle très populaire afin de souligner la réussite socio-économique d’une personne, même si cette dernière n’en a jamais possédé.

LE CENTRE DES SCIENCES DE L’ONTARIO

La dernière attraction prévue par le City Pass est un choix entre le Centre des Sciences de l’Ontario et le Zoo de Toronto. Comme indiqué ci-dessus, nous n’avons pas été convaincu par le Centre des Sciences de l’Ontario, au final il s’agit de l’activité la plus décevante dans le City Pass, c’est pour cela que si c’était à refaire nous irions probablement au Zoo.

Le Centre des Sciences de l’Ontario possède de nombreux atouts, un cadre verdoyant très agréable et de très nombreuses expériences à réaliser par soi-même. Cette cité des Sciences invite les visiteurs à essayer, toucher, sentir, etc. Cependant il faut être réaliste, les expériences proposées sont principalement axées vers une population d’enfants et très vite notre impression s’est confirmée lorsque l’on s’est aperçu que nous étions les seuls visiteurs sans enfant … Un petit moment de solitude.


Cet article vous a donné envie de visiter Toronto et de prendre un City Pass pour faire des économies ? Alors partagez-le sur les réseaux sociaux et laissez-nous un commentaire.

Articles similaires : « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » ; « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ;  « Découvrez la magie de Noël à Québec » 

Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal !

Montréal est une ville si cosmopolite que vous pourrez peut-être vous demander si vous êtes bien au Canada. Avec ses grandes universités, Montréal accueille chaque année de nombreux étudiants du monde entier, ce qui explique, en partie, pourquoi cette ville est réputée pour être l’une des meilleures en terme de vie étudiante. De nombreux bars aux happy hour quotidiens (Attention les horaires sont bien différents de ceux pratiqués en France, adaptez-vous si vous ne voulez pas les rater), des restaurants à petits prix et de nombreuses animations et activités, c’est sûr Montréal est une ville qui bouge, mais même dans la ville la plus agréable au monde, il est parfois bon de sortir de la vie citadine et c’est au Mont Royal que cela se passe.

A Montréal il n’est pas nécessaire de faire plusieurs heures de route pour prendre l’air et du recul sur l’agitation de la ville, les Montréalais disposent d’un point de vue imprenable au cœur d’un parc, accessible en bus mais également à pieds, pourquoi ? Car cet endroit si particulier se trouve en plein centre ville de Montréal, découvrez pourquoi le Mont Royal, cette petite montagne au cœur de Montréal, occupe une si grande place dans le cœur des Montréalais.

L‘une des raisons principales, hormis la vue, pour laquelle les habitants de Montréal aiment le Mont Royal c’est pour ses nombreuses activités qu’il est possible de pratiquer, été comme hiver. Peu importe le moment de votre visite ou de la météo, il y a toujours quelque chose à faire ou à voir sur la montagne ! Qu’il s’agisse de parcourir les 22km à ski de fond, chausser ses patins sur la patinoire extérieure ou dévaler les pentes sur une chambre à air en guise de luge en hiver, les activités sont toutes aussi variées en haute saison avec la possibilité de louer un petit bateau téléguidé sur le lac aux Castors, aider à la plantation d’arbres ou encore venir écouter de la musique à l’occasion de festivals de musique en plein air, vous trouverez forcément une activité faite pour vous !

Pour vous y rendre, vous pouvez marcher mais la montée est assez raide, il vous faudra un petit peu de courage mais cela reste de la marche en ville, pas de quoi appeler ça une randonnée ! Il s’agit plutôt de l’ascension d’un grand escalier entre ville et nature, mais vous pouvez également faire comme de nombreuses autres personnes, prendre un bus, le 11 par exemple, et monter jusqu’en haut du Mont Royal et ensuite redescendre par les marches. Sachez qu’une fois arrivé à l’arrêt du bus, il vous suffit de faire seulement quelques pas et vous êtes déjà dans le Parc du Mont Royal.

Préparez-vous à l’émerveillement car très vite, sans même vous y attendre, vous arrivez sur un point de vue époustouflant ! Une vue imprenable sur tout Montréal. Si vous êtes chanceux (ou prévoyant) et que vous avez un temps clair, vous pourrez peut-être même voir les différentes banlieues montréalaises se dessiner à l’horizon. Il y a donc de fortes chances pour que vous y restiez quelques heures et ce, peu importe si vous visitez Montréal en été ou en hiver. Même avec -20°C dans l’atmosphère, si vous êtes correctement couverts, vous ne pourrez que rester ébahis par cette vue et de ce fait rester un long moment à contempler le paysage.

En effet, face au Chalet du Mont Royal se dresse une vue spectaculaire sur le centre ville de Montréal et ses buildings. L’occasion de contempler l’activité de la ville qui fourmille sous vos yeux, observez l’agitation des montréalais et profitez !

Situé dans votre dos au moment où vous admirez la vue, il est intéressant de visiter et d’apprendre de l’histoire du Chalet du Mont Royal même si sa visite se fait rapidement.

Son architecture d’inspiration Beaux-Arts français a été conçu dans les années 30 par l’architecte et québécois Aristide Beaugrand-Champagne dans le cadre d’un programme d’aide aux chômeurs de la ville. Sur les murs du Chalet Mont Royal, de grands tableaux sont signés par des artistes de renom tels que Fortin, Borduas ou encore Holgate, et illustrent des moments importants dans l’histoire de la ville de Montréal. Ces œuvres d’art associées à la cheminée majestueuse du Chalet ainsi qu’aux imposants lustres, contribuent à donner une décoration rustique et chaleureuse du Chalet.

Mise à part son architecture et l’histoire qui en résulte, vous ne trouverez à l’intérieur du Chalet Mont Royal qu’une boutique souvenir ainsi qu’un kiosque d’information sur la Ville de Montréal, l’occasion de prendre quelques brochures si vous souhaitez en apprendre plus à ce sujet. Sur les poutres du Chalet on distingue les animaux qui peuplent le parc du Mont Royal comme des écureuils par exemple. Je gage qu’il ne se passera pas une visite du Parc sans apercevoir l’un de ces petits animaux à la robe rousse.



 

Pour une vue moins citadine et plus nature, mieux vaut se rendre du côté du Pavillon du Lac aux Castors, un bâtiment aux grandes baies vitrées sur le lac et son environnement, inauguré dans les années 50 et considéré, à l’époque, comme l’un des bâtiments publics les plus novateurs et modernes du Québec. C’est également ici que se trouve les espaces dédiés à la détente et à la restauration du Parc du Mont Royal.

Enfin si vous êtes en promenade dans le parc du Mont Royal, vous devez vous rendre à la Croix du Mont Royal. Cette croix lumineuse fait partie intégrante du paysage montréalais depuis 1924 en mémoire de Paul Chomedey qui avait planté une première croix en bois sur la montagne en 1643 pour remercier la Saint Vierge d’avoir protégé la ville des inondations. Aujourd’hui, la Croix du Mont Royal mesure 30 mètres de hauteur et culmine à 251 mètres d’altitude, elle est donc visible à 80km de distance, et ce, même la nuit puisqu’elle est complètement illuminée. Ça serait donc dommage de grimper jusqu’en haut du Mont Royal pour ne pas aller voir cette croix de plus près !

Pour redescendre dans la ville de Montréal, après votre escapade naturelle terminée, le mieux est d’emprunter les escaliers qui descendent le long de la montagne. D’abord pour la vue qu’il offre, on se voit redescendre dans la ville au fur et à mesure des marches avec une sensation particulière de revenir après être parti à la campagne mais d’arriver au cœur du centre ville en quelques minutes seulement ! Il existe plusieurs chemins et sentiers mais il y en a 2 principaux, ceux qui vous mèneront directement au cœur de la ville de Montréal en moins de temps possible.

L‘un des deux escaliers se termine du côté du Monument Sir George Étienne Cartier, cette route permet d’arriver directement sur le plateau du Mont-Royal, dans le quartier français et de rejoindre en quelques minutes le Village ou le Centre Ville de Montréal. Vous pouvez admirer sur votre droite la ville qui se dessine de plus en plus au fur et à mesure que vous descendez les escaliers. Juste au niveau de la statue se trouvent également de nombreux arrêts de bus, l’occasion de vous économiser si cette virée sur le Mont Royal vous a exténué !

Le second passage est du côté de la Côte des Neiges, même si cette route vous éloigne plus du centre ville en comparaison à celui ci-dessus, cette route vous emmènera vers le campus de Montréal. L’occasion de découvrir la vie étudiante montréalaise et de se promener dans cette ville au sein de la ville.


Vous avez aimé cet article ? Invitez vos amis à découvrir la beauté du Mont Royal en partageant ou commentant cette page.

Articles similaires : « Un week-end culturel à Ottawa » ; « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ; « Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec ! » ; « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ; « Découvrez la magie de Noël à Québec »