Les différences culturelles entre la France et le Japon – Partie 2

Dans un premier article, nous vous recensions les différences culturelles qui existent entre la France et le Japon et dont nous avons été témoins lors de notre voyage.

Vous l’aurez deviné, ces différences culturelles sont tellement nombreuses, qu’il était nécessaire d’écrire un second article sur ce sujet.

LE TRAVAIL

Au Japon, le travail est ce qui représente une personne. Lorsqu’on vous demande qui vous êtes, vous devez répondre par l’intitulé de votre poste.

De ce fait, les japonais sont particulièrement impliqués dans leur travail. Ils arrivent tôt le matin. Ils repartent tard le soir. Et pendant toute la journée ils sont assidus et concentrés sur leurs tâches et missions à effectuer.

Quand l’horloge indique la fin de journée de travail, ne vous étonnez pas si personne ne se lève pour rentrer chez lui et si tout le monde reste campé à son bureau pour travailler. Il est assez mal vu d’être le premier à quitter l’entreprise. Personne ne veut donc être celui qui prendra l’initiative de partir.

Il existe une règle concernant la fin des heures de travail au Japon. Dès que vous quitter votre bureau pour rentrer chez vous, vous devez dire « osaki ni shitsurei shimasu ». Ce qui signifie « Excusez-moi de quitter le travail avant vous ». Oui, il est nécessaire de s’excuser lorsque vous êtes le premier à rentrer. Mais cette phrase est également de mise même si la moitié de vos collègues sont déjà partis ou si vous n’êtes plus que deux dans l’open space.

Autrement dit, dès que vous quitter le travail, si vous n’êtes pas le dernier parti, vous devez vous excuser pour cela. Autant vous dire que pour la majorité des expatriés au Japon, cette petite formule de politesse fait partie de leur quotidien.

LES HEURES DE FERMETURE

Que ce soient les bars, les magasins, les restaurants ou autres stands de rue, l’heure c’est l’heure lorsque la fermeture est imminente.

Si vous êtes en train de faire la queue chez le glacier mais qu’il est l’heure pour lui de fermer, il fermera sans vous servir. Même si la file d’attente est longue et qu’il y a encore des clients qui attendent leurs glaces.

Vous feriez donc mieux d’anticiper vos sorties nocturnes car contrairement à la France, les bars et restaurants ferment leurs portes vers 23h. Après cela, libre à vous d’aller en boîte de nuit mais sachez que le métro ne fonctionne plus passé minuit (même dans une ville telle que Tokyo).

Pour vos visites de temple par exemple, les heures de fermeture sont également très tôt puisque la majorité ferment leurs portes aux alentours de 16h30. Mieux vaut donc être lève-tôt pour ne pas passer à côté de certains lieux.

LES INFORMATIONS

Ce qui est drôle pour un occidental, c’est tout le cheminement qu’il y a autour d’une simple question ou d’une demande d’information dans un magasin ou un restaurant. Pour mieux vous expliquer, voici un exemple concret.

Vous êtes dans un magasin et souhaitez avoir une information sur un produit. Vous demandez au premier vendeur que vous croisez. Si ce dernier n’est pas en mesure de vous donner une réponse, il va vous laisser sur place puis partir demander à son chef.

Si son chef n’a pas non plus l’information, il va lui-même aller voir son supérieur, etc. jusqu’à ce que quelqu’un soit en mesure de répondre à votre question initiale. Le premier vendeur a qui vous aviez demandé l’information reviendra vers vous pour vous donner la réponse que vous attendez.

Chose hilarante. Si vous rompez le protocole et suivez le premier vendeur afin d’avoir l’information plus rapidement de la part de son chef, ce dernier ne s’adressera pas à vous pour répondre à la question, mais bel et bien à son vendeur qui ensuite vous répondra. Cela peut donc vous amener à vivre certaines scènes cocasses où vous aurez l’impression d’être littéralement invisible aux yeux des supérieurs des vendeurs.

LES SIESTES

Au Japon, si vous êtes fatigué, personne ne vous jugera si vous décidez de faire une sieste et ce, peu importe l’endroit où vous êtes à l’instant T.

Il est donc fréquent de voir des personnes dormir dans des endroits incongrus, voire complètement insolites. On se demande souvent comment ils peuvent bien faire pour s’endormir n’importe où. Mais surtout on se demande si les positions qu’ils ont sont réellement confortables.

Dans le métro, dans la rue ou même dans les bars ! Quotidiennement vous croiserez ces dormeurs qui ne manqueront pas de vous faire rire. Profitez donc de ce spectacle et n’hésitez pas à nous faire partager vos photos des meilleurs dormeurs que vous croiserez.

sieste metro japon sieste metro japon

LA PEUR DES MALADIES

Non ce n’est pas une légende, certains japonais utilisent bel et bien des masques chirurgicaux au quotidien. C’est tellement commun que vous pourrez en trouver un rayon complet dans les épiceries de quartier.

A cela plusieurs raisons et explications.

Ces masques sont d’abord pour les personnes qui sont malades et qui ne souhaitent pas transmettre leurs microbes aux autres gens. Sachez qu’un simple rhume ou nez qui coule est susceptible d’être une raison pour porter un de ces masques. Ne prenez donc pas peur de ces gens qui pourraient passer pour des malades victimes d’un virus contagieux et incurable.

Si cela part d’un bon sentiment, ce n’est pas toujours la raison invoquée par ces porteurs de masques. En effet, d’autres les portent juste par peur d’attraper une maladie.

Vous croiserez donc de nombreuses personnes dans le métro ou dans la rue qui ne présentent aucun symptôme. Pas de reniflement, pas d’éternuement, rien, mais ils portent tout de même un masque.

Il est d’ailleurs extrêmement mal vu de se moucher dans la rue ou en public. Les japonais préfèrent renifler pendant des heures plutôt que de prendre le temps de se moucher et de passer pour quelqu’un de malade …

Cette peur invétérée des maladies est très commune au Japon et est également visible avec la peur des coups de soleil.

Aussi, dès que le soleil pointe le bout de son nez, vous verrez les japonais sortir leurs chapeaux, leurs parapluies et autres manchettes spécialement conçues pour protéger des UV.

Tout est prétexte à se cacher du soleil au maximum. Et dire qu’en France on fait des scandales pour les burkinis sur les plages. Ici c’est plutôt la vue d’un bikini qui étonnerait la population !

LES ENCAS

Sur votre chemin vous trouverez de nombreuses échoppes de bouche qui vendent des brochettes ou autres mets prêts à déguster. Profitez-en pour en faire vos repas, car à moins d’être dans un endroit très touristiques, ils sont souvent très intéressants en termes de rapport qualité-prix.

Attention cependant. Ce n’est pas parce que ces boutiques ont pignon sur rue et que vous les commandez sur le bord du trottoir que vous êtes autorisés à les manger dans la rue.

crepe chocolat fraise banane chantilly

dango japon riz gluant patisserie japonaise chocolat

En effet, même si aucune loi ne vous interdit de manger dans la rue c’est extrêmement impoli de manger en marchant ou sur un bord de trottoir. Les japonais ont donc établi des zones de repas. Tout comme les zones fumeurs, ces endroits sont spécialement conçus pour manger.

Alors que certains de ces « corner food » disposent de manges-debout, ce n’est pas le cas de tous. Ne vous étonnez donc pas si dans ces zones réservées vous ne trouverez ni chaise, ni table.

poulpe oeuf japon

ravioles japonaises Okonomiyaki japon

LES TOILETTES PUBLIQUES

Au Japon vous trouverez des toilettes publiques un peu partout. Que ce soit dans toutes les stations de métro ou dans la rue. Il n’est pas difficile de trouver un endroit pour vous soulager. Nous vous conseillons vivement d’aller aux toilettes plutôt que de trouver un petit coin de rue, n’est-ce pas messieurs, et ce pour plusieurs raisons.

La première raison est évidente : c’est dégueulasse et ça pue ! Mais en plus vous serez bien les seuls à faire cela car vous ne verrez littéralement AUCUN japonais faire ses besoins dans la rue !

La deuxième raison c’est qu’il serait bien dommage de se priver de vraies toilettes, particulièrement quand ces dernières sont parfaitement propres. C’est incroyable, chaque fois que nous sortions des toilettes publiques nous avions cette même surprise : c’était parfaitement propre !

Aucun déchet au sol, pas de pipi par terre, pas de papier toilette abandonné. Les toilettes publiques sont aussi propres que les toilettes de chez vous … si ce n’est plus car elles disposent, pour la majorité d’entre elles, de sprays désinfectants afin de nettoyer la cuvette des toilettes avant de les utiliser.

Pour les réfractaires aux toilettes publiques, sachez que vous n’aurez guère le choix à certains moments car certains bars ou restaurants ne disposent pas de WC. Vous serez dans l’obligation d’utiliser les commodités publiques si vous ne pouvez pas attendre votre retour à l’hôtel 😊

toilettes japon fun

Vous avez aimé cet article ? Alors faites découvrir les différences culturelles entre le Japon et la France à vos amis en le partageant ou laissez-nous un commentaire !

Découvrez ou redécouvrez notre article « Les différences culturelles entre le Japon et la France – Partie 1 »

Les différences culturelles entre la France et le Japon – Partie 1

Nous y sommes, le Japon ! Après environ 11 heures de vol et une escale à Moscou, nous voici enfin arrivés à destination : Tokyo !

Qui n’a jamais rêvé de flâner dans ces rues aux multiples panneaux publicitaires colorés, illuminés et aux ambiances très « Kawaii » ?!

Même le moins geek d’entre nous ou celui qui n’a jamais vu un manga de sa vie doit l’avouer. Tokyo et le Japon font rêver.

Il faut dire qu’avec ses plus de 9 millions d’habitants Tokyo est l’une des villes les plus peuplées au monde. A cheval entre la culture japonaise traditionnelle et les nouvelles tendances J-Pop.

Nous avons 4 jours pour découvrir Tokyo et ses divers aspects. Tokyo sous tous ses jours et surtout pour en apprendre un peu plus sur la façon de vivre des locaux. L’occasion de voir de nos propres yeux si tout ce que l’on raconte depuis l’autre bout du monde est vrai.

Shizuoka Tokyo Japon

LA LANGUE

Bien sûr la première difficulté dont nous avons à faire face n’est pas la différence de culture. C’est bel et bien la barrière de la langue.

Cependant, rassurez-vous. Même s’il est vrai que rare sont les japonais qui parlent anglais, et Tokyo n’en fait pas exception. La majorité des panneaux de signalétique ou des annonces faites dans le métro par exemple, sont traduits en anglais.

viande japon tokyo

Nous prenons le temps d’apprendre quelques phrases clés avant de partir. Cela nous permettra d’entamer une discussion ou de demander une information plus facilement.

Si vous êtes perdus ou à la recherche de quelque chose, ils n’hésiteront pas à vous accompagner. Parfois, quitte à marcher à vos côtés pendant plusieurs minutes pour être surs que vous arriviez à bon port.

Mesdames, messieurs les français prenez en bonne note !

LE TRAIN / BUS / MÉTRO

Si vous arrivez, tout comme nous, à l’aéroport de Narita, il faudra rejoindre le centre-ville. Alors quoi de mieux que le train pour ça. Moyen de transport plébiscité par les locaux.

Nous achetons notre ticket, descendons au sous-sol comme pour prendre le métro et là … ça vous frappe, ça sent bon ! Non pas qu’il y ai une odeur de parfum dans l’air, mais simplement l’odeur de propre.

On ne va pas se mentir, c’est la première différence majeure avec la France et le métro parisien. Ce métro parisien où l’on peut apprécier les odeurs d’égouts, voire de pisse de clochard.

Nos regards se croisent et on pense immédiatement la même chose. Quelle première impression doivent avoir les japonais lorsqu’ils arrivent chez nous ?!

Autre différence de taille, ici personne ne se pousse, ne se bouscule ou s’insulte, même en heure de pointe. Les gens attendent patiemment leur tour. Chacun se met en file d’attente face à une entrée du métro et attend son tour. Et s’il n’y a plus de place dans ce train, c’est bien simple, ils attendent le prochain !

metro tokyo japon

Nous profitons de ce moment pour rectifier une légende urbaine concernant la ponctualité des trains au Japon. Même s’il est vrai que les trains et bus longues distances sont majoritairement ponctuels avec un départ à la minute près, l’herbe est toujours plus verte chez le voisin. En effet, nous avons eu à faire à plusieurs retards, voire même arrêts de la circulation au milieu des voies pendant plusieurs dizaines de minutes.

Les mauvaises langues diront que le conducteur savait qu’il y avait des français à bord et en a donc profité pour faire une petite grève surprise ! Cependant, lors de ce genre de contre-temps les informations données au microphone ne sont pas traduites en anglais. Nous ne sommes donc pas disposés à vous donner plus d’informations quant aux raisons qui ont pu expliquer ces arrêts momentanés.

LE SENS DE MARCHE

Dans les couloirs de la gare ou dans la rue, là encore l’organisation japonaise ferait passer n’importe quel français pour un sauvage de bas étage. On tient sa gauche à Tokyo (sa droite dans d’autres villes telles que Yokohama ou Osaka par exemple). Résultat, personne ne se bouscule ou ne se marche dessus.

Vous avez bien lu, il ne s’agit pas que de tenir sa file dans les couloirs du métro mais également la rue !

Même si cela peut paraître perturbant au début, on se rend vite compte de l’intérêt d’une organisation quasi militaire comme celle-ci lorsque l’on se retrouve au beau milieu d’une marée humaine.

Vous êtes entourés de milliers de personnes et malgré cela chacun peu avancer à son rythme sans se faire bousculer de tous les côtés.

metro tokyo japon

up down metro japon rue tokyo japon

LES CIGARETTES

Sur un tout autre sujet, amis fumeurs ceci devrait vous intéresser. Il est interdit de fumer dans la rue. Oui oui, il est interdit de fumer dans la rue !

Si vous voulez vous en griller une, des zones fumeurs sont établies à l’abri des regards et de la foule. Ne vous amusez pas à passer outre ces règles car ce ne sont pas les policiers qui vous diront quelque chose en premier lieu mais bel et bien les citoyens qui viendront vous demander d’éteindre votre cigarette sur le champ.

Au début, on a l’impression que personne ne fume. On pense directement que très peu de japonais doivent être fumeurs. En réalité ils sont assez nombreux à fumer et il n’est pas rare de les voir accroupis dans des petites ruelles afin d’être discrets et de ne gêner personne.

Cependant, amis fumeurs n’ayez crainte. Contrairement à la France où il est formellement interdit de fumer en intérieur, les bars de nuit sont bien souvent fumeurs. De même que dans les cafés ou fast-food il existe des fumoirs destinés à accueillir les amoureux de la cigarette.

zone fumeur kyoto japon zone fumeur tokyo japon

L’ÉDUCATION DES ENFANTS

Chose qui nous a surpris lors de notre séjour au Japon, il s’agit de la relation parent-enfant, mais particulièrement de la relation qu’une mère peut entretenir avec sa progéniture.

Même s’il est connu que les Japonais ne se touchent pas, ou très peu, il en est de même avec leurs enfants. Aussi, dans l’intimité de la famille, une mère ne fait pas de câlin à ses enfants. Pire, elle pourra même les repousser s’ils se montrent trop tactiles.

Si l’un des membres de la famille est amené à partir pour une longue période, que ce soit pour le travail ou autre, vous ne verrez pas de scènes d’embrassades dans les gares ou les aéroports. Ils s’inclineront respectueusement et la session des « au-revoir » sera terminée.

Lorsqu’un enfant apprend à marcher et qu’il tombe, les parents ne seront pas là pour l’aider ou le consoler s’il pleure mais juste pour lui dire « allez relève toi maintenant ! ». Ce qui pour nous, européens, semble presque inconcevable.

A l’inverse, il est fréquent d’entendre des mères dire à leurs enfants « abunai » dès que ces derniers font le moindre mouvement. Cela signifie « attention c’est dangereux ». Nous avons pu l’entendre même lorsque les enfants ne font que courir dans un parc par exemple.

LE MARIAGE

Chers hommes, vous qui fantasmez sur les japonaises et qui avez toujours rêvé d’en épouser une. Sachez qu’il n’est pas rare d’entendre des histoires d’amour virant au cauchemar entre une japonaise et un étranger.

Une fois mariage signé et consommé, nombreuses sont celles qui demandent le divorce. Elles gardent ensuite les enfants pour être considérées comme parent célibataire. Ainsi elles peuvent obtenir différentes aides telles que la cantine gratuite par exemple. Nombreuses sont celles qui, par la suite, ne donnent de nouvelles au père que lorsqu’il y a des factures à payer.

Bien sûr, pas besoin d’aller au Japon pour entendre ce genre de faits divers. Mais sachez tout de même que l’on a entendu ce genre d’histoires plus d’une fois en seulement deux semaines au Japon 😊

mariage japon

L’ÉCOLE

Contrairement aux écoles françaises, les petits japonais sont en uniforme, mais surtout ils portent un chapeau coloré. Chaque couleur désigne une classe. Si vous allez au Japon vous ne pourrez manquer ces petits écoliers aux casquettes jaunes, bobs turquoises, chapeaux melon marines, etc.

Mais autre chose est plus étonnant encore. Lors de leurs quartiers libres, ils gardent leurs couvre-chefs, une scène inimaginable en France !

De la maternelle au collège, les élèves sont obligés de se rendre à l’école à pieds. Leur école étant choisie, non pas par les parents, mais par le gouvernement selon un système de zones, les écoliers sont situés proches de leur école et doivent donc s’y rendre en marchant. Pas de bus, pas de parents qui vous déposent en voiture, ils doivent marcher !

Lorsqu’ils sont tout petits et qu’ils sont en sortie de classe, vous ne verrez pas les élèves tenir la main de leurs petits camarades. Leur instituteur/institutrice tient une corde sur laquelle est reliée différents anneaux. C’est à chaque élève de tenir son anneau pour ne pas se séparer du groupe.

écolier japon

LES CHAUSSURES

Au Japon la règle est simple. Dès que nous passons le pas de porte de chez quelqu’un, d’un temple ou tout autre lieu avec un revêtement en parquet ou un tatami, les chaussures sont INTERDITES !

Mieux encore, il existe une façon de retirer ses chaussures et mieux vaut la suivre à la lettre.

Dans chaque entrée des lieux où les chaussures ne sont pas les bienvenues, il y a un espace dédié pour se déchausser. Cet espace est délimité par une petite marche, souvent en bois. Sous aucun prétexte vos chaussures ne doivent dépasser cette petite marche. Même à la main. La seule exception est si nos chaussures sont emballées dans un sac en plastique.

Lorsque nous nous déchaussons, nos pieds ou nos chaussettes ne doivent pas être en contact avec l’espace dédié aux chaussures. Autrement dit, dès que nous retirons une chaussure, notre pied déchaussé doit être posé uniquement sur la zone réservée aux pieds nus (parquet ou tatami). Mais en aucun cas sur la zone pour les chaussures car cela les salirait, il n’y aurait donc plus aucun intérêt à se déchausser.

no shoes japon

LES POUBELLES

A vrai dire, c’est notre plus grosse difficulté au Japon. Le manque de poubelles dans la rue. C’est pour une raison qui remonte à 1993, lors des attaques au gaz sarin dans les poubelles publiques. Les autorités japonaises ont alors décidé de retirer toutes les poubelles des rues.

Dans les faits, il y a toujours des cendriers et des poubelles de recyclage (plastique, papiers, bouteilles en plastique et canettes). Cependant, il est impossible de trouver des poubelles pour les autres déchets.

Comment font-ils ? Et bien ils gardent leurs déchets avec eux jusqu’à leur arrivée à domicile où ils pourront enfin les jeter. Il n’est donc pas rare de voir des japonais se promener avec un sac en plastique à la main. Ce n’est autre que leur petite poubelle de poche.

Seul problème, lorsque comme nous vous êtes un voyageur backpackeur sans domicile fixe. Nombreuses sont les fois où nous nous sommes arrêtés dans un 7/11 pour acheter de la nourriture. Après avoir mangé, nous nous sommes retrouvés sans aucun endroit pour jeter les emballages.

Enfin, même si les japonais sont très propres et que vous ne verrez quasiment aucun détritus dans la rue. Nous ne pouvons nous empêcher de penser aux touristes parfois sales ou impatients qui n’attendront pas le soir d’être rentrés à leur hôtel pour jeter leurs emballages ou restes alimentaires …

poubelles japon

LES SACS EN PLASTIQUE

En parlant de déchets, nous avons pu constater un retard au niveau de mentalités concernant les sacs en plastique. Certes, comme expliqué plus haut, les japonais sont propres et il est rare de voir des détritus dans la rue. Cependant, cela n’excuse pas le nombre de sacs plastiques utilisés pour le moindre achat.

Vous voulez un exemple concret ?

Nous avons acheté un petit gâteau dans une boulangerie. Premier emballage : un petit sachet en plastique. Puis vient le sac en papier. Enfin un deuxième sac en plastique !

Vous voyez l’idée ? A l’heure où nous autres européens commençons ENFIN à prendre conscience de ce mal que sont les emballages plastiques, nous avons été déçus de constater qu’au Japon, ce problème ne semble pas du tout d’actualité.


Vous avez aimé cet article ? Faites découvrir les différences culturelles qui existent entre le Japon et la France à vos amis. Partagez cet article ou laissez-nous un commentaire !

Découvre la suite de cet article avec « Les différences culturelles entre le Japon et la France – Partie 2 »

Visiter les alentours de Reykjavik – Le Golden Circle

A moins d’une heure de route du centre de la capitale islandaise se trouve le point d’entrée du Golden Circle. Si certains optent pour les tours opérateurs, nous vous le déconseillons TRÈS fortement !

Pourquoi ? Voici 3 raisons valables pour oublier les tours opérateurs à tout jamais et enfin découvrir le monde par soi-même.

LE CAR

Parce qu’en période creuse vous êtes dans un bus d’une capacité de 60 personnes alors que vous n’êtes qu’une petite dizaine à l’intérieur … pas très écologique ! Surtout lorsque l’on sait qu’il y a plusieurs dizaines de bus qui circulent par jour sur le Golden Circle

A l’inverse, en haute saison vous êtes les uns sur les autres, empaquetés dans ces bus, et là c’est le confort qui n’est pas au rendez-vous.

LE PLANNING

Le planning est minuté ! Sachez que si vous prenez un tour opérateur vous n’aurez aucune liberté de mouvement pendant toute la durée de votre excursion. La pause-déjeuner ? Pas plus de 30 minutes montre en main !

Mais le repas n’est pas le seul moment où vous n’aurez pas le temps de prendre votre temps. Chacune des attractions visitées sera également minutée.

Imaginez, vous êtes face au geyser, attendant sagement que l’éruption entre en jeu. Là un journaliste vous accoste et vous pose des questions. Trop gentils que vous êtes-vous vous retournez pour y répondre et BAM ! Le geyser pointe le bout de son nez mais vous n’étiez pas attentifs. Trop déçus vous vous retournez à nouveau pour engueuler le journaliste et là RE-BAM ! Le geyser fait une de ces célèbres répliques et vous la manquez une seconde fois.

Ça fait mal oui, mais c’est pire lorsque vous êtes en tour opérateur car c’est déjà l’heure de quitter les lieux et vous n’avez rien vu. La loose !

LES BOUTIQUES

Mais s’il y a bien quelque chose qui nous énerve profondément dans les tours opérateurs, ce sont ces passages obligatoires par les boutiques souvenirs hors de prix. Bien évidemment que les commerçants gonflent leurs prix puisqu’ils savent pertinemment que des cars entiers de touristes vont venir dans leur boutique acheter un magnet. Ce même magnet qu’il sera possible de trouver deux fois moins cher en sortant légèrement du circuit imposé par les tours opérateurs …

Bref ! Les tours opérateurs ce n’est pas notre truc ! Sur le Golden Circle bien sûr, mais aussi dans le reste du monde.

Alors faites comme nous, préférez louer une voiture, prenez du monde en covoiturage s’il vous reste de la place et GO ! Partez à la découverte des merveilles naturelles de l’Islande.

LE PARC NATIONAL DE ÞINGVELLIR



 

Þingvellir, prononcé à l’anglaise « Thingvellir », est un Parc National dans lequel il est possible d’observer la mondialement célèbre faille entre les plaques tectoniques européenne et nord-américaine.

Les mouvements tectoniques naturels permettent de voir des fissures et failles clairement visible dans le paysage. Il s’agit d’un endroit unique au monde, car il est rare de pouvoir observer ce phénomène naturel. Peu de sites laissent apparaître aussi clairement ces failles. Notamment parce qu’en général, la lave résultant du mouvement de la terre recouvre les failles visibles.



 

Þingvellir est également un site important de l’histoire Islandaise. De l’an 930, jusqu’en 1798, il s’agissait du lieu de rendez-vous de l’assemblée parlementaire annuelle en plein air. L’occasion pour les hommes de créer des lois et de régler les différends, le tout au cœur de la nature et de ces paysages uniques.

Mais Þingvellir est aussi l’un des endroits les plus verts d’Islande. Ici la nature n’est pas sèche et pour cause, il pleut très souvent dans la région de Reykjavík. Prenez donc le temps d’admirer ces paysages verdoyants à perte de vue et de profiter de cette première attraction du Golden Circle.



 

LE GEYSIR



Nous vous en parlions un peu plus haut dans cet article, le Geysir du Golden Circle est le fameux Geyser qui a donné son nom à tous les autres.

Si vous avez eu de la peine pour la dame sur la vidéo du début d’article, ne vous en faites pas, le geyser explose environ toutes les 15 minutes, avec, de temps en temps, quelques répliques.

Faites comme nous, installez-vous autour du geyser et attendez que le moment arrive. C’est souvent simple de deviner lorsque le geyser va exploser. Il suffit de constater le nombre de personnes qui se regroupent autour et qui vous sert de plus en plus au fur et à mesure que l’instant T arrive.

Non ce n’est pas chiant du tout !

Vous êtes tranquilles, vous avez votre petite place, bien installés juste en face du geyser. Votre appareil photo à la main vous êtes prêts à dégainer pour faire le plus beau cliché ! Mais c’était sans compter sur tous les autres touristes qui se moquent bien que ça fasse 10 minutes que vous soyez là à attendre. Et oui ! C’est qu’ils ont leur car qui part dans 15 minutes montre en main. Il faut donc absolument qu’ils immortalisent ce moment avant de rouler vers la prochaine attraction et tant pis s’ils doivent jouer des coudes pour ça.

Finalement vous vous retrouvez relayés au second rang, derrière un concert d’appareils photo … Plus qu’à attendre 15 minutes avant le prochain essai. Espérons que cette fois-ci vous saurez tenir votre place ! C’est aussi ça le charme du Golden Circle.

 Geyser - Geysir

LES CHUTES DE GULLFOSS

Littéralement « Chute d’or », Gullfoss est la chute d’eau la plus visitée d’Islande. Même si elle n’est, ni la plus haute, ni la plus puissante, elle reste l’une des icônes du pays en raison de la vue plongeante sur la cascade et de son accès simple et pratique.

Il existe plusieurs histoires sur l’origine du nom de cette chute d’eau.

Alors que certains pensent qu’il provient de l’arc-en-ciel visible dans le bas de la chute, d’autres disent que cela a un rapport avec les reflets du soleil visibles sur l’eau gelée en hiver.

D’autres encore, parlent de la légende d’un riche fermier du coin. Ne voulant pas léguer sa fortune à son décès, il préféra jeter tout son or dans la cascade ! Lui donnant ainsi le nom de « chute d’or ».



Même s’il est impossible de connaître les origines du nom de cette chute d’eau, au début du XXème siècle, le souvenir d’une jeune fermière a cependant marqué un tournant dans l’histoire du pays.

Alors que des entrepreneurs étrangers envisagent d’utiliser l’énergie de la chute d’eau pour construire un barrage hydroélectrique, Sigríður Tómasdóttir, jeune fermière menaça de se jeter dans la rivière en guise de protestation. Mais elle ne s’arrêta pas là puisqu’elle marcha également plusieurs fois jusqu’à Reykjavík pieds nus dans le but protester contre ce projet. Plus de 115 km de marche à chaque trajet !

Elle obtint finalement gain de cause. Aujourd’hui, un mémorial est construit au sommet de ces chutes en l’honneur de cette première environnementaliste islandaise. Les chutes de Gullfoss, quant à elles, appartiennent maintenant au gouvernement. Élément central du Golden Circle, elles sont aujourd’hui classées en tant que réserve naturelle.

LES SOURCES D’EAU CHAUDE

Lors de votre visite du Golden Circle, prenez le temps de décompresser dans les sources d’eau chaudes. A plus de 40 degrés, elles vous garantissent relaxation et plaisir !

Vous l’aurez compris, nous n’aimons pas les endroits à touristes et fuyons lorsque nous suspectons une arnaque.

Vous connaissez probablement le célèbre « Blue Lagoon », ces sources d’eau chaudes mondialement connues qui ne vous donnent qu’une seule envie : plonger dans cette eau chaude et laiteuse.

Sachez pour votre information, que les sources d’eau chaude du Blue Lagoon ne sont pas naturelles. Certes, l’eau est chauffée naturellement par géothermie, mais elles ont été construites à 100% de la main de l’homme.

Autre déception, en plus du nombre de baigneurs au Blue Lagoon, le temps limité. La demande est telle qu’il est impératif de prendre rendez-vous pour accéder à ces sources. Mais une fois votre heure fixée, ne soyez pas en retard car votre temps de baignade est chronométré. Une fois votre temps dépassé, on vous demandera de quitter le bassin pour que d’autres touristes en mal d’expériences islandaises puissent à leur tour patauger.

Très peu pour nous !

Nous avons donc opté pour le Secret Lagoon. Plus petit, certes, mais également plus intimiste et surtout plus naturel !

Voilà une VRAIE source d’eau chaude ! Et ici, pas de montre au poignet (sauf si vous êtes en tour opérateur … encore et toujours …) vous pouvez rester barboter aussi longtemps qu’il vous plaira … ou que votre corps supportera. Car avec une eau à 40 degrés il est parfois difficile de supporter la chaleur.

Notre conseil : venez en hiver. Non seulement la baignade en source d’eau chaude l’hiver est encore plus magique, mais si vous avez du mal à supporter la chaleur au bout d’un moment, il vous suffira de sortir du bain pour n’avoir qu’une seule envie : y retourner !


Location de voiture : 3800 ISK soit 30€ pour 2 jours de location de voiture. Agence SadCars au sein même du Bus Hostel. Vous ne trouverez pas moins cher ailleurs dans toute la ville, d’autant plus si vous êtes clients de l’auberge puisque vous bénéficiez alors d’un tarif spécial !

Cercle d’Or : L’accès est gratuit par vos propres moyens. Les tours opérateurs sont très chers et toute activité est minutée.

Secret Lagoon : 2800 ISK soit 22€ par personne l’entrée (contre 7000 ISK soit 55€ par personne pour le célèbre Blue Lagoon)


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Pensez à nous laisser un commentaire !

Savez-vous ce qu’est une « Ladies Night » ?

Si vous ne connaissez pas les « Ladies Night » de Puerto Viejo de Talamanca au Costa Rica, lisez cet article, invitez le maximum d’amis à vous rejoindre puis réservez votre billet d’avion car vous ne pouvez pas rester plus longtemps sans avoir vécu cette expérience inoubliable !

Puerto Viejo est un petit village de pêcheurs situé sur la côte sud des Caraïbes au Costa Rica, à environ 20km de la frontière du Panama. Longtemps très prisé des locaux, ce petit paradis caribéen est aujourd’hui connu des touristes qui viennent ici pour le farniente mais aussi pour la fête car Puerto Viejo est réputé pour son ambiance relax et détendue ainsi que pour ses nuits animées.

En effet, même si la journée la plage est pleine de familles et la mer remplie de baigneurs qui s’adonnent au snorkelling, le soir venu la ville offre une toute autre ambiance. Puerto Viejo revêt alors ses habits de nuit et se prépare à festoyer jusqu’au petit matin !

Mais ce qui différencie vraiment Puerto Viejo du reste des villes touristiques du Costa Rica ou d’ailleurs ce sont les célèbres Ladies Night qui ont lieu dans tous les bars environnants et ce tous les jours de la semaine. Un planning officiel est d’ailleurs prévu et il vous sera bien utile pour, chaque jour, savoir où est « The place to be » pour faire la fête, et ce que vous soyez une « Ladie » ou un homme !

Le principe est simple, la Ladies Night est une soirée spéciale où, pendant un temps donné, les filles ne payent pas leurs verres. En règle générale, les bars organisent des Ladies Night où pendant une heure entière les femmes bénéficient d’un open bar mais il existe certains bars qui proposent la Ladies Night pendant 2 heures, l’occasion de se servir plusieurs verres avant d’avoir besoin de sortir la Carte Bleue !

C’est donc pour vous mesdames l’occasion de boire gratuitement et de s’ambiancer jusqu’au bout de la nuit, mais c’est également pour vous messieurs l’occasion de vous retrouver dans un bar pleins de « Ladies » qui ne vous harcèleront pas pour que vous leur payez un verre … puisque c’est déjà gratuit pour elles ! Et oui qui a dit que les bons plans pour les femmes ne faisaient pas le bonheur des hommes ?!

Attention mesdemoiselles, si vous aviez en tête l’idée de commander un verre pour l’offrir à un homme, soyez discrètes voire même TRES discrètes car si vous êtes prises la main dans le sac vous ne pourrez plus commander le moindre verre en Ladies Night au bar. Autrement dit vous serez Blacklistées de la Ladies Night si vous ne vous faites pas directement virées du bar … ce qui est tout de même bien dommage il faut l’avouer.



 

Alors que la majorité des bars proposent des cocktails spéciaux Ladies Night, d’autres bars optent pour les classiques avec au choix « rhum-coca » ou « vodka-orange ». Mais il existe un bar que l’on pourrait qualifier de repaire de la Ladies Night puisque toutes les boissons alcoolisées sont concernées par la Ladies Night. Que vous commandiez une pinã colada, un mojito, une tequila sunrise ou un simple whisky-coca, votre verre vous sera offert !

Ce temple de la soirée est le Tasty Waves Cantina, ce bar est situé près de la Playa Coclès en bordure de route, du fait qu’il soit légèrement excentré du centre-ville de Puerto Viejo, un service de taxis gratuits a été mis en place les soirs de Ladies Night. Pour cela rien de plus simple, il vous suffit d’attendre minimum 1 heure après la fin de la Ladies Night puis vous approcher du seul et unique taxi qui vous offrira la course sous réserve de présentation d’un ticket magique à récupérer directement au bar.

Mais un conseil, ne partez jamais trop tôt du Tasty Waves car ils ont tendance à savoir prolonger la fête comme il se doit en proposant des dégustations de shooters gratuits à toutes les personnes présentes dans le bar (hommes inclus cette fois-ci !). Une seule règle est de mise : venir près du bar et attendre qu’un des barmen debout sur le comptoir s’approche de vous avec sa bouteille de rhum arrangé. Ce dernier vous attrapera alors par le menton pour vous faire lever la tête et vous servir directement à la bouche. Ensuite, réitérez l’expérience jusqu’à plus soif !

Enfin, dernière précaution mais non des moindres, la terrasse du Tasty Waves est le repère de nombreux crabes violonistes, ceux qui possèdent une pince beaucoup plus grosse que l’autre, ce qui est facilement explicable en raison de la proximité avec la plage et la forêt tropicale. Ces derniers n’ont pas peur de vous et pire, si vous êtes sur leur chemin ils pourraient vous pincer les orteils … Véridique !

La Ladies Night du Tasty Waves a lieu un soir par semaine, tous les lundi soirs, cependant, de nombreuses autres soirées à thème sont organisées tous les autres soirs de la semaine : Soirée Tacos, Soirée Blind Test, etc.



 

Parmi les autres lieux emblématiques des Ladies Night de Puerto Viejo vous trouverez le Lazy Mon, ce célèbre bar situé sur la Playa Stanford et dont le premier étage n’est autre qu’une auberge de jeunesse littéralement les pieds dans l’eau (pour plus d’information cliquez ici). Ici les Ladies Night ont lieu tous les Jeudi et Vendredi alors que vers 23h le bar se transforme en boîte de nuit. Idéal pour vous préparer à la soirée qui arrive et profiter jusqu’au petit matin !

Ici c’est le cocktail « Ladies Night » qui est mis à l’honneur, une boisson à base de rhum et de jus multi-fruits. Les avantages du Lazy Mon, en plus de sa localisation sur la plage mais également en plein cœur de Puerto Viejo, sont les deux DJ’s qui mettent l’ambiance sur la piste de danse extérieure ! Ici les musiques sont un délicieux mélange de reggaeton, reggae et hip-hop, le tout remixé par Daryl et DJ Lion, qui mettent le feu au dancefloor avec leurs rythmes plus qu’entrainants !

 

Si vous recherchez une ambiance encore plus reggae pour siroter votre cocktail, rendez-vous les mardis soir à la Salsa Brava. Ce bar porte le nom de la célèbre vague réputée des surfeurs « Salsa Brava » qui est située juste en face de la terrasse. Lors de la saison des surfeurs vous pourrez admirer cette fameuse vague sans bouger de votre transat !

Ici les « Ladies » ont le choix entre rhum-coca ou vodka-orange et peuvent se trémousser sur des rythmes reggae et dub. A l’intérieur du bar il fait chaud, très chaud, aussi bien au niveau de la température qu’au niveau des danses collées-serrées de certains … Mais sur la terrasse (qui n’est autre que la plage) il fait plus frais, l’occasion alors de se détendre sous des palmiers colorés de vert, jaune et rouge.



 

Autre bar célèbre pour ses « Ladies Night », le Mango Sunset ! Ici vous avez rendez-vous tous les lundis et samedis pour des soirées endiablées. Situé en plein cœur du centre-ville, à deux pas de la gare routière et de la plage, le Mango Sunset est l’endroit idéal pour écouter de la musique live tout en dansant ou sirotant votre cocktail avec une variété de groupes et DJ’s reprenant reggae, rock, jazz ou même salsa !

Le Mango Sunset est l’un des endroits les plus populaires de Puerto Viejo pour faire la fête après la tombée de la nuit puisque l’ambiance old school a insufflé une nouvelle vie à cette cabane de plage ouverte sur l’océan.

 

Enfin, le mercredi soir est la soirée officielle du Johnny’s Place. Alors que le Johnny’s est l’endroit idéal pour faire la fête tous les soirs en raison de sa fermeture tardive et de son ambiance boîte de nuit, ce petit bar en bord de plage vous accueille tous les mercredis pour sa « Ladies Night » !  Venez profitez des boissons gratuites jusqu’à minuit, l’occasion de s’ambiancer tranquillement pour ensuite aller se déhancher sur des sons reggae, roots mais également sur de la musique dub et de l’électro-house.

Vous pourrez d’ailleurs l’entendre de loin puisque passé une certaine heure, les seuls notes de musique que l’on peut percevoir dans Puerto Viejo proviennent du Johnny’s Place où l’ambiance est à son plus haut niveau !

Quel que soit votre style de musique, l’ambiance que vous préférez pour une soirée ou que vous soyez plutôt bar ou plutôt boîte de nuit, les « Ladies Night » de Puerto Viejo n’ont pas fini de vous faire danser … et boire ! Ressentez l’atmosphère de vacances qui inonde peu à peu la ville et profitez des Caraïbes et relaxez-vous !

Pura Vida

Les photos présentes dans cet article représentent le bar « Out Back Jack’s » situé à deux pas de la gare routière. Ce musée des curiosités vous plongera dans un univers unique, vous ne saurez plus où donner de la tête tellement vos yeux seront attirés par tous les objets de décoration les plus loufoques les uns que les autres.


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez sur les réseaux sociaux et invitez vos amis à venir tester les « Ladies Night » de Puerto Viejo de Talamanca.

Articles similaires : « Puerto Viejo, Roots, Rock, Reggae et Bons plans » ; « Connaissez-vous le meilleur hostel du Costa Rica ? » ; « Ascension d’un volcan à La Fortuna » ; « A la découverte d’une nature époustouflante à Port Renfrew ! » ;  « Amoureux de la nature, Salt Spring Island est fait pour vous ! » 

Savez-vous parler Québécois ?

Beaucoup de Frenchies ne jurent que par le Québec lorsqu’il s’agit d’une destination au Canada. A cela plusieurs raisons, le Québec est accueillant (comme le reste du Canada néanmoins), c’est une région magnifique (et particulièrement à l’automne avec les célèbres feuilles d’érables multicolores des étés indiens), c’est d’ici que provient la poutine (et rien que pour goûter une vraie poutine ça mérite de faire 6000km de voyage !) mais aussi, et même surtout, les Québécois parlent français !

Il est vrai que nos chers petits Frenchies ont une bien mauvaise réputation en matière de langue partout à travers le monde. Vous avez déjà dû entendre certaines rumeurs (vrais ou fausses à vous de juger) sur la relation qu’ont les français avec les langues étrangères, entre autres, les frenchies ne parlent pas un mot d’anglais, les frenchies ne font pas l’effort de comprendre un étranger qui lui parle anglais, les frenchies ont un accent reconnaissable parmi tous lorsqu’ils daignent enfin parler anglais … bref la vision qu’à le monde sur notre anglais n’est pas bonne !

Mais vous qui ne pensez qu’au Québec lorsque l’on vous parle de vacances au Canada, savez-vous parler le Québécois ? Pensez-vous être en capacité de comprendre un Québécois qui vous parlerait dans sa langue natale ? Non ? Alors il est encore temps d’apprendre avant de vous retrouver livrer à vous même dans les rues de Montréal ou pire encore, de Québec ! (Pourquoi pire me demanderez-vous ? Simplement car plus vous allez dans le nord et plus l’accent Québécois sera prononcé et donc difficile à comprendre)

Sachez qu’en tant que touriste ou voyageur Français au Québec, les Québécois n’ont pas d’accent, c’est vous qui en avez un ! Alors mettez-la en veilleuse et fondez-vous dans le paysage en tentant d’emprunter l’accent Québécois … Attention on a dit Québécois pas Belge !

Sachez également que les Québécois vous rappelleront souvent à quel point les Français utilisent des anglicismes et notamment pour leurs traductions déplorables de films … vous vous apercevrez vite qu’il ne s’agit ici que de mauvaise foi car les Québécois utilisent beaucoup plus d’anglicismes au quotidien que les Français. Pire encore, ils n’y a aucun semblant de traduction ou d’adaptation, il s’agit donc simplement de mots anglais utilisés dans la langue Québécoise et prononcés à l’américaine s’il vous plaît !

Si vous ne nous croyez pas, tentez de comprendre ces quelques phrases entendues au Québec (véridique !) puis référencez-vous à la liste ci-dessous pour la traduction. Mais avant toute chose, un petit point prononciation. Lorsque vous lirez les propositions de phrase ci-dessous, retenez bien que les mots en italique sont à prononcer avec l’accent américain, pour le reste, essayez d’imaginer Céline Dion parler et vous devriez avoir une idée de l’accent Québécois (Oh elle est facile celle la !)

  • A cause de la neige j’ai scrappé les tires de mon char
  • Qu’est-ce que vous venez faire présentement au Québec ?
  • C’est crissement ben

BONUS :

Voici une liste non exhaustive de mots ou expressions en version Québécois suivi de sa traduction en Français. Combien allez-vous en connaître ?

Le Chum = Le petit copain

La blonde = La petite copine

Les lumières = Les feux tricolores de circulation

Les gosses = Les couilles

Allo = Bonjour

Bon jour = Bonne journée

C’est malin = C’est méchant

Magasiner = Faire du shopping

A tantôt = A tout à l’heure

A date = maintenant

Ben / bin = Bien

Niaiser = Faire une blague / Faire marcher

Une tuque = Un bonnet

Un breuvage = Une boisson

Câlisse / Calice = Merde / Fait chier / Putain

Tabernacle / Tabernak = Merde / Fait chier / Putain

Ostie / Esti = Merde / Fait chier / Putain

Christ / Crisse = Merde / Fait chier / Putain

Crissement = Carrément

Une camisole = Un tee-shirt

Un cellulaire = Un téléphone portable

Un char = Une voiture

Des tires (prononcé à l’américaine) = Des pneus

Aller au gym = Aller à la salle de sport

C’est cute (prononcé à l’américaine) = C’est mignon

Un date = Un rencard

Le déjeuner = Le petit déjeuner

Le dîner = Le déjeuner

Le souper = Le dîner

Le dépanneur = L’épicerie

Un drink = Un cocktail

Un plat écœurant = Un plat délicieux

Le lendemain de veille = La gueule de bois

La fin de semaine = Le week-end

Les foufounes = Les fesses

Full = Plein ou complètement

C’est complet ? = Le compte est juste ? / Ça sera tout ?

Gager = Parier

Être gelé = Être défoncé

Un itinérant = Un SDF

Faire du pouce = Faire du stop

Une job = Un travail

Une joke (prononcé à l’américaine) = Une blague

Un laptop = Un ordinateur portable

Une liqueur = Un soda

La puck = Le palet de hockey

Pantoute = Pas du tout

Une chicane = Une bagarre

Patente = Truc / Bidule / Machin

Une poche = Un nul

Présentement (très utilisé) = Actuellement

Quessé / Quossé = Qu’est-ce que c’est

Scrapper = Abîmer

Une sécheuse = Un sèche-linge

Une laveuse = Une machine à laver

La balayeuse = L’aspirateur

Le soccer = Le football

T’sais / Tsé = Tu sais

Une turlute = Un chant traditionnel Québécois

Bonne fête = Joyeux anniversaire

En masse = Énormément

Le Bac = Le Master

Un party = Une fête

Une gang = Un groupe d’amis

Un chaudron = Une casserole

Le cadran = Le réveil matin

Un carrosse = Une poussette

Un costume de bain = Un maillot de bain

Une bleuet = Une myrtille

100 Piastres (prononcé piasse) = 100 Dollars

1 sou = 1 centime

Frencher = Embrasser avec la langue

Les bas = Les chaussettes

La pâte à dents = Le dentifrice

Il mouille = Il pleut

C’est plate = C’est chiant

La moppe = La serpillière

C’est correct (à prononcer Correk) = C’est parfait

C’est le fun = C’est cool

C’est pas pire = C’est pas mal

Aller gazer = Faire le plein d’essence

Le bol = Les toilettes

Brosser = Se prendre une cuite

Le gruau = Le porridge

La manette = La télécommande

Un suçon = Une sucette

Une sucette = Un suçon

Quelqu’un de tannant = Quelqu’un de fatiguant

Un ticket = Une contravention

Mets-en ! = Eh comment ! / Tu l’as dit !

Une queue de castor = Une pâtisserie Québécoise

Des œufs miroir = Des œufs au plat

Ça goûte = Ça a le goût de …

Le pouce vert = La main verte

C’est nice (prononcé à l’américaine) = C’est super

 Tabagie = Bureau de tabac

Une graîne = Un pénis


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le pour que vos amis aussi puissent apprendre le Québécois ou laissez-nous un commentaire.

Articles similaires : « Découvrez la magie de Noël à Québec » ; « Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec ! » ; « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » 

Un week-end culturel à Ottawa

Située sur la frontière entre le Canada francophone et l’anglophone, la capitale Canadienne doit son nom à la nation des Outaouais, ces natifs amérindiens ayant appelé « Odawa » l’actuel « Ottawa ».

De par sa situation géographique, mais également en raison de son statut de capitale, Ottawa est une ville bilingue où l’on parle aussi bien l’anglais que le québécois (ce n’est pas une erreur de frappe, j’ai bien dis « Québécois » et non « Français » car en tant que frenchie vous risquez de ne pas tout comprendre du dialecte local … même si, plus vous allez dans le nord et pire c’est !)

Ottawa reste une petite ville, il est possible, et même conseillé, de ne rester qu’un week-end, ou le temps de 3-4 jours maximum, à visiter la capitale. Au-delà de cette durée, vous risquez de trouver le temps long et de ne pas savoir quoi faire de vos journées … surtout si vous vous rendez à Ottawa durant l’hiver.

Cependant, la ville reste très attractive pour tous les voyageurs à la recherche de culture et d’histoire, Ottawa propose un grand nombre d’attractions et de sites historiques situés en plein centre-ville. Qu’il s’agisse des fameux édifices du Parlement ou des merveilles qu’abritent les musées nationaux, laissez-vous séduire par la beauté d’Ottawa. De plus, Ottawa est l’une des rares grandes villes Canadiennes où il est possible de se faire plaisir et de visiter de nombreux monuments, même lorsque l’on dispose d’un petit budget !

LE PARLEMENT HILL



 

Le centre-ville d’Ottawa est marqué par l’emblématique colline du Parlement, pièce maîtresse du paysage mais aussi de la culture et de la politique de la ville puisque c’est ici qu’est représenté le cœur du gouvernement démocratique du pays depuis 1859. Au sommet de cette colline, se trouvent les différents édifices du Parlement au style Gothique qui surplombent la rivière des Outaouais, on se croirait presque en Angleterre ! Ces bâtiments sont également le lieu de grandes célébrations annuelles nationales telles que la fête Nationale du Canada ou le spectacle de sons et lumières présenté tous les soirs d’été.

Chaque jour, des visites guidées gratuites sont organisées. Alors que les groupes de plus de 10 personnes doivent faire l’objet d’une réservation, les groupes de moins de 10 personnes peuvent obtenir leurs billets le jour même, et ce, dès 9h du matin à l’office de tourisme situé en face du Parlement au 90 rue Wellington. Sachez que la demande des visites peut être accrue selon les périodes de l’année et que le nombre de billets offerts est limité, nous vous recommandons donc d’être présents dès l’ouverture de l’office de tourisme pour obtenir vos billets car le principe appliqué est celui du « premier arrivé, premier servi ».

Retrouvez toutes les informations, ainsi que les horaires des visites sur le site : https://visitez.parl.ca/index-f.html

Sachez que la structure d’origine du Parlement a été détruite lors d’un tragique incendie en 1916, seule la bibliothèque fût sauvée par l’un des employé ayant pensé à fermer les massives portes d’acier, protégeant ainsi cette partie du bâtiment. Sur la façade, des centaines de gargouilles, figures grotesques et autres reliefs sont visibles, taillés dans la pierre. Si vous vous attardez à contempler ces sculptures, vous remarquerez que 4 d’entre elles regardent les quatre coins du haut de la Tour du Paix.



 

LE CANAL RIDEAU

Voie navigable qui traverse le centre-ville d’Ottawa, le canal Rideau possède près de deux siècles d’histoire à raconter, un incontournable pour toute personne venant visiter la capitale canadienne puisqu’il s’agit d’une artère vitale de la ville, et ce, en toutes saisons. En période estivale, le canal fait le bonheur des marcheurs, joggeurs et autres cyclistes qui longent les berges verdoyantes, mais c’est également une magnifique voie navigable reliant la ville d’Ottawa à celle de Kingston

En hiver, le canal gèle et laisse place aux patineurs à glace ! Longue de 7,8km il s’agit là de la plus grande patinoire naturelle au monde, mais aussi de la meilleure patinoire d’Amérique du Nord selon le Palmarès 2017 des lecteurs du « US Today ».

La construction du Canal Rideau a débuté en 1826 avant de se terminer en 1832. Au cours des six années passées à creuser et à défricher le terrain à l’état sauvage pour construire la voie maritime, quelques 1000 travailleurs ont péri des suites de la malaria ou d’accidents et ont été enterrés le long des berges …

D’abord construit pour des fins militaires suite à la guerre de 1812, le canal est finalement devenu une voie navigable commerciale, puis une voie maritime de plaisance.

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007, le canal Rideau est un véritable chef-d’œuvre de créativité et d’ingéniosité. Il s’agit d’ailleurs du seul lieu classé de toute la province de l’Ontario, mais c’est également le seul canal datant du XIXe siècle, soit de la « grande époque de la construction de canaux en Amérique du Nord », qui soit encore opérationnel et qui ait conservé la plupart de ses structures d’origine intactes.

Si, lors de votre visite à Ottawa vous souhaitez en apprendre plus sur le Canal Rideau, le Musée Bytown vous ouvre ses portes afin de vous en apprendre un peu plus sur les origines du canal.

LE MARCHÉ BY

Contrairement à ce que l’on pourrait croire en lisant « Marché By », il ne s’agit pas d’un simple marché où faire ses courses comme nous en connaissons tant en France, mais d’un quartier entier ! Le Marché By est une ville dans la ville, ainsi, si vous entendez les Ottaviens dire « je vais au marché », n’imaginez pas tout de suite les étales primeurs et les produits fermiers, cela peut également signifier aller acheter un cadeau d’anniversaire, faire du shopping ou se retrouver entre amis autour d’un verre !

Fondé en 1826, vous y trouverez le plus vieux et le plus grand marché public du Canada. Cafés, magasins alimentaires spécialisés, boutiques, galeries, restaurants, pubs, salons de coiffure et d’esthétique, visiter le Marché By est une expérience unique ce qui explique probablement pourquoi il s’agit là de l’attraction préférée des touristes visitant la ville d’Ottawa, et ce, principalement en été lorsque le nombre d’exposants est au plus haut, mais également en hiver.

Depuis maintenant près de 200 ans, ce marché public accueille artisans, fermiers et autres commerçants éclectiques et uniques offrant des produits pour tous les goûts. Le soir, le Marché By est également le lieu de sorties pour prendre un verre, manger dans des restaurants chics ou « à la bonne franquette » mais aussi apprécier des groupes de musiques locaux, ici la vie nocturne est très animée !

LES MUSÉES D’OTTAWA

Saviez-vous qu’Ottawa et Gatineau, son voisin Québécois de l’autre côté de la rive, regroupent la plus grande concentration de Musée au Canada ?

L’accès à la culture est important aux yeux du gouvernement Canadien, vous pouvez donc visiter gratuitement certains musées tous les jeudis de 16h à 20h (ou 17h-20h pour d’autres), l’occasion d’en apprendre plus sur l’histoire Canadienne et sa culture.

Parmi ces musées à l’accès gratuit, vous retrouvez le Musée de l’aviation de l’Espace du Canada, le Musée Canadien de la Nature ou le Musée des Beaux-Arts du Canada et sa célèbre araignée sur le parvis du bâtiment ! Si vous passez quelques minutes à la contempler, vous pourrez même constater que cette dernière porte des œufs …

N’étant à Ottawa qu’un seul jeudi, il a fallu faire un choix étant donné que les 5 musées proposés étaient impossibles à visiter en l’espace de seulement 4 heures. Nous avons donc opté pour une visite du Musée Canadien de l’Histoire puis du Musée Canadien de la Guerre et nous vous les recommandons si vous êtes de passage dans la capitale.

Le Musée Canadien de l’Histoire, anciennement, Musée Canadien des Civilisations, a pour but d’améliorer la connaissance et la compréhension des Canadiens à l’égard d’événements, d’expériences, de personnes et d’objets incarnant l’histoire et l’identité canadienne. Avec ses 1,2 millions de visiteurs chaque années, il s’agit là du musée le plus populaire et le plus fréquenté du Canada.

Au travers de ses nombreuses pièces et différentes ambiances, vous découvrirez l’histoire canadienne depuis les natifs amérindiens jusqu’aujourd’hui. Appréciez la majestuosité et la hauteur des totems indiens, apprenez comment étaient fabriquées les pirogues amérindiennes ou partez en expédition autour du monde aux côtés des plus grands explorateurs canadiens ! 20 000 ans d’histoire humaine du Canada vous attendent au travers des différentes expositions permanentes mais également avec les expositions spéciales, sans cesse renouvelées, qui développent des thèmes canadiens ou présentent d’autres cultures et civilisations passées ou actuelles.

Le Musée Canadien de la Guerre est quant à lui une réelle surprise ! Alors que nous nous attendions à ne voir que des chars militaires et contempler des photographies de reporteurs de guerre, le Musée est en réalité très interactif. Il convient au public de tout âge et de nombreuses mises en situation permettent d’apprécier la visite.

Déguisez-vous en soldat, promenez-vous au Moyen Orient au milieu d’un village bombardé ou mettez-vous au contrôle d’un sous-marin ! Tout ici est fait pour que vous passiez un bon moment malgré le thème lourd du Musée.

Une chose est sûre, vous ne vous ennuierez pas lors de votre visite et vous risquez même de ne pas voir le temps passer. Au travers de plusieurs décors, vous revivez les différentes guerres où le Canada est passé à l’action. L’occasion d’en apprendre plus sur le parcours et le rôle qu’a joué le Canada dans la seconde guerre mondiale, boudé par les manuels scolaires français par exemple.



 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le et faites découvrir Ottawa à vos amis ou laissez-nous un commentaire !


Articles similaires : « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ;  « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » ;  « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ;  « Découvrez la magie de Noël à Québec »