A la découverte d’une nature époustouflante à Port Renfrew !

L’île de Vancouver est une grande île côtière de la Colombie-Britannique, séparée du Canada continental par trois détroits. Il s’agit de la plus grande île de la côte ouest de l’Amérique, mais c’est aussi le lieu idéal pour tous les amoureux de la nature. Avec un territoire aussi grand que la Belgique, l’île est partagée entre forêts, marais, plages, montagnes, lacs, fleuves et océan. Bien sûr, cette flore luxuriante accueille une faune tout aussi riche avec ours, élans, cougars, loups, baleines etc.

Il faut savoir que sur l’île de Vancouver, il y a maintenant plus de 1000 ans, se trouvait une forêt pluvieuse tempérée qui recouvrait l’île entière. L’exploitation forestière a malheureusement ravagé la forêt primaire de l’île puisque plus de 90% des arbres géants de plus de 300 ans ont été abattus. Aujourd’hui, cependant ces vestiges sont encore bien présents et restent saisissants par leur beauté et leur gigantisme, figure emblématique de l’île et de la déforestation massive, un sapin Douglas appelé « Big Lonely Doug » âgé de plus de 1000 ans et haut de 70 mètres subsiste seul, au milieu des zones déboisées.

Heureusement, l’île de Vancouver possède toujours des merveilles naturelles qui en font le lieu idéal pour une escapade nature et ravissent les voyageurs en mal de verdure ou les explorateurs en herbe à la recherche d’une faune et d’une flore riche.

PORT RENFREW

Si vous êtes sur l’île de Vancouver et que vous rêvez d’aventure au sein de la nature le temps d’un week-end (ou plus), rien ne vaut les alentours de Port Renfrew, situé à environ 2 heures de route de la capitale Victoria. Ce petit village de pêcheurs se trouve sur la côte sud de l’île, dans la baie de San-Juan, à l’entrée du célèbre Parc National de Pacific Rim, un concentré de nature et de forêts fascinantes (quasi) primaires, denses et millénaires !

Avis aux surfeurs, Port Renfrew possède une plage longue de 2km à l’extrémité du port sans qu’aucune structure ne soit construite, seuls les morceaux de bois flottés jonchent la plage et il n’est pas rare d’observer des amateurs de vagues tenter leur chance sur cette partie de la côte.

Lors de votre visite à Port Renfrew, prenez le temps d’apprendre à pêcher. Ici la pêche au saumon est une culture puisqu’il n’est pas rare d’attraper des saumons de plus de 20kg ! Certains peuvent même atteindre les 25kg, un poids record pour ce genre de poisson.

Mais le plus gros avantage de Port Renfrew est sans conteste sa proximité avec la nature environnante et majestueuse du Parc National de Pacific Rim, inégalable !

LIZARD LAKE

Le lac Lizard est un lac de taille moyenne, entourée d’une forêt de pins et sapins se reflétant dans l’eau. De l’embarcadère en bois qui s’étend sur le lac, il est possible de nager, d’embarquer dans un canoë pour une promenade bucolique ou même de tenter sa chance à la pêche de la truite arc-en-ciel. La plupart des pêcheurs de la région viennent au Lac Lizard uniquement dans le but d’attraper une de ces fameuses truites, mais attention, vous ne pourrez pas vous improviser pêcheur d’un jour car toute pêche sur l’île de Vancouver et ailleurs en Colombie-Britannique nécessite un permis.

Loin du tumulte et des bruits de la ville, le lac Lizard offre de belles perspectives en matière de relaxation et d’escapade nature.

Si vous souhaitez prolonger le plaisir, vous pouvez y passer la nuit et camper aux abords du lac, un camping sauvage est présent avec des tables de pique-nique mais aussi des foyers afin de faire un feu de camp en tout sécurité. Le camping n’est ouvert qu’à partir de la mi-mai, ce qui veut également dire qu’il est payant à partir de cette période. Personnellement, nous avons campé au Lizard Lake fin-mars, début-avril, et le camping était, de ce fait, gratuit, mais sortez équipés afin de vous protéger du froid, n’oubliez pas que nous sommes au Canada. Certes la Colombie-Britannique possède l’hiver le plus doux du pays, mais il n’en reste pas moins glacial durant la nuit.



 

Attention ! L’île de Vancouver dispose de la plus grosse population d’ours de tout le Canada. Avant d’aller vous coucher quelques précautions sont à suivre, mettez votre nourriture en hauteur et surtout (!) ne gardez aucune denrée dans votre tente ! Les ours peuvent la sentir  à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde, si en plus vous campez vers la fin de l’hiver ou au début du printemps, il s’agit là de la période où les ours sortent de leur hibernation et ont, de ce fait, très faim … ne tentez pas le diable !

Si vous survivez à votre nuit, vous aurez probablement envie de découvrir les alentours avec une ou plusieurs randonnées et ça tombe bien car de nombreux chemins pédestres sont accessibles près du lac Lizard. Alors que certains ne vous feront marcher que quelques dizaines de minutes, comme par exemple la boucle de 1,5 kilomètres qui contourne le lac, mais le plus long chemin de randonnée est le West Coast Trail, long de 75km qui traverse le Parc National de Pacific Rim d’est en ouest. Il faut en moyenne 4 à 5 jours de marche pour terminer ce trail mais rien ne vous empêche d’y faire une excursion d’une journée ou deux. Attention cependant, pensez à réserver car le nombre de randonneurs quotidiens pour ce trail est limité.

CATHEDRAL GROVE ET AVATAR GROVE

Non loin du lac Lizard, le sentier d’Avatar Grove et de Cathedrale Grove sont des incontournables de la région puisqu’ils vous font découvrir les immenses arbres millénaires canadiens du plus ancien Parc National de Colombie-Britannique. Ce sont ici les plus anciens arbres du Canada mais aussi les plus grands, des sapins Douglas géants de plus de 74 mètres de hauteur et qui peuvent parfois atteindre les 9 mètres de circonférence !

Au cours des dernières années, le tourisme a nettement augmenté dans cette région de l’île, notamment en raison du travail de l’Alliance des Forêts Anciennes qui a tout fait pour préserver certains des plus grands arbres d’Amérique du Nord présents autour de Port Renfrew.

 

Ces merveilles naturelles sont encore plus marquées d’histoire puisque c’est ici que les Premières Nations Nuu-Chah-Nulth rencontrèrent les explorateurs et pionniers européens. Le Capitaine Cook a d’ailleurs passé plus d’un mois à vivre au sein de ces tribus natives dans le but de développer le commerce des peaux de loutres de mer avec les chinois, ce qui enrichit rapidement certains chefs de tribu des Nuu-Chah-Nulth qui devinrent par la suite les intermédiaires entre les blancs et les autres peuples, notamment grâce aux armes à feu, avant d’être décimés peu à peu en raison des maladies de contact et de la guerre.



 

SOOKE

Sur le chemin du retour vers Victoria, pensez à vous arrêter à Sooke. Cette petite ville côtière est aussi l’entrée du Parc National de Sooke caractérisée par une zone de forêt pluviale ainsi qu’un sentier qui borde les criques et plages désertes des alentours. Il s’agit ici des plus belles plages de l’île, l’occasion d’observer, lorsque la saison vous le permet, des baleines grises et rorquals qui se prélassent à quelques mètres seulement de vous avant de retourner au large de l’Alaska.

C’est également depuis ces plages préservées que vous pourrez apercevoir le Parc National Olympique de Seattle, de l’autre côté du détroit Juan de Fuca, une vue spectaculaire. Vous serez probablement, tout comme nous l’avons été, impressionnés par la proximité avec la frontière américaine. Certes la Colombie-Britannique est un État limitrophe des États-Unis mais comme la majorité des États Canadiens. Cependant, il s’agit là d’une sensation particulière d’être assis sur une plage Canadienne à contempler des paysages Américains simplement séparés par un bras d’océan.

Profitez-en pour apprécier encore plus la vue en chevauchant un kayak de mer et en navigant de plages désertes en criques sauvages. Une épopée nature inoubliable et l’occasion d’observer de plus près certains animaux marins visibles dans cette région puisque la faune et la flore ne sont pas riches uniquement sur terre mais également sous l’eau.


Vous avez aimé cet article ? Alors laissez-nous un commentaire ou partagez-le auprès de vos amis.

Articles similaires : « Amoureux de la nature, Salt Spring Island est fait pour vous ! » ;  « Road Trip sur les traces de Game Of Thrones en Islande » ;  « Vancouver, la cité de l’Ouest » ;  « Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec ! » 

Savez-vous parler Québécois ?

Beaucoup de Frenchies ne jurent que par le Québec lorsqu’il s’agit d’une destination au Canada. A cela plusieurs raisons, le Québec est accueillant (comme le reste du Canada néanmoins), c’est une région magnifique (et particulièrement à l’automne avec les célèbres feuilles d’érables multicolores des étés indiens), c’est d’ici que provient la poutine (et rien que pour goûter une vraie poutine ça mérite de faire 6000km de voyage !) mais aussi, et même surtout, les Québécois parlent français !

Il est vrai que nos chers petits Frenchies ont une bien mauvaise réputation en matière de langue partout à travers le monde. Vous avez déjà dû entendre certaines rumeurs (vrais ou fausses à vous de juger) sur la relation qu’ont les français avec les langues étrangères, entre autres, les frenchies ne parlent pas un mot d’anglais, les frenchies ne font pas l’effort de comprendre un étranger qui lui parle anglais, les frenchies ont un accent reconnaissable parmi tous lorsqu’ils daignent enfin parler anglais … bref la vision qu’à le monde sur notre anglais n’est pas bonne !

Mais vous qui ne pensez qu’au Québec lorsque l’on vous parle de vacances au Canada, savez-vous parler le Québécois ? Pensez-vous être en capacité de comprendre un Québécois qui vous parlerait dans sa langue natale ? Non ? Alors il est encore temps d’apprendre avant de vous retrouver livrer à vous même dans les rues de Montréal ou pire encore, de Québec ! (Pourquoi pire me demanderez-vous ? Simplement car plus vous allez dans le nord et plus l’accent Québécois sera prononcé et donc difficile à comprendre)

Sachez qu’en tant que touriste ou voyageur Français au Québec, les Québécois n’ont pas d’accent, c’est vous qui en avez un ! Alors mettez-la en veilleuse et fondez-vous dans le paysage en tentant d’emprunter l’accent Québécois … Attention on a dit Québécois pas Belge !

Sachez également que les Québécois vous rappelleront souvent à quel point les Français utilisent des anglicismes et notamment pour leurs traductions déplorables de films … vous vous apercevrez vite qu’il ne s’agit ici que de mauvaise foi car les Québécois utilisent beaucoup plus d’anglicismes au quotidien que les Français. Pire encore, ils n’y a aucun semblant de traduction ou d’adaptation, il s’agit donc simplement de mots anglais utilisés dans la langue Québécoise et prononcés à l’américaine s’il vous plaît !

Si vous ne nous croyez pas, tentez de comprendre ces quelques phrases entendues au Québec (véridique !) puis référencez-vous à la liste ci-dessous pour la traduction. Mais avant toute chose, un petit point prononciation. Lorsque vous lirez les propositions de phrase ci-dessous, retenez bien que les mots en italique sont à prononcer avec l’accent américain, pour le reste, essayez d’imaginer Céline Dion parler et vous devriez avoir une idée de l’accent Québécois (Oh elle est facile celle la !)

  • A cause de la neige j’ai scrappé les tires de mon char
  • Qu’est-ce que vous venez faire présentement au Québec ?
  • C’est crissement ben

BONUS :

Voici une liste non exhaustive de mots ou expressions en version Québécois suivi de sa traduction en Français. Combien allez-vous en connaître ?

Le Chum = Le petit copain

La blonde = La petite copine

Les lumières = Les feux tricolores de circulation

Les gosses = Les couilles

Allo = Bonjour

Bon jour = Bonne journée

C’est malin = C’est méchant

Magasiner = Faire du shopping

A tantôt = A tout à l’heure

A date = maintenant

Ben / bin = Bien

Niaiser = Faire une blague / Faire marcher

Une tuque = Un bonnet

Un breuvage = Une boisson

Câlisse / Calice = Merde / Fait chier / Putain

Tabernacle / Tabernak = Merde / Fait chier / Putain

Ostie / Esti = Merde / Fait chier / Putain

Christ / Crisse = Merde / Fait chier / Putain

Crissement = Carrément

Une camisole = Un tee-shirt

Un cellulaire = Un téléphone portable

Un char = Une voiture

Des tires (prononcé à l’américaine) = Des pneus

Aller au gym = Aller à la salle de sport

C’est cute (prononcé à l’américaine) = C’est mignon

Un date = Un rencard

Le déjeuner = Le petit déjeuner

Le dîner = Le déjeuner

Le souper = Le dîner

Le dépanneur = L’épicerie

Un drink = Un cocktail

Un plat écœurant = Un plat délicieux

Le lendemain de veille = La gueule de bois

La fin de semaine = Le week-end

Les foufounes = Les fesses

Full = Plein ou complètement

C’est complet ? = Le compte est juste ? / Ça sera tout ?

Gager = Parier

Être gelé = Être défoncé

Un itinérant = Un SDF

Faire du pouce = Faire du stop

Une job = Un travail

Une joke (prononcé à l’américaine) = Une blague

Un laptop = Un ordinateur portable

Une liqueur = Un soda

La puck = Le palet de hockey

Pantoute = Pas du tout

Une chicane = Une bagarre

Patente = Truc / Bidule / Machin

Une poche = Un nul

Présentement (très utilisé) = Actuellement

Quessé / Quossé = Qu’est-ce que c’est

Scrapper = Abîmer

Une sécheuse = Un sèche-linge

Une laveuse = Une machine à laver

La balayeuse = L’aspirateur

Le soccer = Le football

T’sais / Tsé = Tu sais

Une turlute = Un chant traditionnel Québécois

Bonne fête = Joyeux anniversaire

En masse = Énormément

Le Bac = Le Master

Un party = Une fête

Une gang = Un groupe d’amis

Un chaudron = Une casserole

Le cadran = Le réveil matin

Un carrosse = Une poussette

Un costume de bain = Un maillot de bain

Une bleuet = Une myrtille

100 Piastres (prononcé piasse) = 100 Dollars

1 sou = 1 centime

Frencher = Embrasser avec la langue

Les bas = Les chaussettes

La pâte à dents = Le dentifrice

Il mouille = Il pleut

C’est plate = C’est chiant

La moppe = La serpillière

C’est correct (à prononcer Correk) = C’est parfait

C’est le fun = C’est cool

C’est pas pire = C’est pas mal

Aller gazer = Faire le plein d’essence

Le bol = Les toilettes

Brosser = Se prendre une cuite

Le gruau = Le porridge

La manette = La télécommande

Un suçon = Une sucette

Une sucette = Un suçon

Quelqu’un de tannant = Quelqu’un de fatiguant

Un ticket = Une contravention

Mets-en ! = Eh comment ! / Tu l’as dit !

Une queue de castor = Une pâtisserie Québécoise

Des œufs miroir = Des œufs au plat

Ça goûte = Ça a le goût de …

Le pouce vert = La main verte

C’est nice (prononcé à l’américaine) = C’est super

 Tabagie = Bureau de tabac

Une graîne = Un pénis


Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le pour que vos amis aussi puissent apprendre le Québécois ou laissez-nous un commentaire.

Articles similaires : « Découvrez la magie de Noël à Québec » ; « Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec ! » ; « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » 

Quel quartier de Toronto est fait pour vous ?

Toronto est l’une des villes les plus attractives au monde pour de nombreuses raisons qui ont fait sa réputation. Qu’il s’agisse de l’environnement idéal au bord du lac Ontario, des animations variées et régulières en tout saison ou encore de l’aspect multiculturel de la ville, tout ici est facteur de modernité et de séduction, aussi bien pour les habitants de Toronto que pour les touristes ou voyageurs.

Outre la richesse de sa vie artistique et culturelle, Toronto est également riche de quartiers et d’ambiances éclectiques. Pas besoin d’aller à Toronto pour en avoir un premier aperçu, il vous suffit d’ouvrir une carte de la ville et de lire le nom des différents quartiers : China-Town bien sûr, mais aussi Korea-Town, Greek-Town, Little-Italy, Little-India, Little-Portugal… Bref ! Ici toutes les communautés immigrées possèdent leur quartier.

DOWNTOWN

Lors de votre arrivée à Toronto, il y a de fortes chances pour que le premier quartier visité soit Downtown. D’abord parce qu’il s’agit du quartier dans lequel se situe la gare centrale, mais aussi car avec ses nombreux buildings et la CN Tower, c’est un quartier que l’on reconnait de loin !

En vous promenant dans les rues du Downtown, vous découvrirez un mélange architectural détonnant. Un mix entre le moderne des grands buildings en verre et l’ancien des immeubles datant du début du XIXème siècle.

 

A l’époque, les constructions étaient largement inspirées du style géorgien, puis c’est le style roman Richardsonien qui a prévalu. L’endroit idéal pour contempler le contraste saisissant des différentes générations architecturales est la place de l’Hôtel de Ville puisque l’ancien Hôtel de Ville, monument typique de Toronto et aujourd’hui défini comme lieu historique national du Canada, fait face au nouveau bâtiment de l’Hôtel de Ville très moderne !



 

Le quartier Downtown est également connu pour être traversé par l’une des plus longues avenues au monde, Yonge Street ! Longue de près de 70km et reliant le lac Ontario au lac Simcoe, cette avenue réunie le quartier des affaires de Toronto mais également de très nombreux restaurants, cafés et boutiques.

Une chose est sûre, si vous vous promenez dans le quartier Downtown sans avoir les yeux levés vers le ciel, vous risquez de passer à côté d’une bonne partie de la visite … Mais ne vous inquiétez pas, malgré le fourmillement des businesswomen et businessmen aux heures de pointe, il suffit que vous vous arrêtiez pour regarder le plan de la ville et dans la minute qui suit un habitant de Toronto est à vos côtés pour vous indiquer votre chemin. Une chose est sûre, ce n’est pas à Paris que vous verrez cela et ce sentiment se renforce si vous prenez le métro durant ces fameuses heures de pointe.



 

Non seulement les gens font la queue sans essayer de prendre la place de la personne arrivée devant et sans se bousculer, mais vous pourrez, en plus, constater le calme et la sérénité dans laquelle cette scène quotidienne se déroule. Un moment d’apaisement avant d’aller au travail !

GRAFFITI ALLEY

  

 

A deux pas de Chinatown et environ 15 minutes de marche du Downtown se trouve Graffiti Alley. A première vue cette petite rue aux allures de coupe-gorge n’est pas la plus accueillante de la ville, mais si vous laissez vos préjugés derrière vous et que vous vous aventurez dans cette contre-allée, alors vous avez de fortes chances d’en prendre plein les yeux !

Environ 500 mètres de tags, graffitis et autres street art s’offrent à vous. Des milliers de couleurs pour des toiles éphémères aux ambiances reflétant les caractères des différents grapheurs.

  

 

Ces ruelles colorées ont quelque chose d’enivrant, qu’elles traduisent un dessein esthétisant, contestataire et parfois même les deux ensemble, puisque Toronto est un paradoxe de ce point de vue-là également. Quoi qu’il en soit, vous ne saurez plus où donner de la tête et au final, même si vous sembliez inquiets d’entrer dans cette ruelle sombre au départ, vous risquez d’y passer beaucoup plus de temps que prévu.

Bien sûr vous pouvez, comme pour le reste de la ville, choisir l’option d’une visite accompagnée et encadrée mais nous ne sommes pas des fans de ce genre de visite bien trop souvent minutées.



 

KENSINGTON MARKET

Si comme nous vous aimez déambuler dans les rues d’une ville que vous ne connaissez pas sans destination précise, alors après votre passage à Graffiti Alley vous risquez d’arriver dans le quartier de Kensington Market puisqu’il se trouve à moins d’un kilomètre de là. Ce quartier multi-culturel est situé dans le centre de la ville de Toronto, il s’agit de l’un des quartiers les plus anciens et les plus célèbres de la ville. Il est d’ailleurs devenu lieu historique national du Canada en 2006 !

Après avoir connu une forte immigration irlandaise et écossaise, le début du XXème siècle fût marqué par l’arrivée en masse d’immigrés juifs de l’Europe de l’Est et notamment dans le quartier de Kensington Maket. Le nombre boutiques juives était tellement important que de nombreux locaux avaient même renommé le quartier en « Jewish Market ».

A la suite de la seconde guerre mondiale, les populations juives se sont majoritairement installées dans le nord de la ville, laissant ainsi le quartier de Kensington Market aux immigrants des Caraïbes et de l’Asie de l’Est, le rendant, de ce fait, de plus en plus cosmopolite.

De nos jours, le quartier est devenu une attraction touristique majeure de la ville de Toronto, mais également l’un des centres de la vie culturelle. Mais Kensington Market est aussi connu pour son ambiance et sa population hippie-bobo-punk, difficile de faire un choix tant les influences sont nombreuses !

C’est un quartier très agréable pour se promener et faire du shopping car de nombreuses boutiques en tout genre sont présentes dans le quartier. Vous y trouverez des friperies, des primeurs, des fromagers, des bars et des terrasses agréables mais aussi des restaurants végétariens et végétaliens, tout ici est prévu pour que chacun se sente à l’aise et ça fonctionne ! On voudrait ne jamais repartir d’ici.

 

SAINT LAWRENCE MARKET

Si vous avez aimé Kensington Market mais que vous êtes à la recherche d’un véritable marché pour faire vos courses comme nous pouvons en avoir en France, alors allez faire un tour à St Lawrence Market.

Ce marché historique et traditionnel, situé dans le Vieux Toronto, fut créé au début des années 1800 au sein d’un immense bâtiment de briques rouges. Le quartier entier est d’ailleurs composé de nombreux immeubles aux tons rouges dont certains rappellent l’architecture de certains édifices très connus à New York.

Réputé comme étant l’un des meilleurs marchés du monde, cet immense espace est dédié aux plus beaux produits que l’on peut trouver dans le pays. Faites le plein de fruits et légumes frais, suivez des cours de cuisine, recherchez des trésors insolites à travers des animations en tout genre ou goûtez simplement à des spécialités locales. Le St Lawrence Market vous ouvre ses portes pour votre plus délicieux plaisir.

De nombreuses animations sont régulièrement organisées au sein du St Lawrence Market, l’occasion d’aller y voir des concerts, des expositions en tout genre mais aussi, et surtout, d’y retrouver une ambiance incroyable, de quoi passer une journée pour le plaisir du ventre, des yeux et des oreilles afin de mettre tous vos sens en éveil.

Prenez le temps de déjeuner sur place car de nombreux stands vous proposent leurs spécialités. Pizza, sandwich en tout genre ou pâtisseries, il y en a pour tous les goûts mais aussi pour tous les prix car, alors que la ville de Toronto reste chère, les plats proposés au St Lawrence Market sont largement accessibles !



 

DISTILLERY DISTRICT

Un autre quartier à ne surtout pas manquer lors de votre visite à Toronto est le Distillery District qui tient son nom de la distillerie Gooderham and Worts, présente autrefois dans le quartier pour la fabrication de whisky, mais aussi l’une des plus grandes distilleries d’Amérique du Nord !



 

Remis à neuf en 2003, ce quartier historique est un village commercial piéton aux nombreuses bâtisses en briques rouges, typique du vieux Toronto. Le quartier compte plus de 40 bâtiments et 10 rues classées au patrimoine historique du Canada, mais aujourd’hui, il est principalement occupé par des boutiques, restaurants et galeries d’art, un quartier où design, divertissements et créativité modernes se mêlent harmonieusement au passé et aux rues pavées.

Vous voici au cœur du quartier des artistes et des bobos !



 

Vous le constaterez d’ailleurs rapidement si vous faites du shopping dans le quartier : vêtements écologiques et éthiques, sacs à main en tissus recyclés, bijoux artisanaux mais aussi la « Beer Store » avec ses 350 marques de bière à découvrir.

Tout au long de l’année, le Distillery District accueille une foule d’événements culturels tels que des expositions gratuites, des ateliers d’art, des concerts ou des festivals gastronomiques. Le marché de Noël est un symbole du quartier, à ne pas rater si vous visitez Toronto en Décembre. Mais si vous venez à Toronto de janvier à Mars, venez apprécier le Toronto Light Festival !

 

Le Toronto Light Festival est un nouveau voyage visuel et une nouvelle expérience autour de l’exposition d’art. Pourquoi ? Parce qu’au Canada l’hiver est long … parfois même très long ! Alors pour que le temps passe plus vite que cette saison soit plus agréable à vivre, les créateurs de ce festival ont voulu créer quelque chose de spécial, quelque chose qui soutiendrait l’esprit collectif de la ville et de ce quartier.

Le Toronto Light Festival expose la créativité d’artistes locaux et internationaux pendant 45 jours. C’est une expérience hivernale conçue pour divertir et inspirer les visiteurs pendant les journées froides et sombres de l’hiver, l’occasion de découvrir Toronto avec un nouvel œil, mais aussi de mettre en lumière une forme d’art qui s’allie parfaitement aux briques rouges des bâtiments.



 

Vous avez aimé cet article ? Cet article vous a donné envie de découvrir les différents quartiers de Toronto ? Alors partagez-le ou laissez-nous un commentaire.

Articles similaires : « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ; « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ; « Un week-end culturel à Ottawa » ; « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » 

Vancouver, la cité de l’Ouest

Souvent considéré à tort comme la capitale de la Colombie Britannique, Vancouver est régulièrement citée comme l’une des cinq meilleures villes au monde pour sa qualité de vie, ainsi que dans le Top 10 des villes les plus agréables à vivre.

Son climat tempéré est bien moins rude que le reste du Canada et on comprend vite pourquoi les canadiens sont de plus en plus nombreux à s’installer à Vancouver. La ville possède une météo très proche de la Normandie puisqu’il pleut huit mois sur douze, cependant, les hivers sont doux et il ne neige que très rarement ce qui différencie Vancouver du reste du pays.

Avec son mode de vie très « West Coast » principalement axé sur les activités de plein air et le bien-être des habitants, Vancouver offre une qualité de vie exceptionnelle rappelant celle de Los Angeles ou San Francisco.

De par sa localisation et ses courants migratoires, Vancouver est l’une des villes les plus cosmopolites du Canada puisque plus d’un habitant sur deux possède une langue maternelle autre que l’anglais ! On retrouve d’ailleurs une très forte influence de la culture japonaise en raison de la proximité de la côte Ouest Canadienne avec la côte Japonaise, entre autres.

Lors de votre séjour à Vancouver, prenez le temps de goûter la culture japonaise à travers un Rãmen puisque de nombreux restaurants de la ville sont spécialisés dans ce plat typique du Japon composé de pâtes dans un bouillon à base de poisson ou de viande et souvent assaisonné au miso ou à la sauce soja.

L’un des restaurants spécialisé de rãmen les plus réputés de la ville est le « Kintaro Rãmen » sur Denman Street dans le quartier West End, le downtown de Vancouver. Ce restaurant organise de temps en temps des soirées spéciales à -50% sur toute la carte, mais préparez-vous à patienter car la file d’attente à l’extérieur du restaurant est impressionnante ! A quelques rues de là, sur Bidwell Street, le Marutama Rã-men propose lui aussi de délicieux rãmen, avec une mention spéciale pour leurs œufs ! Nous n’avions jamais mangé un œuf aussi bon de toute notre vie avant de s’arrêter dans ce restaurant !



 

L’influence japonaise est également observable si vous êtes à Vancouver au mois d’avril puisque durant une dizaine de jours la ville se colore de rose aux nuances des Sakura, ces cerisiers japonais, qui envahissent les rues. Une période idéale pour profiter des premiers rayons du soleil et du parfum floral qui envahi les rues.

Mais pour profiter au maximum de cette ambiance printanière, rien ne vaut le Queen Elizabeth Park, rendu célèbre pour ses expositions florales et aujourd’hui toile de fond populaire pour les photos de mariage. Ici pendant le mois d’avril, les touristes se bousculent pour se faire prendre en photo sous un de ces arbres roses.

Le cadre est verdoyant, les promenades sont agréables et même si ce parc n’est pas immense, il a le mérite d’offrir différents paysages et même une vue panoramique sur Vancouver. Il s’agit d’ailleurs du point culminant de la ville qui offre, par temps clair, des vues sur la ville et les montagnes environnantes, jusqu’au sommet enneigé du Mont Baker à plus de 110km ! Il s’agit là du lieu parfait pour profiter des rayons du soleil, pique-niquer ou même observer les étoiles !



 

Pour une seconde expérience nature au sein de Vancouver, retour dans le « downtown » de Vancouver, au sein du West End, ce quartier d’affaires aux grands buildings est contrasté par le Stanley Park, cet immense parc au cœur de la ville.

On pourrait facilement comparer le Stanley Park au célèbre Central Park de New York, même si leurs superficies est loin d’être similaire, car il s’agit d’un immense écrin de verdure en plein milieu d’une ville de gratte-ciel. Mais ce qui tourne à l’avantage du Stanley Park, c’est le Stanley Park Seawall Path, cette promenade publique qui fait le tour du parc et où il est possible de marcher ou même pédaler.

Attention pour les touristes et voyageurs français qui aiment faire ce qui leur plait, le Stanley Park Seawall Path ne s’emprunte que dans un seul sens lorsque l’on prend un vélo et cela s’explique dans le fait que certains endroits de cette promenade sont étroit d’accès avec très peu de visibilité, si le sens de circulation serait autorisé dans les deux sens, cela mènerait probablement à certains accidents.

Si vous ne savez pas dans quel sens se prend cette promenade, ne vous inquiétez pas, si vous êtes à contresens de la circulation, les locaux viendront vous alpaguer pour vous le signaler … que vous le vouliez ou non ! 🙂

Vous pouvez louer un vélo à la journée, de nombreuses entreprises de location se trouvent aux abords du Stanley Park.

Le long de cette promenade, vous aurez l’occasion d’apprécier des monuments emblématiques de la ville tels que le Lions Gate Bridge, ce pont bleu rappelant étrangement le rouge présent dans la ville de San Francisco aux États-Unis, mais aussi le Siwash Rock, ce grand rocher de 18 mètres de hauteur qui surgit de la mer, symbole de dévouement paternel pour les peuples des Premières Nations de la région de Vancouver.



 

Selon la légende Squamish, un jeune chef de tribu et son épouse entrèrent dans l’eau à cet endroit même afin de se purifier avant la naissance de leur enfant, afin que ce dernier naisse dans la pureté. Dans la tradition indienne, les parents attendant une naissance devaient nager jusqu’à ce que leur peau soit si claire et si propre que même un animal sauvage ne pourrait sentir leur présence.

Tandis que la femme se dirigeait vers la plage pour accoucher, le chef resta dans l’eau. Quatre esprits vinrent alors lui demander de partir mais il refusa car il voulait respecter cette tradition de pureté et continuer à se laver. C’est ainsi que les esprits le changèrent en rocher comme symbole de dévouement paternel. Comme les esprits ne voulaient pas qu’il soit seul, sa femme et son enfant furent également changés en rocher dans les bois qui surplombent le Siwash Rock.

On peut d’ailleurs lire sur une plaque située près du rocher que Skalsh a été métamorphosé par Q’uas le transformeur en récompense de son dévouement paternel.

Si vous vous aventurez vers l’intérieur du parc, ouvrez les yeux car vous avez de fortes chances de croiser des ratons-laveurs, ces petites boules de poils trop mignonnes ! Attention, officiellement il est formellement interdit de nourrir les animaux et les canadiens de l’ouest aiment lorsque les règles sont respectées, si vous souhaitez donc faire abstraction de la réglementation en vigueur, attendez-vous à ce que certains promeneurs vous fasse des réflexions … c’est aussi ça l’ambiance « West Coast » !



 

Terminez votre promenade le long du Stanley Park Seawall Path par l’English Bay Beach (la plage de la baie des anglais), avec ses statues humoristiques, mais surtout par le Sunset Beach Park (Parc de la plage du soleil couchant). Ici prenez le temps, posez-vous et admirez les plus beaux couchés de soleil de la ville ! Les couleurs chaudes du ciel se mêlent à celles de l’océan offrant ainsi un spectacle époustouflant, il s’agit d’un véritable lieu de rassemblement pour les habitants de Vancouver et on comprend vite pourquoi, que l’on y passe durant la journée ou au crépuscule.



 

C’est depuis cette plage que vous pouvez emprunter un « Aquabus », ces petits bateau-bus qui vous permettent de vous rendre sur Granville Island. Même s’il est également possible d’accéder à cette île par la route puisque des ponts relient Granville Island à Vancouver, ne vous privez pas de cette expérience inédite. De petites embarcations vous font traverser en l’espace de 5 minutes pour la somme de $3.50, certes c’est un transport assez coûteux si on fait le ratio « temps-prix » mais cela vaut largement l’expérience !

Une fois sur Granville Island, direction le marché couvert de Granville aux multiples étales de produits divers et variés. Avis aux normands vous trouverez même du Neufchâtel … ou du Brie allez savoir ! Pour goûter ce fromage et enfin savoir s’il s’agit d’un Neufchâtel ou d’un Brie, vous devrez tout de même débourser $10 et hors taxes s’il vous plaît ! Mais le marché de Granville est aussi l’occasion d’apprécier une boisson chaude avec une vue sur la baie de Vancouver, un plaisir !

Après avoir flâné entre les différentes étales du marché, prenez la direction de l’Ouest vers Kitsilano, surnommé « Kits » par les locaux, ce quartier est très agréable pour de nombreuses raisons. A deux pas du marché de Granville, vous trouverez le meilleur restaurant de « Fish And Chips » de la ville, le « Go Fish » est une petite étale de pêcheurs qui, à première vue, ne mange pas de pain. Pas d’abris en cas de pluie, il s’agit bien là d’un petit Fast Food très réputé !

Mais le quartier de Kitsilano c’est aussi une magnifique plage avec vue sur la ville de Vancouver et les montagnes ! Jericho Beach est réputé pour les habitants du coin et on comprend vite pourquoi. Au-delà de la vue, le cadre est très agréable et les locaux viennent ici profiter de la plage de sable orange pour lézarder au soleil, quand il y en a, ou encore faire des barbecues sur la plage telle la culture de la « West Coast » !



 

Si vous souhaitez manger dans le quartier de Kitsilano ou simplement vous faire une pause sucrée, allez directement sur la 4th Avenue au Sophie’s Cosmic Café. Ce restaurant aux allures kitch à la décoration vintage et chargée est endroit très apprécié pour bien manger. Que vous soyez plutôt burger ou salade composée, vous trouverez ici votre bonheur gustatif … en particulier si vous vous laissez tenter par leurs célèbres Milkshake ! Ici on annonce la couleur : vous dégusterez les meilleurs milkshakes de la ville, et vous ne serez pas déçus car non seulement ils sont délicieux, mais ils sont surmontés d’une chantilly maison à tomber par terre. Le petit gros plus ? Les serveurs vous laissent le shaker avec le surplus de chantilly à disposition. Parfait pour les gourmands !

Et si ce milkshake n’a toujours pas su combler votre gourmandise, vous serez ravis d’apprendre qu’à Vancouver de nombreux glaciers se disputent le titre de « meilleure glace de la ville », l’occasion pour vous de revêtir votre tenue de juge et de tester les différentes glaces maison à disposition !



 

Vous avez aimé cet article ? Cet article vous a donné envie de découvrir Vancouver ? Alors laissez-nous un commentaire et partagez-le auprès de vos amis !

Articles similaires : « Amoureux de la nature, Salt Spring est fait pour vous ! » ; « A la découverte d’une nature époustouflante à Port Renfrew » ; « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ; « Quel quartier de Toronto est fait pour vous ? »  

Un week-end culturel à Ottawa

Située sur la frontière entre le Canada francophone et l’anglophone, la capitale Canadienne doit son nom à la nation des Outaouais, ces natifs amérindiens ayant appelé « Odawa » l’actuel « Ottawa ».

De par sa situation géographique, mais également en raison de son statut de capitale, Ottawa est une ville bilingue où l’on parle aussi bien l’anglais que le québécois (ce n’est pas une erreur de frappe, j’ai bien dis « Québécois » et non « Français » car en tant que frenchie vous risquez de ne pas tout comprendre du dialecte local … même si, plus vous allez dans le nord et pire c’est !)

Ottawa reste une petite ville, il est possible, et même conseillé, de ne rester qu’un week-end, ou le temps de 3-4 jours maximum, à visiter la capitale. Au-delà de cette durée, vous risquez de trouver le temps long et de ne pas savoir quoi faire de vos journées … surtout si vous vous rendez à Ottawa durant l’hiver.

Cependant, la ville reste très attractive pour tous les voyageurs à la recherche de culture et d’histoire, Ottawa propose un grand nombre d’attractions et de sites historiques situés en plein centre-ville. Qu’il s’agisse des fameux édifices du Parlement ou des merveilles qu’abritent les musées nationaux, laissez-vous séduire par la beauté d’Ottawa. De plus, Ottawa est l’une des rares grandes villes Canadiennes où il est possible de se faire plaisir et de visiter de nombreux monuments, même lorsque l’on dispose d’un petit budget !

LE PARLEMENT HILL



 

Le centre-ville d’Ottawa est marqué par l’emblématique colline du Parlement, pièce maîtresse du paysage mais aussi de la culture et de la politique de la ville puisque c’est ici qu’est représenté le cœur du gouvernement démocratique du pays depuis 1859. Au sommet de cette colline, se trouvent les différents édifices du Parlement au style Gothique qui surplombent la rivière des Outaouais, on se croirait presque en Angleterre ! Ces bâtiments sont également le lieu de grandes célébrations annuelles nationales telles que la fête Nationale du Canada ou le spectacle de sons et lumières présenté tous les soirs d’été.

Chaque jour, des visites guidées gratuites sont organisées. Alors que les groupes de plus de 10 personnes doivent faire l’objet d’une réservation, les groupes de moins de 10 personnes peuvent obtenir leurs billets le jour même, et ce, dès 9h du matin à l’office de tourisme situé en face du Parlement au 90 rue Wellington. Sachez que la demande des visites peut être accrue selon les périodes de l’année et que le nombre de billets offerts est limité, nous vous recommandons donc d’être présents dès l’ouverture de l’office de tourisme pour obtenir vos billets car le principe appliqué est celui du « premier arrivé, premier servi ».

Retrouvez toutes les informations, ainsi que les horaires des visites sur le site : https://visitez.parl.ca/index-f.html

Sachez que la structure d’origine du Parlement a été détruite lors d’un tragique incendie en 1916, seule la bibliothèque fût sauvée par l’un des employé ayant pensé à fermer les massives portes d’acier, protégeant ainsi cette partie du bâtiment. Sur la façade, des centaines de gargouilles, figures grotesques et autres reliefs sont visibles, taillés dans la pierre. Si vous vous attardez à contempler ces sculptures, vous remarquerez que 4 d’entre elles regardent les quatre coins du haut de la Tour du Paix.



 

LE CANAL RIDEAU

Voie navigable qui traverse le centre-ville d’Ottawa, le canal Rideau possède près de deux siècles d’histoire à raconter, un incontournable pour toute personne venant visiter la capitale canadienne puisqu’il s’agit d’une artère vitale de la ville, et ce, en toutes saisons. En période estivale, le canal fait le bonheur des marcheurs, joggeurs et autres cyclistes qui longent les berges verdoyantes, mais c’est également une magnifique voie navigable reliant la ville d’Ottawa à celle de Kingston

En hiver, le canal gèle et laisse place aux patineurs à glace ! Longue de 7,8km il s’agit là de la plus grande patinoire naturelle au monde, mais aussi de la meilleure patinoire d’Amérique du Nord selon le Palmarès 2017 des lecteurs du « US Today ».

La construction du Canal Rideau a débuté en 1826 avant de se terminer en 1832. Au cours des six années passées à creuser et à défricher le terrain à l’état sauvage pour construire la voie maritime, quelques 1000 travailleurs ont péri des suites de la malaria ou d’accidents et ont été enterrés le long des berges …

D’abord construit pour des fins militaires suite à la guerre de 1812, le canal est finalement devenu une voie navigable commerciale, puis une voie maritime de plaisance.

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007, le canal Rideau est un véritable chef-d’œuvre de créativité et d’ingéniosité. Il s’agit d’ailleurs du seul lieu classé de toute la province de l’Ontario, mais c’est également le seul canal datant du XIXe siècle, soit de la « grande époque de la construction de canaux en Amérique du Nord », qui soit encore opérationnel et qui ait conservé la plupart de ses structures d’origine intactes.

Si, lors de votre visite à Ottawa vous souhaitez en apprendre plus sur le Canal Rideau, le Musée Bytown vous ouvre ses portes afin de vous en apprendre un peu plus sur les origines du canal.

LE MARCHÉ BY

Contrairement à ce que l’on pourrait croire en lisant « Marché By », il ne s’agit pas d’un simple marché où faire ses courses comme nous en connaissons tant en France, mais d’un quartier entier ! Le Marché By est une ville dans la ville, ainsi, si vous entendez les Ottaviens dire « je vais au marché », n’imaginez pas tout de suite les étales primeurs et les produits fermiers, cela peut également signifier aller acheter un cadeau d’anniversaire, faire du shopping ou se retrouver entre amis autour d’un verre !

Fondé en 1826, vous y trouverez le plus vieux et le plus grand marché public du Canada. Cafés, magasins alimentaires spécialisés, boutiques, galeries, restaurants, pubs, salons de coiffure et d’esthétique, visiter le Marché By est une expérience unique ce qui explique probablement pourquoi il s’agit là de l’attraction préférée des touristes visitant la ville d’Ottawa, et ce, principalement en été lorsque le nombre d’exposants est au plus haut, mais également en hiver.

Depuis maintenant près de 200 ans, ce marché public accueille artisans, fermiers et autres commerçants éclectiques et uniques offrant des produits pour tous les goûts. Le soir, le Marché By est également le lieu de sorties pour prendre un verre, manger dans des restaurants chics ou « à la bonne franquette » mais aussi apprécier des groupes de musiques locaux, ici la vie nocturne est très animée !

LES MUSÉES D’OTTAWA

Saviez-vous qu’Ottawa et Gatineau, son voisin Québécois de l’autre côté de la rive, regroupent la plus grande concentration de Musée au Canada ?

L’accès à la culture est important aux yeux du gouvernement Canadien, vous pouvez donc visiter gratuitement certains musées tous les jeudis de 16h à 20h (ou 17h-20h pour d’autres), l’occasion d’en apprendre plus sur l’histoire Canadienne et sa culture.

Parmi ces musées à l’accès gratuit, vous retrouvez le Musée de l’aviation de l’Espace du Canada, le Musée Canadien de la Nature ou le Musée des Beaux-Arts du Canada et sa célèbre araignée sur le parvis du bâtiment ! Si vous passez quelques minutes à la contempler, vous pourrez même constater que cette dernière porte des œufs …

N’étant à Ottawa qu’un seul jeudi, il a fallu faire un choix étant donné que les 5 musées proposés étaient impossibles à visiter en l’espace de seulement 4 heures. Nous avons donc opté pour une visite du Musée Canadien de l’Histoire puis du Musée Canadien de la Guerre et nous vous les recommandons si vous êtes de passage dans la capitale.

Le Musée Canadien de l’Histoire, anciennement, Musée Canadien des Civilisations, a pour but d’améliorer la connaissance et la compréhension des Canadiens à l’égard d’événements, d’expériences, de personnes et d’objets incarnant l’histoire et l’identité canadienne. Avec ses 1,2 millions de visiteurs chaque années, il s’agit là du musée le plus populaire et le plus fréquenté du Canada.

Au travers de ses nombreuses pièces et différentes ambiances, vous découvrirez l’histoire canadienne depuis les natifs amérindiens jusqu’aujourd’hui. Appréciez la majestuosité et la hauteur des totems indiens, apprenez comment étaient fabriquées les pirogues amérindiennes ou partez en expédition autour du monde aux côtés des plus grands explorateurs canadiens ! 20 000 ans d’histoire humaine du Canada vous attendent au travers des différentes expositions permanentes mais également avec les expositions spéciales, sans cesse renouvelées, qui développent des thèmes canadiens ou présentent d’autres cultures et civilisations passées ou actuelles.

Le Musée Canadien de la Guerre est quant à lui une réelle surprise ! Alors que nous nous attendions à ne voir que des chars militaires et contempler des photographies de reporteurs de guerre, le Musée est en réalité très interactif. Il convient au public de tout âge et de nombreuses mises en situation permettent d’apprécier la visite.

Déguisez-vous en soldat, promenez-vous au Moyen Orient au milieu d’un village bombardé ou mettez-vous au contrôle d’un sous-marin ! Tout ici est fait pour que vous passiez un bon moment malgré le thème lourd du Musée.

Une chose est sûre, vous ne vous ennuierez pas lors de votre visite et vous risquez même de ne pas voir le temps passer. Au travers de plusieurs décors, vous revivez les différentes guerres où le Canada est passé à l’action. L’occasion d’en apprendre plus sur le parcours et le rôle qu’a joué le Canada dans la seconde guerre mondiale, boudé par les manuels scolaires français par exemple.



 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le et faites découvrir Ottawa à vos amis ou laissez-nous un commentaire !


Articles similaires : « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ;  « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » ;  « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ;  « Découvrez la magie de Noël à Québec » 

 

Amoureux de la nature, Salt Spring Island est fait pour vous !

Située dans le Golfe de la Colombie Britannique entre l’île de Vancouver et le continent, Salt Spring Island est la plus grande, la plus peuplée et probablement la plus populaire des îles du sud. Décrite comme « l’une des plus jolies villes d’artistes d’Amérique du Nord » dans le New York Times, Salt Spring Island est sans conteste un lieu incontournable que vous aurez envie de recommander à vos amis. Nombreux sont ceux qui, après avoir été attirés par ces rivages, l’ont reconnu comme l’un des meilleurs endroits au monde et nous ne pouvons pas dire le contraire. Loin de la vie urbaine, Salt Spring Island promet un dépaysement facilement accessible par l’un des trois ferries quotidiens qui desservent l’île.

Chaque saison possède ses charmes et ses événements emblématiques, de ce fait, peu importe quand vous visitez Salt Spring, l’île se découvre toute l’année et s’anime au rythme les marchés locaux, festivals et autres célébrations.

Salt Spring Island est vraiment un paradis pour les amoureux de la nature et dispose d’un climat tempéré, permettant ainsi l’accès à une multitude d’activités et ce, tous les mois de l’année entre promenades le long des plages, randonnées difficiles dans les montagnes ou exploration du monde marin, vous ne risquez pas de vous ennuyer.

Si vous prévoyez un voyage en Colombie Britannique, Salt Spring Island est l’un des lieux de passage obligatoire pour votre séjour !



 

A force d’attirer les écolos en herbe, Salt Spring Island est aujourd’hui pourvu d’une grande communauté hippie et de nombreuses fermes autosuffisantes, ici tout se cultive ou se troque et rien ne se perd. Il suffit de faire un tour dans les commerces de l’île pour s’en rendre compte, et ce, dès votre arrivée à Fulford, port du Ferry si vous venez de Vancouver Island. Arrêtez-vous quelques minutes voire quelques heures, profitez du paysage et de l’ambiance si particulière de l’île avant d’aller la découvrir.

Fulford est une petite ville ne disposant que de quelques commerces mais on est immédiatement projeté dans l’atmosphère de Salt Spring Island. Ici le supermarché propose des produits locaux, cultivés ou préparés sur l’île et les bars et cafés à proximité se spécialisent dans les produits Bio, Vegan ou Detox. Salt Spring Island est une véritable façon de penser et de voir la vie. D’ailleurs, si vous vous posez à la terrasse d’un café, il ne sera pas improbable que des personnes viennent discuter avec vous, juste dans l’espoir de faire connaissance et de passer un moment agréable à vos côtés autour d’un verre.

Comme nous vous l’avons dit précédemment, Salt Spring Island dispose d’une grande communauté hippie, et ce, depuis de nombreuses années maintenant. Les habitations de l’île disposent de terrains sur lesquels animaux et autres cultures garantissent l’autosuffisance des propriétaires et de nombreuses fermes peuvent être visitées. Français et Françaises, vous allez être ravis ici, surtout si vous voyagez depuis longtemps, car l’île dispose d’une fromagerie qu’il est possible de visiter et dans laquelle des dégustations de fromages sont organisées. Il en va de même avec les quelques établissement viticoles et brasseries présents sur l’île.

En vous promenant le long de Salt Spring Island, il ne sera pas rare de voir, sur le bord des routes, des box, aux allures de petites maisonnettes, proposant des œufs, du fromage ou autres produits. Il s’agit d’un point de vente en libre-service. Arrêtez-vous, servez-vous et payez en laissant votre monnaie directement dans la caisse. Ici la confiance règne et on comprend vite pourquoi.

Les communautés hippies environnantes sont très ouvertes et seront prêtes à vous recueillir si vous êtes sans toit ou si vous souhaitez simplement des informations. Ici, l’entraide et le volontariat sont un réel mode de vie. Nombreux sont les touristes volontaires, initialement à Salt Spring Island pour quelques semaines, qui finalement, sont restés dans une des communautés pendant plusieurs mois ou années ! Nous avons d’ailleurs passé une soirée dans une de ces communautés et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est rare de trouver plus accueillant et plus chaleureux. Ils vous accueillent à leur table et vous proposent de passer la soirée avec eux avec guitares et chants au coin du feu.

Il n’est pas rare non plus de croiser un local ayant fait vœux de silence pour un certain temps dans le but de mesurer le poids de ses mots et de méditer, car le yoga fait partie intégrante de la culture locale. D’ailleurs, de nombreux centres de yoga sont présents sur l’île dans un paysage et une atmosphère toujours uniques et portés vers la nature. Ne soyez pas surpris si, sur votre route, vous croisez des plantations de cannabis dans les jardins, cela fait également partie de la culture locale !

Salt Spring Island se parcoure aisément à pieds car malgré qu’elle soit la plus grande du Golfe, après Vancouver Island bien sûr, elle reste une île à taille humaine avec seulement 30km à parcourir pour rejoindre le Nord au Sud.

Si vous êtes à Salt Spring Island dans le but de profiter de la nature, vous devez absolument passer une nuit (ou plus) à Beaver Point, un camping situé sur la pointe Est de l’île à seulement 10km de Fulford et donc très souvent le premier lieu de bivouac pour les randonneurs de l’île.

Si vous n’êtes pas un grand marcheur ne vous en faites pas ! Le stop est monnaie courante sur l’île, si bien que la première voiture passée nous a immédiatement ramassée pour nous amener à l’entrée du Ruckle Park, là où se trouve Beaver Point. Ce couple de sexagénaires hippies, était revenu sur l’île dans le but de « célébrer la vie » d’une de leurs amies décédée quelques mois plus tôt. Ils nous expliquaient que dans leur communauté on ne pleure pas pendant les cérémonies funèbres mais on fait la fête, on rit, on chante, on boit et on partage souvenirs et anecdotes que le défunt nous a laissé. Une merveilleuse fête qui met bien souvent des mois avant d’être célébrée afin que tous les membres de la communauté puissent venir.

Si, comme nous, vous souhaitez passer la nuit à Beaver Point, il faut savoir que ce camping n’est pas gratuit. Chaque soir, le garde champêtre passe pour récupérer l’argent des campeurs. Comptez $10 CAD l’emplacement pour la nuit. Dans le cas où vous préféreriez camper gratuitement, sachez que le camping sauvage est autorisé partout sur l’île (ou presque) mais qu’en plus, il s’agit presque d’une tradition locale.

Au Beaver Point, l’avantage premier reste la vue sur le Golfe et les ferries alentours qui relient les différentes îles, vous dormirez presque les pieds dans l’eau tellement la mer est à proximité. Le second avantage, et non des moindres, est la multitude de commodités à disposition. Outre les toilettes, le camping dispose de tables de pique-nique et foyers pour accueillir vos feux de camp, cependant vous devez ramener votre propre bois car il est interdit de brûler du bois de la forêt. Passer une soirée au Beaver Point est souvent synonyme de nouvelles rencontres. Au coin du feu on discute, on partage et on finit même par échanger nos victuailles, votre petit pique-nique se transforme alors en grand repas convivial ! Et quel plaisir le matin de se réveiller et de profiter du paysage, du golfe et de la vue imprenable sur les îles.

En direction de la ville de Ganges se trouvent de nombreuses randonnées plus ou moins accessibles selon votre niveau. Celle qui reste incontournable est la randonnée sur le Mont Maxwell avec une superbe vue sur Salt Spring Island et le Golfe. Cette randonnée reste accessible à chacun, il suffit de suivre le tracé et vous ne vous perdrez pas … soyez vigilants en redescendant s’il commence à faire nuit car certaines bannières ne sont pas visibles au premier coup d’œil, mieux vaut parfois s’arrêter pour être sûrs du chemin emprunté.



 

L‘avantage avec une telle randonnée c’est que vous marchez à travers différents paysages et de multiples atmosphères. Vous traversez d’abord une forêt avant d’entamer l’ascension du Mont Maxwell et terminez votre randonnée sur des hauts plateaux face à des points de vue incroyables ! Différentes randonnées de différentes difficultés sont possibles, elles sont représentées par des couleurs de balises distinctes ce qui vous permet d’adapter la randonnée à votre expérience, à votre endurance et au dénivelé idéal.

Vous pourrez même remplir votre gourde en cours de route puisque vous croiserez plusieurs ruisseaux le long de votre ascension. Ici l’eau est pure et potable, il ne vous reste plus qu’à vous hydrater lors d’une pause bien méritée !



 

D’autres randonnées plus courtes et plus faciles sont également accessibles du côté du lac Saint Mary, parfait si vous disposez de peu de temps pour marcher et découvrir la nature environnante ou si, comme nous, vous avez déjà entrepris la randonnée du Mont Maxwell et que vous avez été piqués par le virus des panoramas et points de vue !

Profitez-en pour vous arrêter à Ganges et apprécier la ville. Plus grande que Fulford, il s’agit là de la ville principale de Salt Spring Island, l’occasion d’apprécier l’ambiance et les établissements insolites comme le Tree House Café, ce bar où un arbre est littéralement à l’intérieur du bâtiment. Ganges propose aussi des marchés de producteurs et produits locaux, une promenade dominicale très agréable où vous aurez l’opportunité de goûter de délicieux mets ainsi que d’acheter des souvenirs durables.



 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le et faites découvrir Salt Spring Island à vos amis ou laissez-nous un commentaire !


Articles similaires : « A la découverte d’une nature époustouflante à Port Renfrew » ; « Vancouver, la cité de l’Ouest » ; « Road Trip sur les traces de Game Of Thrones » ; « Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec » 

Vous allez aimer ce City Trip à Toronto

Toronto est la ville la plus grande du Canada mais également la plus chère avec sa vision tournée vers le business et son immense centre des affaires. Surnommée « New York Canadien » on comprend vite pourquoi lorsque l’on arrive à la Gare Centrale située en plein downtown et que l’on ne peut s’empêcher de lever la tête pour contempler les grattes-ciel.

Avec ses nombreux quartiers aux ambiances bien distinctes, Toronto est une ville dans laquelle l’ennui est impossible et où, malgré les prix pratiqués, il est possible de profiter à moindres frais. Vous passerez des heures, voire des jours, à déambuler dans les différents districts qui composent cette mégalopole, découvrant les différentes architectures et ambiances mais également la richesse culturelle d’une ville en perpétuel développement.

Afin de profiter au maximum des attractions proposées par la ville, nous vous recommandons d’opter pour le City Pass de Toronto. Ce petit carnet vous propose des coupons à utiliser dans 5 attractions parmi les 6 sélectionnées, vous permettant ainsi de réduire votre facture globale et d’économiser environ 30% en comparaison du plein tarif. Sachez que le City Pass est également disponible si vous voyagez dans d’autres villes d’Amérique du Nord telles qu’Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Houston, New York, Philadelphie, San Fransisco, Seattle ou Tampa. Enfin, un dernier City Pass existe pour la région du sud de la Californie avec des entrées pour Disneyland, SeaWorld ou encore Legoland, de quoi passer de bons moments en famille et à tarifs réduits.

Pour vous procurer votre City Pass il vous suffit de vous rendre dans l’une des attractions proposées par l’entreprise, au lieu d’acheter votre simple ticket d’entrée vous demandez alors un City Pass. Pour la ville de Toronto le tarif est de $88CAD + les taxes, soit $100,79CAD ce qui correspond à 66.73€. Vous pouvez également acheter votre City Pass directement sur le site officiel. Sachez qu’en cas d’achat en ligne vous disposerez d’un City Pass virtuel, tandis que si vous l’acheter directement à la caisse de l’une des attractions, ce dernier sera un carnet de plusieurs coupons.

Une fois votre City Pass en main, vous avez donc la possibilité d’accéder à 5 des 6 attractions proposées dans le carnet et ce pendant les 9 jours suivant la date d’achat. A Toronto, les attractions proposées sont les suivantes :

  • CN Tower
  • Ripley’s Aquarium of Canada
  • Casa Loma
  • Royal Ontario Museum
  • Centre des Sciences de l’Ontario ou le Zoo de Toronto

Pour des raisons de distance avec le centre ville nous avons opté pour le Centre des Sciences de l’Ontario plutôt que pour le zoo mais avec le recul, nous vous recommandons de faire un peu plus de route et (nous l’espérons) plus apprécier votre visite que la notre. Découvrez pourquoi ci-dessous.

LA CN TOWER

Au commencement, la CN Tower n’était qu’une simple antenne radio. Au début des années 1960 la hausse de la population et la création des premiers buildings ont clairement perturbé la qualité des ondes radios diffusées. L’objectif était alors d’intégrer l’antenne de diffusion à une tour plus haute que tous les autres grattes-ciel de la ville, afin de fluidifier les ondes. Avec ses 553 mètres de hauteur, la CN Tower est devenue l’emblème de Toronto, visible depuis n’importe quel quartier de la ville et située en plein centre du quartier des affaires. A savoir que pendant 34 années, la CN Tower était la tour du plus haute du monde avant d’être dépassée en 2009 par la Burj Khalifa de Dubaï et par la Tour de Télévision et de Tourisme de la ville de Canton en Chine.

Lors de votre entrée dans la CN Tower, veuillez à ne pas détenir d’objets potentiellement dangereux ou interdits car des portiques de sécurité sont installés ainsi qu’une fouille des sacs. Une fois le service de sécurité passé, vous devez alors prendre l’ascenseur qui vous mènera au 7ème ciel ! Au cas où vous ne souhaitez pas acheter de City Pass, l’entrée de la CN Tower et l’accès à l’ascenseur vous coûtera $35CAD par personne hors taxes.

L‘ascenseur de la CN Tower est en verre et est situé sur une face externe de la tour. Autrement dit, lorsque l’on est dans l’ascenseur on voit la vue se dessiner au fur et à mesure de l’ascension, on se rend alors compte de la hauteur de la tour. Non seulement par la vue sur tout Toronto, mais également par la durée que prend l’ascenseur avant d’arriver au sommet.

Une fois au belvédère, vous aurez alors l’opportunité de contempler la ville à 360° avec un panorama à couper le souffle surtout lors des journées de temps clair. La légende raconte qu’il serait possible de voir jusqu’aux chutes du Niagara lorsque le temps le permet ! Profitez-en pour faire une pause et passer quelques heures au sommet du monde (au sommet de l’hémisphère Ouest en tout cas) vous aurez peut-être la chance d’observer un coucher de soleil inoubliable sur la ville avant d’apprécier les lumières de Toronto qui plonge peu à peu dans la nuit.

C‘est également à ce niveau que se trouve le célèbre plancher de verre ! Oserez-vous marcher et contempler le sol à plus de 346 mètres de hauteur ?!



 

Si vous avez faim, tout est prévu ! Mais il faudra sortir la Carte Bleue et pour le coup ça risque de piquer si vous voyagez avec un petit budget. Comptez tout de même $58CAD par personne pour un entrée-plat ou plat-dessert le midi et $65CAD le soir pour un menu en deux services (hors taxes et hors service).

Un deuxième ascenseur est ensuite disponible pour accéder à la partie la plus haute de la tour, la Nacelle. Malgré votre City Pass, cet ascenseur vous coûtera tout de même $6 CAD de plus par personne (hors taxes) mais sachez que si vous n’avez pas le City Pass alors cela vous coûtera $12 CAD hors taxes par personne ! Attendez-vous à être déçus car la vue est gâchée par un grillage de protection encadrant complètement la nacelle. Certes vous avez l’opportunité d’être à l’extérieur et la vue est plus impressionnante puisque vous êtes 100 mètres plus haut qu’au niveau du belvédère principal, cependant ce n’est pas là où vous ferez les plus jolies photos.

La CN Tower propose également une activité pour les amateurs de sensations fortes « Haut-Da-Cieux » est l’attraction la plus extrême de Toronto et la première du genre en Amérique du Nord. Retenus par un rail de sécurité et un système de harnais, vous dépasserez vos limites en vous penchant littéralement dans le vide au dessus de la ville. Vous avez bien lu ! Cette attraction propose aux participants de sortir en extérieur, sur la partie haute de la tour pour marcher le long de l’observatoire mais également se pencher dans le vide à plus de 350 mètres de hauteur ! Comptez 90 minutes dont 30 minutes entièrement consacrées à l’excursion extérieure pour un total de $225CAD (hors taxes) par personne. Aurez-vous assez d’argent pour Oserez-vous tenter l’expérience ?!

LE RIPLEY’S AQUARIUM OF CANADA

Difficile de passer à côté sans le voir ou de se perdre en le cherchant, le Ripley’s Aquarium est situé au pied de la CN Tower, d’ailleurs vous pourrez voir les requins dessinés sur le toit de l’aquarium depuis le plancher de verre du belvédère de la CN Tower. Il s’agit du plus grand aquarium en intérieur du Canada avec plus de 5.7 million de litres d’eau, composé de plusieurs univers à thème mettant en valeur les habitats marins et d’eau douce du monde entier.

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se cache sous la surface des Grands Lacs ? Explorez l’univers des Eaux Canadiennes qui met en lumière la diversité des trésors du Canada. Si vous êtes à la recherche du grand frisson, vous n’oublierez jamais l’expérience que vous allez vivre dans le tunnel sous-marin qui traverse la galerie de la Lagune Dangereuse avec une vue imprenable sur de nombreuses espèces de requins.

Dans la Baie des Raies vous admirerez la grâce de ces animaux glissant sous l’eau ainsi que des spectacles de plongée en direct. Laissez-vous emporter dans une oasis au Récif Arc-en-ciel, une explosion de couleurs hypnotiques et de poissons tropicaux avant de rejoindre la Planète des Méduses.



 

Bien sûr, comme dans toute attraction touristique on retrouve un point snack, le Ripley’s Café, mais aussi une boutique de souvenirs, l’occasion d’acheter peluches, tee-shirt et autres goodies à l’effigie d’animaux marins. Mais le Ripley’s Aquarium offre également de nouvelles expériences de visite avec des événements tels que les matinées yoga, les soirées Jazz du vendredi soir ou autres. Idéal pour découvrir l’aquarium sous un nouveau jour !

Nous vous recommandons de visiter le Ripley’s Aquarium plutôt en matinée, dès l’ouverture, et en semaine si vous en avez l’opportunité. De cette manière vous visiterez l’aquarium en étant presque seul dans chaque univers. Parfait pour décompresser et prendre son temps. Pour vous donner un ordre d’idée, notre visite en matinée a duré environ 2h, lors de notre départ c’était l’arrivée des sorties de classe. Autant vous dire que visiter un aquarium avec une vingtaine d’enfants courant et criant partout n’était clairement pas l’un de nos souhaits, on était ravis de voir qu’ils arrivaient au moment où nous partions !

Pour information, lors de votre entrée à l’aquarium, lorsque vous êtes face au point de vente de billets, vous avez un vestiaire gratuit (hors pourboires) situé sur la gauche. Nous vous recommandons fortement d’y laisser vos manteaux et autres écharpes (surtout si vous visitez Toronto en hiver) car les températures sont chaudes dans l’aquarium et vous risquez d’étouffer avec vos affaires extérieures. De même qu’il n’est pas particulièrement agréable de passer la visite entière avec son manteau sous le bras.

LA CASA LOMA

La Casa Loma est l’un des principaux sites historiques de Toronto mais également le seul château de cette envergure en Amérique du Nord. En 1911, Sir Henry Pellatt engage un architecte de renommé afin de l’aider à réaliser son rêve : construire un château sur une colline surplombant Toronto. Il a fallu presque 3 ans et 300 ouvriers pour construire ce château d’une surface d’environ 18 580 mètres carré au prix de $3.500.000 CAD (à l’époque). Lors de sa construction, la Casa Loma était la plus grande résidence privée du Canada !

Sir Henry Pellatt et son épouse Lady Mary vécurent à la Casa Loma pendant presque 10 ans avant que d’importantes difficultés financières les forcent à abandonner leur résidence. Lors de la construction du château, Sir H. Pellatt souhaitait qu’à sa mort la Casa Loma deviennent un musée dédié à la guerre. Il avait d’ailleurs anticipé les problèmes de poids liés à de potentiels véhicules militaires sur le parquet et l’avait ainsi renforcé avec des dalles de béton afin qu’il ne s’effondre pas.

Passionné de vieux véhicules ? Alors vous tomberez sous le charme de la collection de voitures du début des années 1900 installée dans la remise à calèches, annexée à la Casa Loma par un tunnel sous-terrain. Enfin, il est aussi possible de visionner un docudrame de 22 minutes sur la montée et la chute de l’empire Henry Pellatt « The Pellatt Newsreel : The man who built Casa Loma » dans le théâtre devenu salle de projection du château.



 

Pendant toute la durée de votre visite vous serez probablement surpris, voire ébahis par les inventions de Sir Henry Pellatt. C’est ainsi que la Casa Loma disposait d’une douche mais également d’une piscine intérieure ou encore de plafonniers électriques méticuleusement installés au dessus de la table à manger ! De réelles prouesses techniques et technologiques pour l’époque.

Ce qui est très agréable lors de la visite de la Casa Loma, c’est la possibilité pour $2 CAD d’obtenir un audioguide en français, anglais, allemand, coréen, mandarin, italien, japonais ou encore espagnol. Vous pouvez alors visiter le château par vous-même tout en apprenant l’histoire du manoir et de chacune de ses pièces.



 

Le bâtiment principal est accessible aux personnes à mobilité réduite mais certaines pièces de la Casa Loma ne le sont pas, de même que certaines parties des extérieurs. En hiver vous n’aurez pas la chance de profiter de la beauté des jardins mais en haute saison, il regorge d’espèces florales en tout genre sur plus de 20 000 mètres carrés de jardin. Cette flore luxuriante entourant la Casa Loma met en évidence de nombreuses fontaines et sculptures. En haute saison il est également possible de manger au Terrace Grill dans les jardins de l’étage supérieur.

A quelques mètres de là seulement, de l’autre côté de la rue, vous pouvez apercevoir les écuries qui servaient également de première résidence pour le couple Pellatt pendant la construction de la Casa Loma. Ainsi, pendant toute la durée des travaux, Sir Henry Pellatt pouvait garder à l’œil ses 300 ouvriers et s’assurer que la construction avançait dans les temps, ce fut d’ailleurs la raison principale de la construction de cet édifice !

LE ROYAL ONTARIO MUSEUM (ROM)

Le Musée Royal de l’Ontario est un musée de culture mondiale et d’histoire naturelle. C’est le cinquième plus grand musée d’Amérique du Nord, il contient plus de six millions d’objets en tout genre. La collection sur les dinosaures héberge le plus grand dinosaure du Canada mais aussi des mammifères de l’ère de glace ! Retrouvez également des momies égyptiennes, une grotte de chauves-souris, de l’art africain et des activités pour les enfants,  faisant de cette attraction l’une des plus populaires auprès des familles. Dès votre entrée dans le bâtiment, vous serez émerveillés par les mosaïques illustrant des cultures des quatre coins du monde qui décorent les murs du hall.

Au Musée Royal de l’Ontario, les richesses culturelles du monde sont célébrées et exposées aux côtés d’artefacts fascinants des civilisations passées réparties sur 5 niveaux Les différentes expositions temporaires ou permanentes vous feront voyager autour du monde à travers des décors, mises en scène et mises en situation.



 

Savez-vous ce que représente ce poisson ci-dessous ? Aussi étrange et surprenant que cela puisse paraître il s’agit d’un cercueil. En effet, dans la culture Ga, établie sur la côte du Ghana, les cérémonies funéraires marquent le passage du monde des vivants au monde des ancêtres. Ils considèrent leurs ancêtres comme des figures puissantes qui participent toujours à la vie familiale et peuvent exercer une influence bénéfique ou néfaste. Les êtres chers sont donc enterrés dans de magnifiques cercueils qui célèbrent leur vie et leurs exploits. En offrant au défunt des funérailles mémorables, la famille s’assure sa protection dans l’autre monde.

La pêche étant l’une des principales activités des Ga, les hommes pêchent généralement dans de grandes pirogues colorées, les femmes préparent le poisson, le fument et le vendent au marché. Ce qui explique pourquoi beaucoup de cercueils célèbrent la pêche. Ce cercueil s’inspire d’une espèce de poisson du golfe de Guinée, mais avec quelques libertés artistiques. Symbole incontestable de prestige, la Mercedes-Benz est également un modèle très populaire afin de souligner la réussite socio-économique d’une personne, même si cette dernière n’en a jamais possédé.

LE CENTRE DES SCIENCES DE L’ONTARIO

La dernière attraction prévue par le City Pass est un choix entre le Centre des Sciences de l’Ontario et le Zoo de Toronto. Comme indiqué ci-dessus, nous n’avons pas été convaincu par le Centre des Sciences de l’Ontario, au final il s’agit de l’activité la plus décevante dans le City Pass, c’est pour cela que si c’était à refaire nous irions probablement au Zoo.

Le Centre des Sciences de l’Ontario possède de nombreux atouts, un cadre verdoyant très agréable et de très nombreuses expériences à réaliser par soi-même. Cette cité des Sciences invite les visiteurs à essayer, toucher, sentir, etc. Cependant il faut être réaliste, les expériences proposées sont principalement axées vers une population d’enfants et très vite notre impression s’est confirmée lorsque l’on s’est aperçu que nous étions les seuls visiteurs sans enfant … Un petit moment de solitude.


Cet article vous a donné envie de visiter Toronto et de prendre un City Pass pour faire des économies ? Alors partagez-le sur les réseaux sociaux et laissez-nous un commentaire.

Articles similaires : « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » ; « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ;  « Découvrez la magie de Noël à Québec » 

Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal !

Montréal est une ville si cosmopolite que vous pourrez peut-être vous demander si vous êtes bien au Canada. Avec ses grandes universités, Montréal accueille chaque année de nombreux étudiants du monde entier, ce qui explique, en partie, pourquoi cette ville est réputée pour être l’une des meilleures en terme de vie étudiante. De nombreux bars aux happy hour quotidiens (Attention les horaires sont bien différents de ceux pratiqués en France, adaptez-vous si vous ne voulez pas les rater), des restaurants à petits prix et de nombreuses animations et activités, c’est sûr Montréal est une ville qui bouge, mais même dans la ville la plus agréable au monde, il est parfois bon de sortir de la vie citadine et c’est au Mont Royal que cela se passe.

A Montréal il n’est pas nécessaire de faire plusieurs heures de route pour prendre l’air et du recul sur l’agitation de la ville, les Montréalais disposent d’un point de vue imprenable au cœur d’un parc, accessible en bus mais également à pieds, pourquoi ? Car cet endroit si particulier se trouve en plein centre ville de Montréal, découvrez pourquoi le Mont Royal, cette petite montagne au cœur de Montréal, occupe une si grande place dans le cœur des Montréalais.

L‘une des raisons principales, hormis la vue, pour laquelle les habitants de Montréal aiment le Mont Royal c’est pour ses nombreuses activités qu’il est possible de pratiquer, été comme hiver. Peu importe le moment de votre visite ou de la météo, il y a toujours quelque chose à faire ou à voir sur la montagne ! Qu’il s’agisse de parcourir les 22km à ski de fond, chausser ses patins sur la patinoire extérieure ou dévaler les pentes sur une chambre à air en guise de luge en hiver, les activités sont toutes aussi variées en haute saison avec la possibilité de louer un petit bateau téléguidé sur le lac aux Castors, aider à la plantation d’arbres ou encore venir écouter de la musique à l’occasion de festivals de musique en plein air, vous trouverez forcément une activité faite pour vous !

Pour vous y rendre, vous pouvez marcher mais la montée est assez raide, il vous faudra un petit peu de courage mais cela reste de la marche en ville, pas de quoi appeler ça une randonnée ! Il s’agit plutôt de l’ascension d’un grand escalier entre ville et nature, mais vous pouvez également faire comme de nombreuses autres personnes, prendre un bus, le 11 par exemple, et monter jusqu’en haut du Mont Royal et ensuite redescendre par les marches. Sachez qu’une fois arrivé à l’arrêt du bus, il vous suffit de faire seulement quelques pas et vous êtes déjà dans le Parc du Mont Royal.

Préparez-vous à l’émerveillement car très vite, sans même vous y attendre, vous arrivez sur un point de vue époustouflant ! Une vue imprenable sur tout Montréal. Si vous êtes chanceux (ou prévoyant) et que vous avez un temps clair, vous pourrez peut-être même voir les différentes banlieues montréalaises se dessiner à l’horizon. Il y a donc de fortes chances pour que vous y restiez quelques heures et ce, peu importe si vous visitez Montréal en été ou en hiver. Même avec -20°C dans l’atmosphère, si vous êtes correctement couverts, vous ne pourrez que rester ébahis par cette vue et de ce fait rester un long moment à contempler le paysage.

En effet, face au Chalet du Mont Royal se dresse une vue spectaculaire sur le centre ville de Montréal et ses buildings. L’occasion de contempler l’activité de la ville qui fourmille sous vos yeux, observez l’agitation des montréalais et profitez !

Situé dans votre dos au moment où vous admirez la vue, il est intéressant de visiter et d’apprendre de l’histoire du Chalet du Mont Royal même si sa visite se fait rapidement.

Son architecture d’inspiration Beaux-Arts français a été conçu dans les années 30 par l’architecte et québécois Aristide Beaugrand-Champagne dans le cadre d’un programme d’aide aux chômeurs de la ville. Sur les murs du Chalet Mont Royal, de grands tableaux sont signés par des artistes de renom tels que Fortin, Borduas ou encore Holgate, et illustrent des moments importants dans l’histoire de la ville de Montréal. Ces œuvres d’art associées à la cheminée majestueuse du Chalet ainsi qu’aux imposants lustres, contribuent à donner une décoration rustique et chaleureuse du Chalet.

Mise à part son architecture et l’histoire qui en résulte, vous ne trouverez à l’intérieur du Chalet Mont Royal qu’une boutique souvenir ainsi qu’un kiosque d’information sur la Ville de Montréal, l’occasion de prendre quelques brochures si vous souhaitez en apprendre plus à ce sujet. Sur les poutres du Chalet on distingue les animaux qui peuplent le parc du Mont Royal comme des écureuils par exemple. Je gage qu’il ne se passera pas une visite du Parc sans apercevoir l’un de ces petits animaux à la robe rousse.



 

Pour une vue moins citadine et plus nature, mieux vaut se rendre du côté du Pavillon du Lac aux Castors, un bâtiment aux grandes baies vitrées sur le lac et son environnement, inauguré dans les années 50 et considéré, à l’époque, comme l’un des bâtiments publics les plus novateurs et modernes du Québec. C’est également ici que se trouve les espaces dédiés à la détente et à la restauration du Parc du Mont Royal.

Enfin si vous êtes en promenade dans le parc du Mont Royal, vous devez vous rendre à la Croix du Mont Royal. Cette croix lumineuse fait partie intégrante du paysage montréalais depuis 1924 en mémoire de Paul Chomedey qui avait planté une première croix en bois sur la montagne en 1643 pour remercier la Saint Vierge d’avoir protégé la ville des inondations. Aujourd’hui, la Croix du Mont Royal mesure 30 mètres de hauteur et culmine à 251 mètres d’altitude, elle est donc visible à 80km de distance, et ce, même la nuit puisqu’elle est complètement illuminée. Ça serait donc dommage de grimper jusqu’en haut du Mont Royal pour ne pas aller voir cette croix de plus près !

Pour redescendre dans la ville de Montréal, après votre escapade naturelle terminée, le mieux est d’emprunter les escaliers qui descendent le long de la montagne. D’abord pour la vue qu’il offre, on se voit redescendre dans la ville au fur et à mesure des marches avec une sensation particulière de revenir après être parti à la campagne mais d’arriver au cœur du centre ville en quelques minutes seulement ! Il existe plusieurs chemins et sentiers mais il y en a 2 principaux, ceux qui vous mèneront directement au cœur de la ville de Montréal en moins de temps possible.

L‘un des deux escaliers se termine du côté du Monument Sir George Étienne Cartier, cette route permet d’arriver directement sur le plateau du Mont-Royal, dans le quartier français et de rejoindre en quelques minutes le Village ou le Centre Ville de Montréal. Vous pouvez admirer sur votre droite la ville qui se dessine de plus en plus au fur et à mesure que vous descendez les escaliers. Juste au niveau de la statue se trouvent également de nombreux arrêts de bus, l’occasion de vous économiser si cette virée sur le Mont Royal vous a exténué !

Le second passage est du côté de la Côte des Neiges, même si cette route vous éloigne plus du centre ville en comparaison à celui ci-dessus, cette route vous emmènera vers le campus de Montréal. L’occasion de découvrir la vie étudiante montréalaise et de se promener dans cette ville au sein de la ville.


Vous avez aimé cet article ? Invitez vos amis à découvrir la beauté du Mont Royal en partageant ou commentant cette page.

Articles similaires : « Un week-end culturel à Ottawa » ; « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ; « Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec ! » ; « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ; « Découvrez la magie de Noël à Québec » 

Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara

Tout le monde connait les chutes du Niagara, ces chutes d’eau sont les plus célèbres au monde et marquent la frontière entre la région Ontario du Canada et l’État de New York aux États-Unis. Même si les chutes du Niagara ne sont pas particulièrement hautes, elles ne mesurent que 54 mètres, elles sont particulièrement larges et avec ses 954 mètres ce sont les chutes d’eau les plus puissantes d’Amérique du Nord en terme de débit !

Dans cet article, vous ne trouverez que des informations concernant la partie canadienne des chutes du Niagara car nous ne nous sommes pas rendus du côté américain, nous ne pouvons donc pas donner notre avis.

Pour vous rendre aux chutes du Niagara depuis Toronto, vous pouvez prendre les transports en commun très facilement. Greyhound est la compagnie de bus longues distances la plus présente sur le sol américain et canadien, cette compagnie peut vous faire traverser la frontière entre ces deux pays. Il est possible de réserver son billet directement sur internet, il faut compter environ $20 CAD pour un aller simple Toronto – Niagara Falls.

Nous avons opté pour un mix train-bus avec la compagnie Via Rail, non pas pour des raisons économiques car le billet combiné est également à environ $20 CAD, mais comme nous logions à Oakville à cette période, le trajet est direct jusqu’à Toronto avec un bus Greyhound.

Quelque soit le type de transport en commun que vous choisissez, la station terminus du bus est la même pour toutes les compagnies. Cela ne fera donc pas de différence quant à la proximité d’arrivée aux chutes du Niagara.

Une fois arrivé à Niagara Falls, vous descendez du bus et vous vous retrouvez dans la ville de Niagara ! Il faut encore marcher pour arriver jusqu’aux chutes du Niagara.

Lorsque vous déambulez dans les rues de Niagara en plein hiver, la sensation d’une ville fantôme est bien présente, les commerces sont inoccupés et on ne peut pas dire qu’il y ait foule. Au niveau de l’architecture c’est bien simple, on se croirait aux States ! (En même temps c’est de l’autre côté de la rive)

Il faut compter une vingtaine de minutes de marche en passant par les quartiers résidentiels pour faire face aux chutes du Niagara. L’occasion de visiter la vraie ville puisque très vite on arrive dans le downtown de Niagara Falls, le centre ville ! De loin déjà, on distingue facilement les grands buildings des casinos et on devine certaines attractions. Cependant nous étions encore loin d’imaginer ce que nous allions découvrir.

En cette période de jour de l’an chinois, de nombreuses décorations de dragons multicolores sont dispersés un peu partout dans la ville, c’est très agréable on peut ressentir un esprit de fête même si les rues sont complètement désertes. C’est assez paradoxal. En plus des décorations, vous aurez peut être la chance d’assister à des animations liées aux traditions chinoises au sein même des grands casinos.

Si vous souhaitez découvrir le reste de la ville de Niagara avant d’aller voir ses célèbres chutes d’eau vous risquez d’être surpris. En effet, le centre ville ressemble à s’y méprendre à une fête foraine à ciel ouvert et cela débute dès les premiers pas effectués dans la rue lorsque nous faisons face à une maison sans dessus dessous … littéralement parlant !



 

Par la suite vous remarquez vite que chaque commerce est lié à une attraction. C’est ainsi que vous allez découvrir le Burger King Frankenstein lié à son train fantôme, et en sous sol de ce même bâtiment vous pouvez accéder à l’attraction d’Indiana Jones. Un peu plus loin on aperçoit un mini-golf sur le thème de Jurassic Park avec ses dinosaures évadés.

Le cinéma quant à lui a des allures de fin du monde avec à son sommet le célèbre King Kong, un peu plus loin vous pouvez visiter la prison des grands criminels avec en vitrine le fameux Joker tout droit sorti du film The Dark Knight de Nolan. Chaque attraction est payante, il faut compter environ $5 par attraction mais les prix sont très variables entre les simulateurs, la grande roue ou les autres manèges à sensations fortes.

Jamais nous n’aurions imaginé un seul instant que le centre ville de Niagara Falls ressemblait à ça ! C’est ce qu’on pourrait appeler un « aimant à touristes« . Bien sûr en haute saison les rues sont bondées et il est difficile de se frayer un chemin à travers la foule ambiante mais en cette période de l’année, nous sommes presque les seules personnes à arpenter les rues. C’est vraiment bizarre cette sensation d’être seul au cœur d’un parc d’attractions.



 

Assez visité la ville pour le moment, nous sommes venus ici pour voir les célèbres chutes du Niagara ! Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, les chutes ne sont pas dans la nature, elles ne sont pas dans un parc naturel mais sont littéralement en plein cœur de la ville Niagara. Bien sûr on peut voir que la rive américaine est plus naturelle puisque les chutes américaines sont dans un parc, mais attention ! La meilleure vue sur les chutes du Niagara est la vue canadienne, du côté américain, un mirador a dû installé afin de pouvoir avoir une vue globale sur les différentes chutes d’eau.

Les chutes du Niagara sont composées de trois chutes d’eau. Deux d’entre elles sont très proches si bien que l’on pourrait croire qu’il ne s’agit que d’une seule cascade mais elles proviennent bien de deux cours d’eau différents, l’un est américain et le second canadien. La troisième chute d’eau quant à elle est plus petite et se trouve géographiquement parlant du côté américain, elle fait donc face aux canadiens ce qui explique pourquoi la meilleure vue se situe de ce côté.



 

En haute saison de nombreuses activités sont proposées aux abords des chutes du Niagara, la plus célèbre d’entre elle est la virée en bateau jusqu’aux pieds des différentes cascades, ou encore survoler les chutes par hélicoptère pour les budgets les plus confortables. Mais il est également possible de faire de la tyrolienne, une descente vers les chutes qui ne manquera pas de vous donner des frissons !

Puisque nous y étions en hiver, aucune de ces activités n’étaient ouvertes mais nous avons eu la chance de profiter du point de vue sans une cohue de touristes venus prendre la pose devant les chutes. Plus on se rapproche des deux plus grosses chutes d’eau, plus on se rend compte du froid qu’il y a dans l’atmosphère et de la brume dégagée par la quantité d’eau déversée par ces chutes. Alors que l’on est encore à plusieurs centaines de mètres des chutes du Niagara, on peut déjà apercevoir la gelée sur les branches d’arbres causée par cette vapeur d’eau constante. Impressionnant !

D‘ailleurs cette vapeur d’eau créé un brouillard constant devant les chutes d’eau tellement imposant qu’il est impossible de contempler l’ensemble de la chute d’eau.



 

Au bout de la jetée, il est possible d’accéder à un point de vue époustouflant et gratuit ! C’est ici, juste au dessus de la chute d’eau principale qu’une plateforme dans la continuité de la rue surplombe la cascade. C’est l’occasion de se rendre compte de l’impressionnante puissance des chutes du Niagara.

De cet endroit vous avez une vue dégagée sur les 3 chutes d’eau mais également sur le pont « Rainbow Bridge » qui relie le Canada aux États-Unis. Sachez que la barrière douanière se trouve au milieu du pont ! Nous ne l’avons pas franchis car il s’agit de la traversée d’une frontière, il vous faut donc l’ESTA, un document officiel américain qu’il faut vous procurer tel un visa avant votre entrée sur le sol américain pour avoir le droit de franchir la frontière. Ce document coûte $20 mais reste valable pendant 2 ans, intéressant donc si vous avez prochainement prévu un voyage aux États-Unis ou si vous en avez fait un au cours des deux dernières années.

Lorsque la météo est clémente, les couleurs des chutes du Niagara mêlées aux couleurs de la végétation environnante et du « Rainbow Bridge » donnent une atmosphère particulière à cet endroit mythique. De mémorables couchés de soleil en perspective !

Vous pouvez également disposer d’un magnifique panorama en allant à l’hôtel Embassy Suite by Hilton afin d’avoir une vue surplombante sur l’ensemble des chutes du Niagara et sur l’État de New York. Un point de vue à couper le souffle mais qui vous coûtera quand même le prix d’une chambre à partir de $175 CAD ou d’un repas dans leur restaurant gastronomique panoramique entre $30 CAD et $50 CAD le plat principal hors taxes & tips. Ce n’est donc pas accessible à toutes les bourses !



 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le pour faire découvrir cet insolite lieu qu’est Niagara Falls et laissez nous un commentaire.


Articles similaires : « Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec ! » ; « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! » ; « Vous allez aimer ce City Trip à Toronto » ; « Quel quartier de Toronto est fait pour vous ? » ; « Un week-end culturel à Ottawa » 

Incroyable cette bouffée d’air frais aux portes de Québec !

La ville de Québec est réputée pour ses charmes mais aussi pour sa nature généreuse et luxuriante à seulement deux pas du centre ville et accessible facilement en voiture ou transports en commun. L’un des spots naturels les plus célèbres aux alentours de Québec est le Parc de la Chute Montmorency et sa chute d’eau de 83 mètres de hauteur. Vous rendez-vous compte qu’elle est 30 mètres plus haute que les célèbres chutes du Niagara ?! De quoi vous en mettre plein les yeux et vous impressionner par la hauteur de sa cascade.

Situé à seulement 13 km de Québec, c’est l’un des sites les plus spectaculaires de la province, autant dire que si vous êtes dans la région, c’est un lieu à ne pas manquer et à inscrire sur votre « To do list » ! L’avantage avec un lieu comme celui-ci, c’est que chaque budget s’y retrouve. Si vous avez un petit budget, vous profiterez de la nature et d’une journée escapade en dehors de la ville, vous pourrez profiter des tables de pique-nique et de quelques activités à faibles coûts afin de rendre votre journée mémorable. Dans le cas où votre budget serait plus important, vous aurez alors le luxe de choisir parmi une large gamme de sports proposés ainsi qu’éventuellement profiter du restaurant présent au sein du Manoir Montmorency.

Pour se rendre au Parc de la Chute Montmorency en transports en commun, il suffit de prendre le bus n°800 en direction de Beauport en partance du centre ville de Québec et de s’arrêter à « 3473 des Rapides« . Un ticket de bus vous coûtera $3 CAD pour une heure de transport, vous aurez donc besoin de deux tickets de bus pour profiter du Parc de la Chute Montmorency. Vous avez également la possibilité de prendre un ticket journée illimité à $8.50 CAD ce qui peut être plus intéressant selon votre programme du jour.

Il est également possible d’accéder au Parc de la Chute Montmorency en voiture, puisque deux parkings payants sont à disposition. Le premier se situe dans le haut du parc quant aux second il est positionné au pied de la chute d’eau. Le tarif du parking varie selon la saison à laquelle vous visitez le parc. Alors qu’en hiver vous ne payez que $7 CAD, il vous en coûtera $10.50 CAD si vous vous y rendez entre le 29 avril et le 29 octobre. Sachez qu’un ticket de parking vous donne l’accès au second lieu de stationnement. Vous pouvez donc prendre votre voiture pour admirer la chute d’eau par le dessus ou dessous même si vous ne voulez/pouvez pas traverser le parc de la Chute Montmorency en entier.

Après avoir rencontré des expatriés français à l’auberge où nous étions volontaires, nous avons eu la chance de nous rendre au parc de la Chute Montmorency en voiture ! Youhou ! Nous avons décidé de démarrer notre visite du parc par l’amont puisque nous nous sommes garés sur le parking supérieur nous donnant un accès direct au sommet de la chute d’eau.

Dès notre arrivée dans le parc, nous faisons face au Manoir de Montmorency, une bâtisse dans laquelle se trouve un restaurant haut de gamme ainsi qu’une boutique de souvenirs. Rien de quoi s’attarder bien longtemps mais l’occasion d’obtenir une carte de l’ensemble du parc. C’est également l’endroit idéal pour réserver l’une des nombreuses activités que propose le parc de la Chute Montmorency à ses visiteurs afin de prolonger l’expérience dans cet environnement magique.

Un trajet en téléphérique vous coûtera $10 CAD ou $12 CAD l’aller-retour, l’opportunité de profiter de la vue dégagée sur le fleuve Saint Laurent et ses campagnes alentours. Mais l’émerveillement est tout de même au rendez-vous en empruntant le chemin de randonnée gratuit du parc. Pour les plus aventuriers et téméraires, il est possible de vous promener le long de la paroi rocheuse de la chute d’eau, on appelle cela de la via ferrata, sensations fortes garanties ! Trois parcours de via ferrata ont été aménagés. Relié à un câble continu, vous n’avez jamais besoin de manipuler le mousqueton, ce qui explique le terme de randonnée et non d’escalade pour une telle activité. Cette activité reste assez coûteuse puisqu’il faut débourser entre $32 CAD et $48 CAD par adulte afin de réaliser une seule des trois ascensions disponibles. En haute saison, les activités se multiplient et varient puisqu’il est possible d’emprunter une tyrolienne longue de 300 mètres afin de profiter de la vue au maximum.



 

A seulement quelques mètres du manoir commence la randonnée en direction des Chutes Montmorency. En bord de falaise, la vue sur la chute d’eau est à couper le souffle, l’occasion de voir dans son ensemble la Chute Montmorency et sa vue sur le Saint Laurent. Même en hiver le chemin est très facile d’accès, la neige n’est pas un frein à la progression de la promenade, et les alentours arborés du sentier offrent un sentiment d’apaisement et de nature malgré la proximité avec la ville.

Une première plateforme permet d’observer la chute d’eau à mi-hauteur. C’est également le point de départ de la tyrolienne, fermée en hiver. Si lors de votre séjour cette activité est ouverte, il vous faudra débourser $26 CAD pour un adulte et $19.50 CAD pour une personne mineure.

Suivez le parcours délimité et vous arrivez au dessus de la Chute Montmorency. Un pont suspendu vous permet de traverser la chute d’eau et d’observer la cascade par le dessus, une impressionnante sensation ! En hiver, le paysage est entièrement blanc ! Observez le bâtiment en contrebas complètement recouvert de neige, on devine à peine ses fondations. Lors de notre visite la cascade n’était pas entièrement gelée, nous avons donc pu apprécier le spectacle de l’eau se frayant un passage à travers la neige et la glace, ainsi que la cascade terminant sa descente dans le lac gelé !

Lorsque la neige n’est pas trop présente, il est possible de faire le tour du parc en passant par les escaliers panoramiques hauts de 487 marches ! Il faut ensuite longer les bords du lac avant d’arriver à la station aval du téléphérique qui vous ramène ensuite au dessus de la chute d’eau. Un trajet impossible à réaliser lors de notre visite puisque la neige, bien trop présente, nous a empêché de prendre les escaliers panoramiques, alors fermés.

Nous avons cependant pu observer la Chute Montmorency depuis le premier mirador de ces fameux escaliers. L’occasion de profiter de la vue … et du froid, -20°C sur le thermomètre mais un ressenti glacial entre le vent et la brume créée par la cascade à quelques mètres seulement de là.



 

Comme il nous était impossible de faire le tour complet en raison de la neige, retour à la voiture pour se rendre de l’autre côté du lac, un point de vue époustouflant sur le point d’eau et sa cascade en fond. En ce mois de décembre, la cascade, contrairement au lac, n’est pas complètement gelée mais l’on peut voir des stalactites cerner la chute d’eau. Sur le flanc de falaise gauche nous apercevons les courageux partis frissonner avec l’ascension du Torrent Montmorency.

Si vous avez un budget moins élevé mais que vous souhaitez profiter des joies que le parc de la Chute Montmorency a à vous offrir, il est possible de louer des raquettes ! C’est une activité tout aussi agréable, à faire entre amis ou en famille et la location d’une paire de raquette est de $5.50 CAD pour 4 heures ! De quoi se faire de belles randonnées dans le Parc de la Chute Montmorency. Et si vous êtes des grands marcheurs, vous avez la possibilité de louer vos raquettes à la journée pour $8 CAD.


Pour plus d’informations sur les tarifs et heures d’ouverture du parc cliquez ici

Cet article vous a donné envie de visiter le parc de la Chute Montmorency ? Alors partagez et faites découvrir cette escapade nature à vos amis. Écrivez-nous un commentaire pour nous laisser vos impressions.


Articles similaires :  « Découvrez la magie de Noël à Québec » ; « Insolite ! On vous dit tout sur les chutes du Niagara » ; « Week-end culturel à Ottawa » ; « Wouah ! Quelle vue imprenable sur Montréal ! »

Source